Avalanche en Italie: les secouristes gardent espoir

Les secouristes avaient repris espoir samedi après le... (AFP)

Agrandir

Les secouristes avaient repris espoir samedi après le sauvetage dans la nuit de deux femmes et deux hommes, extraits vivants et en relative bonne santé des décombres. Ces derniers sauvetages portent à 11 le nombre total de survivants.

AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Penne

Les secouristes refusaient samedi d'abandonner tout espoir de retrouver de nouveaux survivants parmi les 23 personnes toujours disparues, trois jours après l'avalanche qui a enseveli un hôtel dans le centre de l'Italie.

En déplaçant à mains nues neige et décombres, «de la vapeur s'échappe parfois», preuve qu'il y a «des poches d'air, et cela nous donne encore de l'espoir», voulait croire Alessandro Massa, 34 ans, après une nouvelle journée d'intenses recherches.

Pourtant, depuis 24 heures, aucun signe de vie n'a été identifié par les quelque 135 secouristes présents autour de l'hôtel Rigopiano, vaste bâtiment de trois étages situé à flanc de montagne dans les Abruzzes, aujourd'hui presque totalement détruit et enseveli sous la neige. Le mauvais temps rendait aussi les opérations de secours très difficiles.

Les secouristes avaient repris espoir samedi après le sauvetage dans la nuit de deux femmes et deux hommes, extraits vivants et en relative bonne santé des décombres. Ces derniers sauvetages portent à 11 le nombre total de survivants. 

L'un de ces enfants survivants, Edoardo, âgé d'une dizaine d'années, a raconté aux médias que la salle de jeux où il se trouvait avec deux autres enfants au moment de l'avalanche a été miraculeusement épargnée. En revanche, sa mère a été identifiée parmi les deux femmes dont les corps sans vie ont été retrouvés samedi.

Selon un médecin de l'hôpital où il a été soigné pour une légère hypothermie, Edoardo et l'autre petit garçon, Samuel, se portent bien, mais ont été très secoués par ces épreuves.

D'après les médecins et secouristes, les survivants ont tenu grâce aux vêtements d'hiver et aux combinaisons de ski qu'ils portaient, mais aussi grâce à l'effet «igloo» de la neige qui a enseveli l'hôtel et l'a isolé des températures glaciales auxquelles les sauveteurs sont confrontés.

Chutes de neige historiques

L'un des survivants, Giampiero Parete, retrouvé dans la nuit de mercredi à jeudi dans sa voiture, a décrit la puissance de cette avalanche, qui a tout emporté sur un front d'environ 300 mètres : «J'ai senti le vent et entendu un bruit sourd et très fort d'arbres qui se cassent, de troncs qui roulent. Puis l'hôtel s'est écroulé, abattu par une énorme vague de neige et de morceaux de la montagne.»

Le centre de l'Italie a connu depuis une dizaine de jours des chutes de neige historiques avant d'être frappé mercredi par quatre forts séismes d'une magnitude de 5,2 à 5,7.

Près de 8000 personnes sont mobilisées pour venir en aide aux sinistrés, ainsi qu'aux centaines d'habitants de hameaux isolés et aux plus de 30 000 foyers privés d'électricité, dans une région qui peinait déjà à se relever après les séismes dévastateurs d'août et d'octobre. Une vaste opération d'évacuation par hélicoptères était ainsi en cours à Valle Castellana, dans les Abruzzes, où quelque 120 personnes sont toujours bloquées par la neige depuis quatre jours.

«J'ai senti le vent et entendu un bruit sourd et très fort d'arbres qui se cassent, de troncs qui roulent. Puis l'hôtel s'est écroulé, abattu par une énorme vague de neige et de morceaux de la montagne»

Un survivant de la catastrophe
Les équipes de recherches travaillent sans relâche depuis... (Corpo Nazionale Soccorso Alpino e Speleologico/The National Alpine Cliff and Cave Rescue Corps (CNSAS) via AP) - image 3.0

Agrandir

Les équipes de recherches travaillent sans relâche depuis l'avalanche de mercredi.

Corpo Nazionale Soccorso Alpino e Speleologico/The National Alpine Cliff and Cave Rescue Corps (CNSAS) via AP

Chutes de neige historiques 

L'un des survivants, retrouvé dans la nuit de mercredi à jeudi dans sa voiture, Giampiero Parete, était sorti prendre des médicaments dans sa voiture.

«J'ai senti le vent et entendu un bruit sourd et très fort d'arbres qui se cassent, de troncs qui roulent. Puis l'hôtel s'est écroulé, abattu par une énorme vague de neige et de morceaux de la montagne», a-t-il expliqué à des médias.

Ce sont finalement sa femme et son fils qui ont été sortis en premier des décombres vendredi, apparemment en bonne santé. Sa fille de six ans a suivi, dans le groupe secouru dans l'après-midi.

La progression des secours est difficile parce que la structure risque de s'écrouler. Et le brouillard qui a envahi la région samedi empêchait également les vols des hélicoptères.

Le centre de l'Italie a connu depuis une dizaine de jours des chutes de neige historiques et a été frappé mercredi par quatre fortes secousses d'une magnitude de 5,2 à 5,7.

En plus des victimes de l'hôtel, ces tremblements de terre ont fait au moins cinq morts, selon un dernier bilan de la Protection civile publié samedi.

Près de 8000 personnes sont mobilisées pour venir en aide aux sinistrés, ainsi qu'aux centaines d'habitants de hameaux isolés et aux plus de 30 000 foyers privés d'électricité, dans une région qui peinait déjà à se relever après les séismes dévastateurs d'août et d'octobre.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer