Trump serait «honoré» de rencontrer Kim Jong-Un

«Je vous dis que si les conditions étaient... (Archives AP)

Agrandir

«Je vous dis que si les conditions étaient réunies, je le rencontrerais [...] Je serais honoré de le faire», a affirmé Donald Trump au sujet du leader nord-coréen Kim Jong-Un (photo), au moment même où Pyongyang menace de mener un nouvel essai nucléaire.

Archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jérôme Cartillier
Agence France-Presse
Washington

Le président américain Donald Trump a affirmé lundi être prêt à rencontrer le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un si les conditions étaient réunies, une déclaration qui intervient au moment même où Pyongyang menace de mener un sixième essai nucléaire.

Le climat s'est particulièrement détérioré sur la péninsule coréenne ces derniers mois du fait de la poursuite, par Pyongyang, de ses programmes balistique et nucléaire interdits.

Le président républicain, qui a martelé sa volonté d'appuyer sur le levier chinois pour faire bouger le régime, mais s'est aussi dit prêt à régler seul le problème, envisagerait-il un face-à-face avec le leader nord-coréen, qui n'a jamais rencontré un seul dirigeant étranger depuis son arrivée au pouvoir?

«La plupart des politiques ne diraient jamais cela, mais je vous dis que si les conditions étaient réunies, je le rencontrerais [...] Je serais honoré de le faire», a affirmé Donald Trump dans un entretien à l'agence Bloomberg.

Quelques heures plus tard, son porte-parole Sean Spicer s'est employé à minimiser la portée de ces déclarations, insistant sur le fait qu'une telle rencontre n'était «clairement» pas envisageable à ce stade. «Il faudrait que leur comportement provocateur change immédiatement», a-t-il affirmé.

La Corée du Nord a averti lundi qu'elle était prête à mener «à n'importe quel moment» un sixième essai nucléaire.

Le régime continuera à renforcer ses capacités en matière d'«attaques nucléaires préventives», à moins que Washington ne renonce à ses politiques hostiles, a dit un porte-parole du ministère de la Défense dans un communiqué diffusé par l'agence officielle KCNA.

«Les mesures de la RPDC [République populaire et démocratique de Corée] pour renforcer au maximum la force nucléaire seront menées avec succès à n'importe quel moment et sur le lieu que décidera sa direction suprême», a ajouté ce porte-parole en allusion à un possible sixième essai nucléaire.

Les spécialistes s'accordent sur le fait que le régime, l'un des plus isolés au monde, a fait des progrès vers la réalisation de son objectif, qui est de se doter de missiles nucléaires intercontinentaux susceptibles de frapper le continent américain.

Chaque année, les vastes exercices militaires menés entre les États-Unis et la Corée du Sud ajoutent à la crispation sur la péninsule. Celle-ci est cette année d'autant plus forte que Pyongyang a largement accéléré ses programmes interdits depuis un an, et que la diplomatie américaine a durci le ton avec le républicain Donald Trump.

Les manoeuvres annuelles conjointes sont désormais achevées. Mais d'autres exercices exceptionnels ont débuté entre les marines américaine et sud-coréenne, profitant de la présence sur zone d'un porte-avions américain, le Carl Vinson.

Le système antimissile THAAD que les États-Unis viennent de déployer en Corée du Sud est désormais opérationnel, a par ailleurs indiqué lundi un responsable américain, indiquant que le système avait «atteint sa capacité initiale d'interception».

La Chine s'était opposée au déploiement de ce système, décidé par les États-Unis et la Corée du Sud à la suite des essais de missiles de la Corée du Nord.

Le directeur de la CIA Mike Pompeo était en Corée du Sud lundi pour une «réunion interne», selon l'ambassade des États-Unis qui a précisé qu'aucune rencontre avec des dirigeants sud-coréens n'était prévue.

Le bouclier antimissile américain THAAD... (AFP) - image 2.0

Agrandir

Le bouclier antimissile américain THAAD

AFP

La guerre de Sécession et l'histoire «alternative» de Trump

Le président des États-Unis, Donald Trump, a fait des remarques étonnantes au sujet du président Andrew Jackson et de la guerre de Sécession lors d'une entrevue. M. Trump s'est demandé pourquoi les problèmes n'«auraient pas pu être résolus» afin de prévenir la sécession de 11 États du sud des États-Unis et une guerre ayant duré quatre ans et tué plus de 600 000 soldats. Lors d'une entrevue avec le Washington Examiner dont la transcription a été publiée lundi, Donald Trump a suggéré que si Andrew Jackson avait été président «un peu plus tard, on n'aurait pas eu la guerre de Sécession». Il a ajouté que M. Jackson «était très en colère lorsqu'il a vu ce qui se passait en lien avec la guerre civile. Il a dit : "Il n'y a pas de raison pour ça".» Mais M. Jackson est mort en 1845 et la guerre civile n'a commencé que 16 ans plus tard, en 1861. La Maison-Blanche n'a pas répondu à une demande d'explication sur le raisonnement de Donald Trump.  AP

Droits de l'homme: l'ONU «surveille les États-Unis de très près»

Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme affirme que son bureau «surveille les États-Unis de très près» sous la présidence de Donald Trump. Zeid Ra'ad Al-Hussein avait prévenu l'an dernier qu'une victoire de Donald Trump à l'élection présidentielle pouvait être dangereuse pour le monde. Discutant avec des journalistes à Genève, lundi, M. Zeid a dit avoir remarqué «des changements dans certaines rhétoriques» depuis l'arrivée de M. Trump à la Maison-Blanche et a fait part de son espoir de voir certains propos tenus par le président pendant sa campagne, notamment sur des enjeux comme celui de la torture, se dissiper. M. Zeid, un prince jordanien, a ajouté que son bureau attendait de voir les effets d'une proposition de l'administration Trump visant à réduire le financement du département d'État et des organisations internationales. En octobre, M. Zeid avait déclaré que Donald Trump serait «dangereux, d'un point de vue international» s'il était élu.  AP




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer