France: vers une vague pro-Macron au second tour des législatives

Le président Emmanuel Macron a voté en tout... (AFP, CHRISTOPHE ARCHAMBAULT)

Agrandir

Le président Emmanuel Macron a voté en tout début de matinée dans la coquette station balnéaire du Touquet (nord), où il dispose d'une résidence secondaire.

AFP, CHRISTOPHE ARCHAMBAULT

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie WOLFROM
Agence France-Presse
Paris

Les Français votaient au compte-gouttes dimanche pour le second tour d'élections législatives qui promettent d'offrir une écrasante majorité de députés au président Emmanuel Macron et toute latitude à ce dernier pour lancer ses réformes face à une opposition laminée.

Seule l'ampleur de la victoire du parti présidentiel la République en Marche (REM) fait encore question. Il devrait emporter 400 à 470 sièges de députés sur 577, selon les sondages, soit l'une des majorités les plus importantes de la Ve République, née en 1958, ne laissant que des miettes aux autres partis.

Devant ce raz-de-marée annoncé, les électeurs semblaient bouder les urnes, lassés selon les politologues par une longue séquence électorale, qui a débuté en novembre avec les primaires de la droite.

Seuls 17,75 % des 47 millions d'électeurs avaient voté à 10h GMT (6h, heure du QUébec), soit nettement moins qu'au premier tour du 11 juin (19,24 %) et qu'au second tour du scrutin de 2012 (21,41 %). À ce rythme, l'abstention pourrait dépasser le niveau historique (51,29 %) atteint au premier tour.

«Les gens vont penser que c'est joué d'avance - peut-être - mais il faut voter quand même», a estimé Marie-Claude Biandell, 58 ans, une électrice de Metz, dans l'est de la France.

Ouverts depuis 6h GMT, les bureaux de vote le resteront jusqu'à 16h GMT, et 18h GMT (14h, heure du Québec) dans les grandes villes.

Le président Emmanuel Macron a voté en tout début de matinée dans la coquette station balnéaire du Touquet (nord), où il dispose d'une résidence secondaire avec sa femme Brigitte. Cette dernière n'était pas à ses côtés, contrairement aux scrutins précédents. Le chef de l'État s'est ensuite offert un long bain de foule, enchaînant les égoportraits avec les curieux.

Inconnu il y a encore trois ans, élu à 39 ans face à des poids-lourds de la politique, le plus jeune président qu'ait connu la France se voit en passe de gagner son dernier pari: obtenir une large majorité à l'Assemblée nationale lui permettant de lancer ses réformes libérales-sociales. Avec trois priorités annoncées: moraliser la vie politique, réformer le droit du travail et renforcer l'arsenal de lutte contre le terrorisme.

«Marre des mêmes têtes»

Au premier tour, le mouvement créé par Emmanuel Macron il y a tout juste un an avait rassemblé 32,3 % des suffrages exprimés, balayant les partis traditionnels de droite et de gauche qui structurent la vie politique française depuis des décennies.

Loin derrière, le parti de droite Les Républicains avait obtenu 21,5 %, la gauche radicale 13,7 %, l'extrême droite 13,2 % et le Parti socialiste 9,5 %. Autant dire une opposition réduite à la portion congrue, en raison du système majoritaire français.

«Recherche opposition désespérément», titrait samedi le quotidien Le Parisien, résumant l'inquiétude face à cette assemblée largement monocolore.

Face à la vague Macron, la droite ne peut espérer que 60 à 132 sièges, contre plus de 200 actuellement, selon les projections. Quant au Parti socialiste, qui contrôlait la moitié de l'Assemblée sortante, il ne pourra sans doute compter que sur quelques dizaines d'élus.

De leur côté, l'extrême droite et la gauche radicale, qui se rêvaient chacune en chef de file de l'opposition, n'ont pas réussi à réitérer leurs bons scores à la présidentielle.

Défaite par Emmanuel Macron, la chef du Front national Marine Le Pen est donnée favorite dans son fief nordiste d'Hénin-Beaumont, mais elle pourrait se retrouver quasiment la seule élue d'extrême droite.

La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon et le Parti communiste espèrent quant à eux obtenir un nombre de députés suffisant (15) pour constituer un groupe parlementaire.

Avec seulement 222 députés sortants au second tour, et 40 % de candidates, c'est une Assemblée nationale profondément renouvelée et féminisée qui sortira des urnes.

«Les gens ont en marre de voir toujours les mêmes têtes», a estimé Natacha Dumay, 59 ans, enseignante à Saint-Ouen, au nord de Paris.

Ce grand chamboulement et l'irruption de très nombreux novices en politique - la moitié des candidats REM, issus de la société civile, n'ont jamais été élus - en exaspère certains.

«Il suffit de mettre la tête de Macron et n'importe quel mulot fait 40 %!» s'est emporté Alexis Bachelay, un député socialiste battu dès le premier tour, dans Le Parisien.

Pour le constitutionnaliste Didier Maus, «on a tiré contre tout ce qui représentait un système antérieur et on essaie autre chose». Ce scrutin devrait déboucher sur «le plus grand renouvellement du personnel politique depuis 1958 et peut-être 1945», prédit-il.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer