Stéphane Dion affirme l'appui du Canada à Emmanuel Macron

La double affectation de Stéphane Dion (photo) à... (La Presse Canadienne, Sean Kilpatrick)

Agrandir

La double affectation de Stéphane Dion (photo) à titre d'ambassadeur d'Allemagne et d'envoyé spécial auprès de l'Union européenne et de l'Europe a fait l'objet de nombreuses questions devant le comité parlementaire des Affaires étrangères et du Développement international, mardi, à Ottawa.

La Presse Canadienne, Sean Kilpatrick

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mylène Crête
La Presse Canadienne
Ottawa

Stéphane Dion affirme que le Canada préférerait l'élection d'un président français en faveur de l'Union européenne, de l'ouverture et de l'inclusion.

«Ce ne serait pas une grosse surprise de dire qu'on préférerait un président qui partage les valeurs que je viens d'exprimer», a affirmé mardi le nouvel envoyé spécial du Canada à l'Union européenne et en Europe.

Il répondait alors aux questions des journalistes qui lui ont demandé ce qu'il pensait de l'issue de l'élection en France.

Les Français doivent aller aux urnes dimanche et choisir entre la candidate d'extrême droite Marine Le Pen et Emmanuel Macron qui défend l'Union européenne.

Stéphane Dion a clairement indiqué de quel côté il penchait. «Nous préférons voir à la tête d'un pays-clé comme la France en Europe un président qui croit, comme nous, que l'intégration européenne est un atout pour le monde», a-t-il indiqué.

«Nous préférons avoir un président qui partage nos valeurs d'ouverture et de respect de la diversité à la tête d'un pays ami», a-t-il ajouté.

«C'est une grande tradition de la France et je suis optimiste. Cette tradition va l'emporter et permettre au Canada et à la France de travailler selon les mêmes valeurs.»

Double rôle critiqué

La double affectation de Stéphane Dion à titre d'ambassadeur d'Allemagne et d'envoyé spécial auprès de l'Union européenne (UE) et de l'Europe fait sourciller l'opposition.

Députés conservateurs et néo-démocrates ont multiplié les questions sur le double rôle que l'ex-ministre des Affaires étrangères sera bientôt appelé à jouer sur le continent européen durant son passage, mardi, devant le comité parlementaire des Affaires étrangères et du Développement international.

Le porte-parole conservateur en matière d'affaires étrangères, Peter Kent, a qualifié cette double nomination de «concept bizarre» et affirmé qu'il avait eu des échos d'une certaine frustration au sein du ministère des Affaires mondiales.

«J'étais en Allemagne il y a deux semaines et j'ai aussi entendu des commentaires qui ne vous visaient jamais comme individu, mais qui visaient la double affectation», a indiqué à son tour la porte-parole néo-démocrate en matière d'affaires étrangères, Hélène Laverdière.

Elle a dit se demander s'il s'agissait d'un choix judicieux alors que les relations du Canada avec l'Allemagne et l'Union européenne sont plus importantes que jamais.

Stéphane Dion a souligné la complémentarité entre ses deux rôles qui lui permettront de «ne pas perdre de vue» l'enjeu européen qui préoccupe le Canada.

«Ce que le premier ministre propose est peut-être nouveau, mais c'est nécessaire, a affirmé M. Dion en comité. Il s'agit d'une nouvelle façon d'aborder de nouveaux enjeux.»

Le premier ministre Justin Trudeau a confirmé lundi la nomination de l'ex-ministre au poste d'ambassadeur du Canada en Allemagne et d'envoyé spécial auprès de l'Union européenne et de l'Europe, un rôle revu à la baisse puisque Stéphane Dion devait au départ cumuler deux postes d'ambassadeur.

M. Dion a affirmé que le rôle d'envoyé spécial auprès de l'UE et de l'Europe lui convenait mieux et qu'il lui permettrait de couvrir des pays européens comme la Géorgie qui ne font pas partie de l'Union européenne et discuter d'enjeu comme les tensions entre l'Ukraine et la Russie.

«Quand je débarque chez eux, envoyé spécial du premier ministre c'est plus clair qu'ambassadeur à l'Union européenne parce qu'ambassadeur à l'Union européenne, c'est seulement la compétence de l'Union européenne qui n'englobe pas tous les enjeux», a-t-il expliqué.

Stéphane Dion doit s'installer en Europe au cours des prochaines semaines.

Mme Laverdière lui a souhaité bonne chance en insistant sur le fait qu'il allait être difficile de porter plusieurs chapeaux.

L'ex-ministre de l'Immigration, John McCallum, a également répondu aux questions du comité mardi. Il a été nommé ambassadeur du Canada en Chine au même moment que Stéphane Dion a reçu sa nomination.

John McCallum a dit qu'il était déjà en poste à Pékin. Il a accueilli le ministre du Commerce international, François-Philippe Champagne, et le ministre des Finances, Bill Morneau, la semaine dernière lors de leur visite économique en Chine.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer