Trump battu en appel sur son décret

Le président américain, Donald Trump, a rencontré les... (AP, Evan Vucci)

Agrandir

Le président américain, Donald Trump, a rencontré les sénateurs à la Maison-Blanche concernant son candidat qui devra combler le siège d'Antonin Scalia à la Cour suprême, Neil Gorsuch. Ce dernier a d'ailleurs critiqué les attaques du président concernant les juges, les qualifiant de «décourageants» et de «démoralisants».

AP, Evan Vucci

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Los Angeles

La Justice a infligé un camouflet jeudi à Donald Trump en maintenant la suspension de son très controversé décret anti-immigration, et le président américain a promis de continuer à défendre sa mesure devant les tribunaux.

L'appel du gouvernement est «rejeté», ont écrit les trois juges de la cour d'appel de San Francisco dans leur décision prise à l'unanimité, insistant sur la nécessité de protéger «l'intérêt général».

Le gouvernement n'a pas démontré que le maintien de la suspension du décret se traduirait par de graves atteintes à la sécurité des États-Unis, ont conclu les magistrats dans leur arrêt très attendu.

Le décret signé le 27 janvier interdisait l'accès aux États-Unis pour trois mois aux ressortissants de sept pays musulmans et pour quatre mois aux réfugiés. Une interdiction illimitée dans le temps pour les Syriens.

«RENDEZ-VOUS AU TRIBUNAL, LA SÉCURITÉ DE NOTRE NATION EST EN JEU!», a tweeté le président américain peu après l'annonce de la décision. Il est probable que le combat engagé aille en Cour suprême.

Donald Trump avait présenté son décret comme une mesure de «bon sens» pour la sécurité des Américains et contre le terrorisme.

Il s'agissait aussi de la mesure la plus emblématique de son début de mandat. Après seulement trois semaines à la Maison-Blanche, il subit donc un revers politique majeur et se retrouve entraîné dans une bataille judiciaire qui promet d'être longue et tendue.

Les juges William Canby, Richard Clifton et Michelle Friedland ont souligné que le gouvernement n'avait «pas fait la preuve qu'un étranger d'un des pays incriminés a perpétré un attentat aux États-Unis» par le passé.

Cette mesure avait dans les jours qui ont suivi sa promulgation provoqué le chaos dans les aéroports américains. Les réactions n'ont pas tardé jeudi après l'annonce que le décret restait suspendu.

Le gouverneur de l'État de Washington Jay Inslee s'est réjoui d'une «victoire». «Personne n'est au-dessus des lois, pas même le président», a-t-il ajouté.

«Depuis l'injonction» du juge James Robart vendredi dernier suspendant le décret, «nous avons vu dans notre État un Somalien réuni avec sa femme, citoyenne américaine». «Une sommité mondiale du domaine de la santé d'origine irakienne a été en mesure de retrouver ses collègues de l'université de Washington. Et un étudiant qui travaille sur le virus du sida peut continuer ses recherches importantes», a conclu le gouverneur.

L'association de défense des droits civiques ACLU a quant à elle assuré que la décision de la cour d'appel était «correcte», qualifiant le décret d'»interdiction des musulmans» («Muslim ban»).

«Les tentatives erratiques et chaotiques du gouvernement de réinstaurer une interdiction anticonstitutionnelle ont eu un impact terrible sur des individus innocents, sur les valeurs du pays et sur notre statut dans le monde», ajoute l'association.

Les républicains derrière le président

Côté républicains, le sénateur Tom Cotton a de nouveau martelé que le décret du président Trump est «complètement légal» et a qualifié de «malavisée» la position d'une cour d'appel «notoirement à gauche», dont les décisions sont selon lui les plus fréquemment «cassées par la Cour Suprême».

«Aucun étranger n'a de droit constitutionnel d'entrée aux États-Unis et les tribunaux n'ont pas à remettre en question les décisions sensibles du président sur la sécurité nationale», a-t-il fait valoir.

Au cours des derniers jours, le président américain a multiplié les pressions et les attaques contre la justice qu'il accuse notamment d'être «politisée».

Quelques heures avant la décision de la cour, Donald Trump s'était lancé dans une nouvelle salve d'attaques sur Twitter qui ne devrait pas contribuer à apaiser les inquiétudes de l'institution judiciaire.

S'en faisant l'écho, le magistrat Neil Gorsuch, sélectionné par Donald Trump pour occuper le siège vacant de la Cour suprême, a ainsi estimé mercredi «décourageants» et «démoralisants» les commentaires du président sur les juges.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer