Philippines: arrestation d'une opposante au président Duterte

Leila De Lima a récemment qualifié le président... (AFP, Ted Aljibe)

Agrandir

Leila De Lima a récemment qualifié le président Rodrigo Duterte de «tueur en série psychopathe».

AFP, Ted Aljibe

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Cecil Morella
Agence France-Presse
Manille

Un mandat d'arrêt a été émis jeudi contre la sénatrice Leila de Lima, l'une des plus virulentes opposantes du président philippin Rodrigo Duterte, pour une affaire de trafic de drogue qu'elle estime montée de toute pièce.

L'élue de 57 ans, qui a qualifié récemment M. Duterte de «tueur en série psychopathe» pour sa guerre contre la drogue, risque la prison à vie si elle est condamnée pour cette affaire. Soutenue par l'opposition et des défenseurs des droits de l'Homme, elle nie toute implication.

«Je n'ai pas prévu de fuir ni de me cacher. Je ferai face à toutes ces accusations», a déclaré en larmes Leila De Lima à la presse au Sénat. Elle a demandé à la police de respecter l'accord conclu, selon elle, visant à ne pas l'arrêter jeudi mais à attendre vendredi. Ce qui sera respecté, selon les autorités.

Lien avec les escadrons de la mort

L'avocate tente depuis près de 10 ans de démontrer le lien de M. Duterte avec les escadrons de la mort, accusés de milliers de meurtres. Le président a été accusé maintes fois d'avoir dirigé un escadron de la mort à la mairie de Davao qu'il a dirigée pendant plus de 20 ans.

La sénatrice est accusée d'avoir orchestré un réseau de trafic de drogue lorsqu'elle était ministre de la Justice au sein de la précédente administration de Benigno Aquino, ce qu'elle nie.

«Cette arrestation est une revanche purement politique et n'a aucune place dans un système judiciaire qui applique la loi», a réagi le parti libéral, au pouvoir pendant six ans avec Benigno Aquino.

À l'inverse, le porte-parole de M. Duterte a estimé que cette arrestation montrait «la forte détermination du président à combattre les revendeurs de drogue, les trafiquants et leurs protecteurs».

La sénatrice a déclaré mardi que Rodrigo Duterte était un «tueur en série psychopathe» qui devait être forcé au départ. Elle a invoqué le souvenir de la révolution du «pouvoir du peuple» qui avait renversé le dictateur Ferdinand Marcos en 1986 pour porter sa charge la plus virulente contre le président Duterte et sa guerre sanglante contre la drogue.

L'organisation de défense des droits de l'Homme Amnesty International a estimé que si De Lima était arrêtée, elle pourrait être considérée comme prisonnière d'opinion.

«L'arrestation de de Lima est une tentative claire du gouvernement philippin de faire taire les critiques du président Duterte et de détourner l'attention des graves violations des droits de l'Homme dans la ''guerre contre la drogue''» voulu par le président, écrit Amnesty.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer