Objectif Mars pour Trump et la NASA

Donald Trump montre la veste à l'effigie de... (AFP, Nicholas Kamm)

Agrandir

Donald Trump montre la veste à l'effigie de la NASA qu'il a reçue après avoir signé une loi définissant l'objectif d'une mission habitée vers Mars.

AFP, Nicholas Kamm

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Washington

Le président des États-Unis, Donald Trump, a signé mardi une loi définissant l'objectif central de la NASA sur les décennies à venir : les missions habitées vers l'espace lointain, avec la planète Mars en ligne de mire.

Selon le texte adopté - fait rare - à l'unanimité par le Sénat et la Chambre des représentants, l'agence spatiale américaine devra travailler vers l'objectif «d'une mission habitée vers Mars au cours de la décennie 2030».

La loi insiste sur l'importance du programme Orion, capsule dont l'objectif affiché est de voler plus loin qu'aucun engin spatial jamais construit pour transporter des humains. Orion sera propulsée vers l'espace par une puissante fusée baptisée Space Launch System.

«La NASA devra poursuivre le développement du SLS (...) afin de permettre l'exploration humaine de la Lune, de Mars et au-delà au cours du siècle à venir», indique le texte.

Cette loi «réaffirme notre engagement sur la mission centrale de la NASA : l'exploration spatiale humaine», a souligné le président américain en signant le texte en présence de nombreux élus dont deux de ses ex-rivaux à la primaire républicaine : Ted Cruz (Texas) et Marco Rubio (Floride).

Saluant «le rôle héroïque» des astronautes américains au cours des décennies écoulées, Donald Trump a évoqué les premiers pas de l'homme sur la Lune, en juillet 1969, «un grand moment dans notre histoire».

«Notre nation est prête à être de nouveau la première dans l'espace», a-t-il ajouté, appelant de ses voeux la multiplication des partenariats avec le secteur privé et s'inscrivant, sur ce thème, dans la droite ligne de son prédécesseur démocrate Barack Obama.

Quelques semaines avant son départ de la Maison-Blanche, ce dernier avait énoncé «un objectif clair pour le prochain chapitre de l'histoire de l'Amérique dans l'espace : envoyer des humains sur Mars dans la décennie 2030 et les faire revenir sur Terre en sécurité».

Les experts sont unanimes : atteindre la planète rouge, qui se trouve à une distance de 225 millions de kilomètres de la Terre, et y vivre, nécessitera une véritable prouesse technique et un budget immense.

Si l'exploration de l'espace lointain est une priorité qui rassemble les élus des deux bords, le rôle important de la NASA dans l'étude du changement climatique pourrait en revanche donner lieu à une âpre bataille, l'administration Trump souhaitant le remettre en cause.

Dans une tribune publiée dans SpaceNews peu avant l'élection, Robert Walker et Peter Navarro, deux proches conseillers du magnat de l'immobilier déploraient, mettant en doute la réalité du changement climatique, que la NASA se consacre à «la surveillance environnementale politiquement correcte».




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer