Les médias accusés de mentir sur la foule à l'investiture

Les images aériennes diffusées vendredi par les télévisions... (AFP)

Agrandir

Les images aériennes diffusées vendredi par les télévisions américaines montraient une foule qui n'allait pas jusqu'au Washington Monument et était clairement inférieure à un million et demi.

AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Washington

Au lendemain de sa prestation de serment, le nouveau président des États-Unis Donald Trump s'en est pris samedi avec véhémence aux médias, accusés d'avoir menti sur l'estimation du nombre de personnes ayant assisté à sa prestation de serment.

«Honnêtement, cela avait l'air d'un million et demi de personnes, cela allait jusqu'au Washington Monument», a-t-il affirmé, contre toute évidence, à l'occasion d'une visite au siège de la CIA.

«Je regarde cette chaîne de télévision, et ils montraient des pelouses vides et parlaient de 250 000 personnes», a-t-il encore dit. «C'est un mensonge», a-t-il poursuivi.

Évoquant sa «guerre » en cours contre les médias, le 45e président des États-Unis a affirmé que les journalistes faisaient partie « des êtres humains les plus malhonnêtes de la terre».

La police américaine ne fournit en principe pas de chiffres lors des manifestations, mais les images aériennes diffusées vendredi par les télévisions américaines montraient une foule qui n'allait pas jusqu'au Washington Monument et était clairement inférieure à un million et demi.

Cette foule était aussi notoirement plus faible que celle qui s'était rassemblée au même endroit lors des deux prestations de serment de Barack Obama, en 2009 et en 2013.

Lors d'une déclaration peu après depuis la salle de presse de la Maison-Blanche, Sean Spicer, porte-parole de M. Trump s'en est pris avec force aux journalistes, dénonçant des tentatives «honteuses» de minimiser selon lui le succès populaire de la prestation de serment du nouveau président.

«Ce fut la plus grande foule jamais vue lors d'une investiture, point barre», a-t-il affirmé, sans fournir d'éléments concrets pour appuyer ses dires.

«Nous allons demander à la presse de rendre des comptes», a-t-il encore lancé, élevant la voix.

«Les Américains méritent mieux et tant qu'il sera le messager d'un mouvement, Donald Trump s'adressera directement à eux», a-t-il ajouté, refusant de répondre à la moindre question des journalistes présents.

Popovich dénonce «l'immaturité» de Trump

Gregg Popovich, considéré comme un des meilleurs entraîneurs de l'histoire de la NBA, a critiqué avec virulence Donald Trump.

«On est arrivé à un point où il est difficile de croire tout ce qui sort de sa bouche, c'est vraiment impossible», a lancé l'entraîneur des Spurs de San Antonio. L'ancien officier de l'armée de l'air américaine réagissait à la conférence de presse au siège de la CIA, où le nouveau président des États-Unis s'en est pris samedi aux médias, accusés d'avoir menti sur l'estimation du nombre de personnes ayant assisté à sa prestation de serment la veille.

«Au lieu de rendre hommage aux 117 employés de la CIA morts en service célébrés par le mémorial devant lequel il se trouvait, il a parlé des chiffres de spectateurs. C'est inquiétant, je me sentirais mieux si la personne qui occupait le poste de président des États-Unis avait la maturité et l'équilibre émotionnel et psychologique d'une personne de son âge», a asséné Popovich, qui est aussi depuis fin 2016 l'entraîneur de l'équipe des États-Unis.

«C'est dangereux et ce n'est bien pour personne, j'espère qu'il va faire du bon boulot, mais il y a une différence entre respecter la fonction de président et celui qui est poste. Et le respect se mérite», a insisté Popovich. «C'est difficile de respecter quelqu'un, alors que nous avons tous des enfants, qui tient des propos misogynes, xénophobes, racistes et se moquant des handicapés.

«Mais voir toutes ces manifestations avec tous ces gens réagissant à la façon dont il se comporte m'a fait du bien, je me suis dit : "Tu vis dans un pays où beaucoup de gens veulent le meilleur pour leur pays"», a conclu Popovich, qui a conduit San Antonio à cinq titres de la NBA.  AFP

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer