Assad pire qu'Hitler: Spicer s'excuse

Sean Spicer, le porte-parole de la Maison-Blanche, a... (AFP, Brendan Smialowski)

Agrandir

Sean Spicer, le porte-parole de la Maison-Blanche, a indiqué en conférence de presse qu'il avait fait par erreur un commentaire inapproprié et manquant de sensibilité au sujet de l'Holocauste.

AFP, Brendan Smialowski

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Ivan Couronne
Agence France-Presse
Washington

Le porte-parole de la Maison-Blanche, Sean Spicer, a présenté ses excuses quelques heures après avoir estimé que le président syrien Bachar al-Assad avait fait pire qu'Adolf Hitler en utilisant des armes chimiques, une comparaison semblant minimiser les crimes du nazisme et vite amendée devant le tollé.

«En toute franchise, j'ai fait par erreur un commentaire inapproprié et manquant de sensibilité au sujet de l'Holocauste et il n'y a aucune comparaison», a déclaré Sean Spicer, à l'origine d'une controverse mardi. «Pour cela, je présente mes excuses. C'était une erreur de faire cela».

Lors de son point de presse quotidien à la Maison-Blanche, il avait déclaré : «Pendant la Seconde Guerre mondiale, on n'a pas utilisé d'armes chimiques. Une personne aussi abjecte qu'Hitler n'est même pas tombée aussi bas que d'utiliser des armes chimiques».

Appelé à préciser sa pensée par une journaliste quelques minutes après, il avait ajouté à propos des armes chimiques, dans une réponse sinueuse. «En ce qui concerne le gaz sarin, [Hitler] n'a pas utilisé de gaz sur son propre peuple de la même façon qu'Assad [...] Je sais qu'il les a apportées dans les centres d'Holocauste. Mais je parle de la façon dont Assad les a utilisées, quand il est allé dans les villes et les a lâchées sur des innocents, au milieu des villes... Merci de la clarification».

Accusé d'avoir paru oublier les millions de Juifs, Allemands ou autres, tués dans les chambres à gaz, le porte-parole avait ensuite apporté une nouvelle clarification, déclarant hors podium : «Je n'ai aucunement tenté de minimiser la nature terrible de l'Holocauste. J'ai essayé de créer un contraste avec la tactique consistant à utiliser des avions pour larguer des armes chimiques sur des centres de population».

«Toute attaque contre des innocents est répréhensible et inexcusable», avait-il dit.

Peu après, le ministre de la Défense Jim Mattis avait relevé que «même pendant la Seconde Guerre mondiale, des armes chimiques n'ont pas été utilisées sur les champs de bataille». «Depuis la Première Guerre mondiale, il y a une convention internationale à ce sujet», a-t-il ajouté, lors d'une conférence de presse.

«Fake news»

Associations juives et élus démocrates ont vite dénoncé des propos antisémites ou révisionnistes. «Rien de moins que pendant la Pâque juive, Sean Spicer a nié l'Holocauste, la forme la plus répugnante de fake news possible, en niant qu'Hitler a gazé des millions de Juifs», a déclaré Steven Goldstein, directeur du centre Anne Frank aux États-Unis.

«Le principal porte-parole de la Maison-Blanche minimise l'horreur de l'Holocauste», a dénoncé Nancy Pelosi, chef des démocrates de la Chambre des représentants. «Sean Spicer doit être licencié, et le président doit immédiatement désavouer les propos de son porte-parole».

Les critiques portaient aussi sur le fait que M. Spicer, dans sa réponse embrouillée, ait dit «son propre peuple», paraissant faire une distinction entre Allemands et Juifs. «Hitler disait que les Juifs allemands n'étaient pas allemands afin de justifier ses atrocités», a rappelé l'élu démocrate Jerry Nadler sur Twitter.

«Le terme que vous cherchiez est camp de concentration», a lancé le sénateur démocrate Ben Cardin.

Concernant l'usage d'armes chimiques, «Hitler a largement eu recours aux gaz dans les camps de concentration, mais il ne les a jamais utilisés contre des soldats ou des villes», dit le professeur de science politique Richard Price, à l'Université de Colombie-Britannique à Vancouver, et auteur d'un ouvrage sur les armes chimiques.

Les analyses confirment l'utilisation du gaz sarin

Des analyses faites sur des blessés ont permis de confirmer que du sarin, un puissant agent neurotoxique, avait bien été utilisé lors d'une attaque qui a fait des dizaines de morts la semaine dernière en Syrie, a affirmé mardi le ministre turc de la Santé. Après des analyses de sang et d'urine prélevés sur des blessés soignés en Turquie, «il a été établi que du gaz sarin avait été utilisé», a déclaré Recep Akdag. La présence d'acide isopropyl méthylphosphonique, un élément qui «signe» l'utilisation du gaz, a été relevée. Plusieurs pays ont désigné le régime de Bachar Al-Assad comme responsable de cette attaque qui a fait 87 morts, dont des dizaines d'enfants.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer