Attentat à Londres: «Je veux tuer tous les musulmans»

Le dernier bilan des autorités britanniques de ce... (AFP, Chloe Jihyeon Lee)

Agrandir

Le dernier bilan des autorités britanniques de ce nouvel attentat fait état d'un mort et de 11 blessés. Le suspect qui aurait fauché des membres de la communauté musulmane a été arrêté.

AFP, Chloe Jihyeon Lee

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
Londres

La première ministre britannique Theresa May a promis lundi de combattre le terrorisme sous toutes ses formes après une nouvelle «attaque terroriste» à Londres lundi, dans laquelle un homme a tué un individu et en a blessé 11 autres, tous des fidèles musulmans près de la mosquée de Finsbury Park, en plein ramadan.

Le suspect, qui a été arrêté, a été identifié par les médias britanniques. Il s'agirait de Darren Osborne, un père de quatre enfants originaire de Cardiff, au pays de Galles. Le ministre britannique de la Sécurité, Ben Wallace, a dit que les autorités étaient au courant de certaines activités d'extrême droite, mais que l'individu lui-même n'était pas connu. Il est «détenu pour terrorisme», a indiqué la police, qui estimait, à ce stade de l'enquête, que l'agresseur avait agi seul.

Abdiqadir Warra, un témoin, a raconté que l'attaquant «a foncé sur les gens. Il en a traîné quelques-uns sur plusieurs mètres». «Je veux tuer tous les musulmans», aurait crié l'auteur des faits, selon Khalid Amin, un témoin interrogé par la BBC.

Un homme a été déclaré mort sur les lieux de l'attaque, mais selon la police il est «trop tôt» pour dire si son décès est lié aux événements ou non. Il recevait des premiers soins après un malaise lorsque le véhicule a fauché la foule. Onze personnes, issues de la communauté musulmane, ont été blessées lors de cette attaque, a précisé la police.

La police a expliqué que le suspect de 47 ans avait foncé sur les fidèles qui sortaient de la mosquée du parc Finsbury après les prières du soir. Il a ensuite été maîtrisé par des témoins de l'attaque en attendant l'arrivée des policiers. L'individu fait l'objet d'accusations de nature terroriste. Il a été transporté vers l'hôpital et sera soumis à une évaluation psychiatrique.

Des responsables britanniques de la sécurité ont révélé, sous le couvert de l'anonymat, que le nombre de crimes haineux contre les musulmans avait pratiquement quintuplé dans la foulée des attaques récentes au Royaume-Uni.

Appels au calme

La police londonienne - qui est déjà en état d'alerte après l'incendie meurtrier du 14 juin, qui pourrait avoir fait 79 morts, et l'attentat du pont de Londres le 3 juin, qui a fait huit morts - a annoncé que davantage d'agents seront déployés dans les rues pour rassurer la population. Les leaders musulmans ont lancé un appel au calme.

Le diffuseur SkyNews rapporte que l'imam de la mosquée a empêché ses fidèles de tabasser le suspect en attendant les policiers. «Nous avons un témoin qui nous dit que le type qui a fait ça, le conducteur du camion, a dit "J'ai fait ma part", donc il n'a pas de maladie mentale, a raconté Toufik Kacimi, un leader de la communauté musulmane britannique. Il a agi délibérément pour frapper et tuer autant de musulmans que possible, donc c'est un terroriste.»

En pleine période de ramadan, de nombreux musulmans s'étaient rendus à la mosquée dimanche soir pour souligner la rupture du jeûne à la tombée de la nuit. 

La mosquée de Finsbury Park était connue au début des années 2000 pour être un haut lieu des islamistes de Londres qui venaient y écouter les prêches enflammés d'Abou Hamza. Celui-ci a été condamné à la perpétuité en 2015 aux États-Unis pour 11 chefs d'inculpation liés à une prise d'otages et pour terrorisme.

La direction de la mosquée a changé, mais des lettres de menaces avaient été reçues après les attentats à Paris en novembre 2015. «Notre communauté est en état de choc», a dit son président Mohammed Kozbar, appelant les fidèles à se montrer vigilants. 

La première ministre britannique Theresa May a rapidement condamné cette attaque contre des «innocents» et prévenu que le Royaume-Uni ne reculera devant rien pour écraser l'extrémisme.

Cette attaque «nous rappelle que le terrorisme, l'extrémisme et la haine prennent de nombreuses formes, et notre détermination à les combattre, quel que soit le responsable», a déclaré Mme May devant ses bureaux du 10, Downing Street, après une réunion d'urgence.

«C'est clairement une attaque contre les musulmans», a ajouté la chef de Scotland Yard, Cressida Dick.

Des fleurs ont été déposées près de la... (AFP, Tolga Akmen) - image 2.0

Agrandir

Des fleurs ont été déposées près de la mosquée de Finsbury Park.

AFP, Tolga Akmen

«Rompre ce cycle»

Dans la soirée de lundi, des dizaines d'habitants du quartier de Finsbury se sont rassemblés près de la mosquée pour une veillée d'hommage oecuménique. Sur certaines pancartes on pouvait lire «L'amour vaincra», ou «Unis contre la terreur».

De nombreux Londoniens ont aussi déposé des bouquets de fleurs, accompagnés pour certains de message de solidarité. «Une seule communauté, rassemblée», pouvait-on lire sur l'un d'eux.

«Nous vivons ensemble, il appartient à chacun d'entre nous de rompre ce cycle. Nous ne pourrons pas régler les problèmes du monde, mais nous devons régler ceux de notre quartier», a déclaré Mendy Korer, rabbin d'une synagogue locale.

Cette attaque se produit dans un climat d'extrême fébrilité, après trois attentats en trois mois revendiqués par le groupe jihadiste État islamique qui ont fait 35 morts, et l'incendie de la tour Grenfell.

Ce que l'on sait

Un véhicule a foncé sur la foule près d'une mosquée du nord de Londres dans la nuit de dimanche à lundi, une attaque traitée comme un «acte terroriste».

Voici ce que l'on sait:

Les faits:

Un homme à bord d'une camionnette blanche fonce sur une foule de fidèles musulmans qui sortent de la mosquée de Finsbury Park, dans le nord-est de Londres, après une prière dans le cadre du ramadan, peu après minuit.

L'assaillant est maîtrisé par des personnes sur place, immobilisé puis arrêté par la police, appelée juste après 00H20 (23H20 GMT).

Le maire de Londres Sadiq Khan dénonce immédiatement une «attaque terroriste» et la police traite l'attaque comme un «acte terroriste».

Le suspect:

L'assaillant est un homme âgé de 48 ans.

D'après un témoin interrogé par la BBC, Khalid Amin, l'assaillant aurait hurlé «Tous les musulmans! Je veux tuer tous les musulmans!»

Il a été amené à l'hôpital où il doit subir des examens pour évaluer sa santé mentale, selon la police, qui n'a pour l'heure identifié aucun autre suspect dans cette attaque.

Combien de victimes:

L'attaque a fait 10 blessés, dont 8 sont hospitalisés et 2 ont été traités sur place.

Un homme qui selon des témoins recevait des soins sur place pour un malaise avant que l'attaque ne se produise est décédé, et la police doit encore établir si son décès est dû à l'attaque, selon Neil Basu, un responsable de l'antiterrorisme.

Toutes les victimes font partie de la communauté musulmane.

Le lieu:

La mosquée de Finsbury Park était connue, au début des années 2000, pour être un haut lieu des militants islamistes de Londres qui venaient écouter les prêches enflammés d'Abou Hamza. Ce prêcheur d'origine égyptienne a été condamné à la prison à perpétuité en janvier 2015 aux États-Unis pour onze chefs d'inculpation liés à une prise d'otages et pour terrorisme.

La direction de la mosquée a depuis changé, mais des lettres de menaces avaient été reçues après les attentats à Paris en novembre 2015. La mosquée a condamné cette «attaque terroriste haineuse» dans un communiqué.

Les réactions:

La première ministre Theresa May a tenu une réunion d'urgence du gouvernement et a promis de combattre le terrorisme, «quel que soit le responsable».

La première ministre Theresa May discute avec des... (AP, Stefan Rousseau) - image 4.0

Agrandir

La première ministre Theresa May discute avec des membres de la mosquée de Finsbury Park.

AP, Stefan Rousseau

Le maire musulman de Londres, Sadiq Khan, a dénoncé une «attaque terroriste horrible» qui a visé «délibérément d'innocents Londoniens dont beaucoup qui finissaient de prier en ce mois saint de ramadan».

Le Conseil musulman du Royaume-Uni (MCB), organisation représentative des musulmans britanniques, a déploré que «ces dernières semaines et mois, les musulmans ont enduré beaucoup d'actes d'islamophobie».

Le contexte:

L'attaque intervient dans un contexte de redoublement des actes racistes. Selon le maire de Londres, les attaques contre les musulmans ont été multipliées par 5 depuis l'attentat du 3 juin et les incidents racistes ont augmenté de 40% dans Londres.

La Grande-Bretagne a été visée par 3 attentats revendiqués par le groupe Etat islamique (EI) ces trois derniers mois.

Dans la nuit du 3 au 4 juin, trois assaillants à bord d'une camionnette ont foncé sur la foule sur le London Bridge, puis poignardé plusieurs personnes à Borough Market, tuant 8 personnes, avant d'être abattus par la police.

Le 22 mai à Manchester, un attentat-suicide avait fait 22 morts et une centaine de blessés à la sortie d'un concert de la pop-star américaine Ariana Grande.

Le 22 mars, Khalid Masood, Britannique de 52 ans converti à l'islam et connu des services de police, avait fauché des piétons en lançant sa voiture sur le trottoir du pont de Westminster dans le centre de Londres, avant de poignarder à mort un policier devant le Parlement, faisant 5 morts.




À lire aussi

  • Londres encore frappée

    Monde

    Londres encore frappée

    Un homme est mort et huit personnes ont été blessées après qu'un véhicule a fauché des piétons dans la nuit de dimanche à lundi dans le nord-est de... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer