Joe Biden aurait voulu devenir le président qui mettrait fin au cancer

C'est avec un message d'espoir, mais aussi un... (AP, Ricardo B. Brazziell)

Agrandir

C'est avec un message d'espoir, mais aussi un appel à l'action, que Joe Biden s'est présenté devant la foule au festival d'innovation et de technologie South By South West, à Austin, au Texas, dimanche, pour présenter son initiative de lutte contre le cancer.

AP, Ricardo B. Brazziell

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Caroline St-Pierre
La Presse Canadienne
Austin, Texas

Lorsque l'ancien vice-président des États-Unis, Joe Biden, a renoncé à se présenter comme candidat à l'investiture démocrate à l'automne 2015, il a immédiatement eu un regret: il ne deviendrait jamais le président qui réussirait à mettre fin au cancer, tel qu'on le connaît.

Il venait alors de perdre son fils aîné Beau, mort d'un cancer au cerveau à l'âge de 46 ans, et il savait qu'il n'avait pas le coeur ni l'énergie nécessaires pour se lancer dans l'exigeante course. Sa lourde perte lui a toutefois donné une mission: la lutte contre le cancer, mission immédiatement appuyée par son ami Barack Obama.

C'est avec un message d'espoir, mais aussi un appel à l'action, qu'il s'est présenté devant la foule au festival d'innovation et de technologie South By South West, à Austin, au Texas, dimanche, pour présenter son initiative de lutte contre le cancer.

«Pourquoi [suis-je venu à] South By South West? Parce que certains des esprits les plus innovateurs sont actuellement devant moi», a-t-il lancé, ajoutant qu'il aimerait bien que ces créateurs mettent leur intelligence au profit de sa cause et non «seulement pour des trucs amusants».

«Votre génération pourrait devenir la première à connaître le cancer comme une maladie évitable et traitable et non comme une condamnation à mort», croit-il.

Selon l'ancien vice-président, la science et la technologie ont atteint un tournant et la solution est près, mais il estime qu'une plus grande collaboration entre les spécialistes des différentes disciplines est requise, qu'il faut mettre en commun les données récoltées auprès des patients à travers le monde et qu'une meilleure gestion des études cliniques est nécessaire.

Il entretient également l'espoir que la nouvelle administration sera aussi déterminée et enthousiaste dans sa lutte contre le cancer, «le dernier enjeu bipartisan qui existe toujours au pays». Avec émotion dans la voix, il a d'ailleurs rappelé que le leader des républicains au Sénat, Mitch McConnell, avait voté pour renommer un projet de loi visant à accélérer la recherche contre le cancer en l'honneur de Beau Biden.

«Le noyau des républicains, des démocrates, du Congrès, est formé de gens biens, décents, honorables. Je suis confiant», a-t-il soutenu.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer