François Fillon inculpé

À 40 jours du premier tour, François Fillon... (AFP, Geoffroy Van Der Hasselt)

Agrandir

À 40 jours du premier tour, François Fillon a été inculpé pour «détournement de fonds publics», «recel et complicité d'abus de biens sociaux» et «manquement aux obligations déclaratives à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique».

AFP, Geoffroy Van Der Hasselt

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Paris

Le conservateur François Fillon, soupçonné d'avoir accordé des emplois fictifs à sa famille, a été inculpé mardi pour «détournements de fonds publics», une première pour un candidat majeur dans la course à la présidentielle française.

L'audition du candidat de la droite par les juges devait avoir lieu mercredi, mais «l'audition a été avancée pour qu'elle se déroule dans des conditions de sérénité», a déclaré son avocat, Me Antonin Lévy. Cette inculpation «n'est pas une déclaration de culpabilité», a-t-il ensuite martelé sur la chaîne BFMTV.

À 40 jours du premier tour, M. Fillon a été inculpé pour «détournement de fonds publics», «recel et complicité d'abus de biens sociaux» et «manquement aux obligations déclaratives à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique», a confirmé une source judiciaire.

Après avoir dénoncé un acharnement médiatique et un «assassinat politique», François Fillon a refusé de répondre aux questions des juges. Il leur a lu une déclaration réaffirmant que le travail de sa femme en tant qu'assistante parlementaire n'est «pas fictif».

L'emploi de sa femme Penelope comme assistante parlementaire - de 1986 à 2013 avec des interruptions -, est au coeur de l'affaire qui focalise depuis des semaines l'attention des médias et de l'opinion, occultant les enjeux du scrutin organisé les 23 avril et 7 mai.

Le candidat, désormais donné battu après avoir été donné favori de la course, a plusieurs fois dit sa volonté d'aller «jusqu'au bout», quelle que soit l'issue judiciaire. Il avait précédemment affirmé qu'il renoncerait à la course en cas d'inculpation.

C'est la première fois qu'un candidat majeur sous le coup d'une inculpation se présente à une élection présidentielle en France.

M. Fillon a poursuivi mardi sa campagne. Tout juste a-t-il déploré dans son discours que les «balles volent bas» dans la campagne et affirmé que cela ne lui déplaisait pas d'être «au côté de vrais chasseurs».

Autres déboires judiciaires

Donnant à cette campagne une tournure inédite, deux autres candidats-clés connaissent des déboires judiciaires. La candidate d'extrême droite Marine Le Pen, donnée en tête des sondages pour le premier tour, est visée par une enquête judiciaire sur des soupçons d'emplois fictifs d'assistants de son parti au Parlement européen.

Et le nom du candidat centriste Emmanuel Macron, l'ancien ministre de François Hollande, a été cité dans une affaire relative à un déplacement à Las Vegas.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer