Une traductrice du FBI se marie à un combattant de l'EI qu'elle surveillait

En juin 2014, une traductrice du FBI a filé... (AP)

Agrandir

En juin 2014, une traductrice du FBI a filé en douce en Syrie pour se marier à un combattant de l'État islamique.

AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Washington

Une traductrice du FBI, recrutée pour espionner un membre allemand du groupe État islamique, a fini par filer en douce en Syrie pour se marier avec le jihadiste.

À ses collègues de bureau à Detroit, Daniela Greene, qui possède un niveau d'accréditation «top secret» au sein de la police fédérale américaine, a assuré qu'elle partait en Allemagne rendre visite à ses parents quelques semaines en juin 2014, selon des documents de justice consultés mardi.

En réalité, la jeune femme désormais âgée de 38 ans s'est envolée pour la Turquie, d'où elle a traversé la frontière syrienne pour se marier au combattant de l'EI. Ce dernier n'est pas nommé dans les documents, mais il s'agit selon CNN de Denis Cuspert, célèbre rappeur allemand autrefois connu sous le nom de Deso Dogg.

Denis Cuspert avait été officiellement désigné comme un terroriste début 2015 par la diplomatie américaine, qui l'avait décrit comme un recruteur du groupe ultraradical pour les germanophones.

Il apparaît dans plusieurs vidéos de l'EI, notamment une dans laquelle il tient une tête coupée, toujours selon le département d'État.

On ne sait pas, à ce stade, comment le rapprochement entre Daniela Greene et lui s'est opéré.

Des témoignages devant le juge suggèrent que les mariés auraient communiqué en privé par le biais d'un compte Skype utilisé par Denis Cuspert et dont Daniela Greene n'a jamais évoqué l'existence au FBI.

Née en ex-Tchécoslovaquie et mariée à un soldat américain, la jeune femme a commencé à collaborer avec le FBI en 2011, sans encombre jusqu'à sa mystérieuse disparition en juin 2014.

Juste après s'être mariée à Denis Cuspert le 27 juin, Daniela Greene prend conscience de son acte, selon les documents récemment publiés.

«Je me suis vraiment mise dans le pétrin cette fois», écrit-elle dans un courriel daté de juillet 2014, envoyé depuis un territoire contrôlé par l'EI.

«Je ne sais pas combien de temps je vais tenir ici, mais cela n'a pas d'importance, c'est un peu trop tard», assure-t-elle ensuite.

Les documents n'expliquent pas comment, mais la traductrice revient en août 2014 aux États-Unis, où elle est arrêtée.

La jeune femme reconnaît les faits et coopère pleinement, explique un enquêteur.

Elle plaide coupable de «fausses déclarations impliquant le terrorisme international» et se voit condamnée à une peine relativement clémente d'un an de prison.

Daniela Greene a été libérée l'an dernier.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer