Le président turc anticipe un retour de la peine de mort

La peine capitale a été abolie en 2004... (AP, Lefteris Pitarakis)

Agrandir

La peine capitale a été abolie en 2004 dans le cadre de la candidature d'Ankara à l'entrée dans l'Union européenne, et son rétablissement marquerait la fin des négociations sur cette adhésion.

AP, Lefteris Pitarakis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Istanbul

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré samedi s'attendre à ce que le Parlement approuve le rétablissement de la peine capitale après le référendum sur l'extension de ses pouvoirs, une mesure qui couperait court au processus d'adhésion de la Turquie à l'UE.

«Les familles des martyrs, les familles de nos héros ne doivent pas s'inquiéter. Je crois, si Dieu le veut, que le Parlement fera le nécessaire à propos de vos exigences sur la peine capitale après le 16 avril», a précisé M. Erdogan, lors d'un discours prononcé à Canakkale, dans le nord-ouest du pays.

Sa signature étant nécessaire pour valider un tel projet de loi du Parlement, il a ajouté qu'il approuverait le texte «sans hésiter».

La peine capitale a été abolie en 2004 dans le cadre de la candidature d'Ankara à l'entrée dans l'Union européenne, et son rétablissement marquerait la fin des négociations sur cette adhésion.

«Ce que diront Hans ou Georges ne nous intéresse pas», a ajouté samedi M. Erdogan, utilisant deux prénoms qu'il utilise généralement pour désigner l'Europe. «Que dira mon peuple? Que dira le droit? Voilà ce qui nous importe».

Depuis le putsch avorté du 15 juillet, le président turc a dit à plusieurs reprises qu'il approuverait le rétablissement de la peine de mort en cas de vote du Parlement en ce sens. Il avait même évoqué en février un possible référendum sur le sujet.

C'est en revanche la première fois qu'il appelle le Parlement à approuver la restauration de la peine capitale après le vote sur une révision constitutionnelle visant à renforcer les pouvoirs présidentiels, le 16 avril.

«Prétexte»

Les relations entre la Turquie et l'UE se sont fortement dégradées ces dernières semaines après l'interdiction, notamment en Allemagne et aux Pays-Bas, de meetings en faveur du référendum auxquels devaient participer des membres du gouvernement turc.

Dans une nouvelle salve contre les dirigeants européens, Recep Tayyip Erdogan a reproché samedi à Angela Merkel son soutien aux Pays-Bas. «Honte à vous ! Vous êtes tous les mêmes», a-t-il fustigé. «Quoi que vous fassiez, vous ne ferez pas dévier cette nation de son chemin. Le 16 avril, si Dieu le veut, ma nation donnera (...) à l'Europe la plus belle des réponses à son comportement erroné».

M. Erdogan avait déjà à plusieurs reprises assimilé l'annulation de ces meetings à des pratiques nazies et dénoncé «un esprit de fascisme débridé» en Europe.

«Ce qui a été dit ces dernières semaines est si abracadabrant et absurde qu'il est difficile de continuer à les écouter», a estimé le ministre allemand des Affaires étrangères, Sigmar Gabriel, dans un entretien à Der Spiegel.

Selon des analystes, M. Erdogan veut se placer en homme fort face à l'Europe dans l'objectif de séduire l'électorat nationaliste turc.

Une opinion que partage M. Gabriel : «Il a besoin d'un ennemi pour sa campagne électorale: la Turquie humiliée et l'Occident hautain.»

Le patron des Renseignements extérieurs allemands, Bruno Kahl, a lui, assuré à Der Spiegel que contrairement à ce qu'affirme Ankara, le prédicateur Fethullah Gülen n'est pas à l'origine du putsch raté en juillet en Turquie. «La Turquie a essayé à différents niveaux de nous en convaincre. Mais jusqu'ici elle n'y est pas parvenue».

Les autorités turques accusent Fethullah Gülen, un prédicateur installé aux États-Unis d'avoir ourdi la tentative de putsch du 15 juillet 2016, ce que l'intéressé dément catégoriquement.

«Le putsch n'était qu'un prétexte bienvenu», a ajouté M. Kahl, à propos des purges d'une ampleur inédite intervenues depuis l'été dernier.

Depuis le coup d'État manqué, plus de 43 000 personnes ont été arrêtées en Turquie et plus de 100 000 limogées ou suspendues, notamment des professeurs, des policiers et des magistrats.

***

Début des travaux du «plus grand pont suspendu au monde»

La Turquie a lancé samedi les travaux d'un gigantesque pont suspendu au-dessus du détroit des Dardanelles, qui lie la mer Égée à la mer de Marmara, dans le nord-ouest du pays.

Ce pont comptera six voies de circulation et sera ouvert au public en 2023, date du centenaire de la République turque, selon l'agence progouvernementale Anadolu.

En accord avec cette date, sa travée centrale mesurera 2023 mètres, ce qui en fera le plus grand pont suspendu au monde, selon Anadolu, devançant le pont japonais Akashi Kaikyo, qui compte 1991 mètres entre ses piliers principaux.

Ce projet n'est que l'un des «projets fous» du président Erdogan, qui a lancé des chantiers monumentaux à travers le pays dans le but de construire une «Nouvelle Turquie» avec des infrastructures transformées à temps pour le 100e anniversaire de la fondation de la République turque par Mustafa Kemal Atatürk, en 2023.

Mené par un consortium alliant les entreprises sud-coréennes SK et Daelim aux turques Limak et Yapi Merkezi, le projet devrait coûter plus de 10 milliards de livres turques (plus de 3,6 milliards $CAN), précise Anadolu.

La cérémonie de lancement des travaux s'est tenue en présence du président Erdogan côté asiatique, et du premier ministre Binali Yildirim côté européen. Le ministre sud-coréen des Transports et des Infrastructures, Ho-in Kang, était également présent.

«Il s'agira du meilleur pont au monde. Il liera l'Europe et l'Asie», a déclaré Recep Tayyip Erdogan, en pleine campagne pour un référendum le 16 avril sur l'extension de ses pouvoirs.

Cette cérémonie s'est tenue le jour de la commémoration de la bataille des Dardanelles, qui a opposé à partir du printemps 1915 les troupes britanniques et françaises à celles de l'Empire ottoman et s'est terminée par un cuisant revers pour les Alliés après neuf mois de combat.

Le pont, nommé en hommage à cette bataille, Pont Çanakkale 1915 (du nom turc des Dardanelles), sera la première structure permanente à traverser ce détroit, appelé Hellespont chez les Grecs anciens.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer