Pour Trump, Kim Jong-Un est «un petit malin»

Kim Jong-Un... (Archives AFP)

Agrandir

Kim Jong-Un

Archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Washington

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un est un «petit malin» pour avoir réussi à s'imposer au pouvoir malgré son jeune âge et les ambitions concurrentes de hauts gradés dans son pays, a estimé dimanche Donald Trump.

«Les gens se demandent s'il est sain d'esprit. Je n'en sais rien. Ce que je peux vous dire - et plein de gens n'aiment pas que je le dise - c'est qu'il a succédé à son père à l'âge de 26 ou 27 ans. Il a affaire à des personnes évidemment coriaces, en particulier les généraux et d'autres. Et très jeune il est parvenu à assumer le pouvoir», a déclaré le président américain dans une interview à CBS.

«Beaucoup de gens, j'en suis convaincu, ont essayé de lui prendre ce pouvoir, que ce soit son oncle ou d'autres. Et il a néanmoins réussi (à se maintenir en poste). Donc évidemment c'est un petit malin», a ajouté M. Trump.

Le président américain a redit sa volonté d'écarter la menace nucléaire nord-coréenne, en s'appuyant sur le levier chinois, même si cela se faisait au détriment du bras de fer commercial qu'il promet d'avoir avec le géant économique asiatique.

«Franchement, je pense que la Corée du Nord est peut-être plus importante que le commerce. Le commerce est très important. Mais comparé à une guerre totale avec potentiellement des millions de morts, je dirais que le commerce passe après», a poursuivi M. Trump.

Arrivée au pouvoir le 20 janvier, l'administration Trump s'était mise dans les pas de l'équipe Obama sur le dossier nord-coréen mais semble davantage vouloir faire pression sur Pékin afin que la Chine isole Pyongyang économiquement et diplomatiquement.

Sans résultat apparent jusqu'à maintenant: la Corée du Nord a procédé samedi à un tir de missile balistique, tir soldé par un échec, en riposte apparente à un appel solennel des États-Unis à l'ONU à contrecarrer la «menace nucléaire» de Pyongyang par un renforcement des sanctions internationales.

Aux yeux des États-Unis, la Chine est le... (AP) - image 2.0

Agrandir

Aux yeux des États-Unis, la Chine est le principal soutien économique et diplomatique de la Corée du Nord, et a donc le poids nécessaire pour la faire revenir à la raison.

AP

La Chine «fait pression»

Le président américain Donald Trump pense par ailleurs que son homologue chinois Xi Jinping «fait pression» sur la Corée du Nord, alors que la tension monte sur les programmes nucléaire et balistique de Pyongyang.

Si Pyongyang effectue un nouvel essai nucléaire, «je ne serais pas content», dit M. Trump dans un entretien qui devait être diffusé dimanche dans l'émission Face The Nation de la chaîne de télévision CBS, dont des extraits ont été publiés samedi soir.

«Et je peux également vous dire, je ne crois pas non plus que le président de la Chine, qui est un homme très respecté, sera content», poursuit-il.

Interrogé pour savoir si «pas content» pouvait signifier «une action militaire», M. Trump a répondu: «Je ne sais pas. Je veux dire, nous verrons».

La Corée du Nord a effectué samedi un tir de missile balistique, qui s'est soldé par un échec, qui a coincidé avec un appel solennel de Washington à l'ONU à contrecarrer la «menace nucléaire» de Pyongyang par un renforcement des sanctions internationales.

Ce tir est intervenu quelques heures seulement après l'avertissement lancé par le secrétaire d'État américain Rex Tillerson au Conseil de sécurité, exhortant ses partenaires, en particulier la Chine, à contrer cette menace susceptible d'avoir des «conséquences catastrophique».

M. Trump avait aussi réagi au tir raté en accusant Pyongyang d'avoir «manqué de respect» à la Chine, son principal allié. «Mauvais!», avait-il tweeté.

Aux yeux des États-Unis, la Chine est le principal soutien économique et diplomatique de la Corée du Nord, et a donc le poids nécessaire pour la faire revenir à la raison. Pékin nie avoir tant d'influence et réplique régulièrement que le conflit concerne principalement Washington et Pyongyang, et qu'il appartient donc à ces deux pays de dialoguer.




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer