État d'urgence en Égypte après deux attentats de l'EI

Le sol de l'église copte Mar Girgis de... (AFP)

Agrandir

Le sol de l'église copte Mar Girgis de Tanta, à environ 120 kilomètres du Caire, était recouvert de sang après qu'une bombe ait explosé à l'intérieur lorsque des fidèles étaient réunis pour célébrer le dimanche des Rameaux.

AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Le Caire

Le président égyptien a déclaré dimanche l'état d'urgence en Égypte, après deux attentats à la bombe revendiqués par le groupe État islamique (EI) qui ont visé des églises coptes et fait 44 morts.

La mesure annoncée par M. Sissi, dans une déclaration solennelle à la télévision, doit encore être approuvée par le Parlement.

«Il y a une série de procédures qui vont être prises, en premier lieu l'état d'urgence pendant trois mois», ont annoncé le président égyptien, le visage grave, précisant que la mesure avait été prise pour «protéger» et «préserver» le pays.

L'attentat d'Alexandrie, la grande ville du nord du pays, a été perpétré en début d'après-midi par un kamikaze «équipé d'une ceinture explosive» et a fait 17 morts - dont quatre policiers - et 48 blessés, selon le ministère de la Santé.

Après avoir été arrêté par des policiers, l'assaillant s'est fait exploser à l'entrée de l'église Saint-Marc où se trouvait le pape copte orthodoxe Tawadros II à l'occasion de la fête des Rameaux, selon le ministère de l'Intérieur.

L'Église copte a rapidement précisé que son chef n'avait pas été atteint, et qu'il se «porte bien».

L'autre attaque a eu lieu dans la matinée, à Tanta, une grande ville située à une centaine de kilomètres du Caire, dans le delta du Nil, en pleine célébration des Rameaux dans l'église Mar Girgis (Saint George). Elle a fait 27 morts et 78 blessés, selon le ministère de la Santé.

Violente explosion

L'EI, dont la branche égyptienne avait récemment appelé à prendre pour cible la communauté copte, a revendiqué ces attentats commis, selon les jihadistes, par des kamikazes égyptiens.

«Il y a eu une violente explosion, près de l'autel. Soudain tout est devenu noir, les gens ont volé les uns sur les autres», raconte à l'AFP Edmon Edward, qui assistait à la messe avec son frère Emil à Tanta. À l'intérieur de l'église, les bancs de bois brisés, le sol maculé de sang et les effets personnels, des victimes jonchant le sol témoignaient du drame.

Devant le cordon de sécurité établi par la police, des fidèles ont crié leur colère : «maintenant vous fermez la rue, à quoi ça sert maintenant? Vous auriez dû le faire avant l'explosion», a lancé une femme copte aux policiers à Alexandrie.

Ces attentats interviennent 19 jours avant une visite en Égypte du pape catholique François prévue les 28 et 29 avril.

«J'exprime mes profondes condoléances à mon cher frère, sa sainteté le pape Tawadros II, à l'Église copte et à toute la chère nation égyptienne. Je prie pour les défunts et les blessés», a réagi le pontife argentin.

Le président des États-Unis Donald Trump a condamné l'attentat sur son compte Twitter, se disant «confiant dans la capacité du président (Abdel Fattah al-Sissi) à gérer la situation comme il se doit».

M. Sissi a également demandé dimanche à l'armée de déployer des forces pour aider la police à protéger les «infrastructures vitales» du pays.

Parallèlement, le ministre de l'Intérieur Magdy Abdel Ghaffar a annoncé le remplacement du chef de la sécurité de la province de Gharbeya, où se trouve la ville de Tanta.

Al-Azhar, prestigieuse institution de l'islam sunnite basée au Caire, a de son côté condamné «un attentat terroriste lâche».

Les 15 membres du Conseil de sécurité des Nations unies ont qualifié de «lâches», les attentats, affirmant que «le terrorisme sous toutes ses formes constitue l'une des plus sérieuses menaces à la paix et à la sécurité internationales».

Ces attaques contre la minorité copte interviennent quatre mois après un attentat suicide spectaculaire, revendiqué par l'EI contre l'église Saint-Pierre et Saint-Paul du Caire. Vingt-neuf personnes avaient été tuées.

Les chrétiens d'Orient, de l'inquiétude à l'exil

Les chrétiens d'Orient sont enracinés au Moyen-Orient depuis les débuts du christianisme, constituant des communautés minoritaires, mais ils sont confrontés à des conflits meurtriers dans la région.

Celles-ci se singularise par l'extrême diversité des rites qui y ont vu le jour et qui s'y pratiquent encore.

Égypte 

Les Coptes orthodoxes, cibles dimanche de deux attentats revendiqués par le groupe État islamique (EI), constituent la communauté chrétienne la plus nombreuse du Moyen-Orient et l'une des plus anciennes.

Les Coptes représentent 10 % des plus de 92 millions d'Égyptiens et sont présents dans tout le pays, avec des concentrations plus fortes en Moyenne-Egypte. Ils sont faiblement représentés au gouvernement et se disent marginalisés.

Les Coptes sont de longue date la cible de violences, qui se sont aggravées depuis l'apparition de groupes jihadistes comme l'EI.

Irak 

Les Chaldéens représentent la majorité des chrétiens d'Irak. Forte de plus d'un million de personnes -dont plus de 600 000 à Bagdad- avant la chute de Saddam Hussein en 2003, la communauté chrétienne s'est réduite à moins de 350 000 âmes, beaucoup ayant fui les violences qui ensanglantent le pays depuis.

En effet, à partir de l'été 2014, les chrétiens de Mossoul, deuxième ville du pays, ont fui en masse l'offensive de l'EI qui a pris le contrôle de pans entiers du pays. Des dizaines de milliers d'autres, la plupart fidèles de l'Église catholique chaldéenne, les ont suivis sur les routes de l'exode.

Selon des témoignages de réfugiés, les jihadistes obligeaient les chrétiens à choisir entre la conversion à l'islam ou le paiement d'une forte taxe, en les menaçant de mort. L'EI commet des attaques contre tous ceux qu'elles jugent hérétiques en Irak : chrétiens, musulmans chiites, yazidis....

Qaraqosh, qui était la plus grande agglomération chrétienne d'Irak, a été reprise à l'EI en octobre 2016.

Syrie 

En Syrie, dévastée par six ans de guerre, les chrétiens représentent entre 5 et 9 % de la population (plus de 22 millions d'habitants).

Les chrétiens se sont largement tenus à l'écart d'un conflit qui a fait plus de 320 000 morts, mais nombre d'entre eux ont pris le parti du président Bachar al-Assad, notamment par crainte de l'islamisme de certains groupes rebelles.

Ils ont été pris pour cibles par les jihadistes de l'EI qui ont procédé à des enlèvements de masse et détruit des églises.

Selon l'évêque chaldéen d'Alep (nord), Mgr Antoine Audo, il ne resterait que 30 000 chrétiens sur les 160 000 qui vivaient à Alep, une ville ravagée par les combats et dont le régime a repris les quartiers rebelles après une violente campagne de bombardements. La moitié des 1,5 million de chrétiens de Syrie aurait quitté le pays, selon lui.

Liban 

Les chrétiens libanais sont la deuxième plus importante communauté chrétienne du Moyen-Orient après les Coptes d'Égypte. Le Liban est le seul pays de la région à être traditionnellement dirigé par un président chrétien, alors que tous les autres chefs d'État du monde arabe sont musulmans. Le système libanais est construit sur un partage du pouvoir fondé sur des quotas communautaires. Depuis l'indépendance en 1943, il garantit une parité inédite dans la région entre musulmans et chrétiens. La communauté chrétienne est devenue minoritaire au fil des décennies.

Territoires palestiniens 

En Cisjordanie occupée et à Jérusalem, on dénombre près de 50 000 chrétiens, principalement implantés à Bethléem et Ramallah.

Lieu de naissance du Christ selon la tradition, Bethléem, à majorité chrétienne il y a un demi-siècle, est aujourd'hui à majorité musulmane. Mais les chrétiens ont un rôle central dans d'importants secteurs économiques.

Dans la bande de Gaza, leur nombre est en baisse régulière, notamment après la prise du pouvoir par le mouvement islamiste Hamas en 2007.

Jordanie 

Les chrétiens représentent 6 % de la population jordanienne, évaluée à 9,5 millions d'habitants. Des chrétiens occupent des postes élevés et ont droit à une représentation parlementaire.




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer