Un islamiste admet un projet d'attaque contre Elton John

Elton John... (Archives AP, Rich Fury)

Agrandir

Elton John

Archives AP, Rich Fury

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Londres

Un islamiste de 19 ans a reconnu jeudi devant un tribunal londonien avoir préparé une attaque à la bombe contre l'artère commerçante Oxford Street, et avoir envisagé de s'en prendre à un concert d'Elton John, dans la capitale britannique.

Haroon Syed, qui vit dans l'ouest de Londres, a plaidé coupable devant le tribunal de l'Old Bailey pour le chef d'accusation de «préparation d'actes terroristes» entre avril et septembre 2016.

Le jeune homme envisageait de s'attaquer à la principale artère commerçante de la capitale, ainsi qu'à un concert de la star de la pop Elton John le 11 septembre dernier à Hyde Park, 15 ans après les attentats contre New York et Washington.

Haroon Syed pensait s'adresser sur Internet à un autre extrémiste qui était en fait un agent des services de sécurité britanniques.

Le juge Michael Topolski a renvoyé le prononcé de la condamnation au 8 juin afin d'avoir un rapport psychiatrique du jeune homme qui risque la perpétuité.

«Syed a reconnu avoir essayé de se procurer une mitrailleuse, des armes de poing, une veste pour attentat-suicide et une bombe», a indiqué dans un communiqué la police. S'agissant de la bombe, il a émis «une demande spéciale qu'elle soit pleine de clous pour qu'il puisse la faire exploser dans un lieu bondé comme Oxford Street», a ajouté la police.

En juin dernier, son frère Nadir Syed, 23 ans, a été condamné à la prison à perpétuité avec une peine de sûreté de 15 ans après avoir été reconnu coupable d'avoir préparé une décapitation le 12 novembre 2014, à l'image de ce qu'avait subi le soldat Lee Rigby en mai 2013 dans le sud de Londres.

Potentiel terroriste arrêté à Londres

La police a indiqué que le jeune homme... (AFP, Justin Tallis) - image 3.0

Agrandir

La police a indiqué que le jeune homme arrêté avait été retrouvé en possession de plusieurs couteaux.

AFP, Justin Tallis

Jeudi, un homme de 27 ans a été arrêté... (AFP, Niklas Halle'n) - image 3.1

Agrandir

Jeudi, un homme de 27 ans a été arrêté à Londres «pour suspicion de possession d'armes» et «suspicion de préparation et exécution d'actes de terrorisme», a précisé Scotland Yard dans un communiqué. Il a été placé en garde à vue.

AFP, Niklas Halle'n

Un homme armé de couteaux et suspecté de vouloir commettre une attaque terroriste a été arrêté jeudi après-midi à Londres près du parlement de Westminster, théâtre d'un attentat en mars, a annoncé la police.

Âgé de 27 ans, l'homme a été arrêté «pour suspicion de possession d'armes» et «suspicion de préparation et exécution d'actes de terrorisme», a précisé Scotland Yard dans un communiqué. Il a été placé en garde à vue.

«Tout s'est passé en quelques secondes», a expliqué Niklas Halle'n, un photographe pigiste de l'AFP présent au moment des faits. «Il y avait un homme allongé au sol. Je ne pouvais pas voir son visage à ce moment-là, et ensuite, il a été arrêté par un policier qui était juste derrière moi, avant d'être emmené», a-t-il raconté.

L'individu interpellé «avait l'air assez calme», a-t-il ajouté, précisant qu'il n'avait pas dit un mot.

Interrogé par l'AFP, un porte-parole de Scotland Yard a indiqué que personne n'avait été blessé au cours de l'incident, qui ne présentait «plus de menace immédiate».

La police a indiqué que le jeune homme arrêté avait été retrouvé en possession de plusieurs couteaux. Des photos d'un journaliste de l'AFP montrent trois grands couteaux au sol sur le lieu de l'incident, autour desquels s'est affairée la police scientifique.

Quelques policiers en gilet pare-balles étaient présents aux quatre coins du périmètre d'une centaine de mètres mis en place pour permettre le travail de la police scientifique.

Les officiers de police scientifique ont méticuleusement examiné puis ouvert le sac a dos du suspect. Peu après 16h00, ils ont achevé leur travail et ont quitté les lieux à bord d'un fourgon gris tandis que la rue était rouverte à la circulation.

Le 22 mars, un homme avait foncé dans la foule avec son véhicule sur le pont de Westminster, qui enjambe la Tamise face à Big Ben, avant de poignarder mortellement un policier devant le Parlement.

L'attaque avait fait cinq morts au total. Son auteur, Khalid Masood, un citoyen britannique converti à l'islam, avait été tué par la police. Douze personnes avaient été arrêtées dans la foulée, mais avaient toutes été relâchées sans poursuites.

L'attentat a été revendiqué par le groupe djihadiste État islamique (EI), mais Scotland Yard a dit ne pas avoir «trouvé de preuve d'une association» de Masood avec l'EI ou Al-Qaïda ni de preuve qu'il s'était radicalisé en prison.

Depuis août 2014, le niveau d'alerte terroriste au Royaume-Uni a été fixé à «grave», le quatrième échelon sur une échelle qui en compte cinq, et n'a pas été modifié par l'attentat de mars.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer