La conférence de presse agitée de Trump

Mercredi, à New York, Donald Trump a eu... (AFP, Timothy A. Clary)

Agrandir

Mercredi, à New York, Donald Trump a eu notamment à répondre au sujet de ses liens présumés avec la Russie. Le président désigné en a aussi profité pour écorcher quelques journalistes au passage.

AFP, Timothy A. Clary

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York

Le président désigné Donald Trump a laissé éclater sa colère mercredi lors d'une conférence de presse contre les «fausses informations» diffusées par des médias sur d'éventuels liens secrets avec Moscou. En voici les principaux points :

Des infos «bidon»

Donald Trump a admis que la Russie était à l'origine des piratages informatiques du Parti démocrate pendant la campagne présidentielle, mais a vigoureusement rejeté la publication d'un document de 35 pages par des médias américains, contenant des informations non vérifiées sur des dossiers potentiellement compromettants sur lui. Ces derniers seraient selon le rapport en question détenus par la Russie.

«Cela n'aurait jamais dû être rédigé, jamais, et certainement pas être rendu public!» s'est emporté Donald Trump. «Ce sont des fausses informations. C'est bidon. Ça n'est jamais arrivé», a-t-il ajouté.

«Phobie des microbes»

«Je suis très prudent [...] J'étais en Russie il y a plusieurs années pour le concours de Miss Univers [...] et j'ai dit à tout le monde : "Soyez prudents si vous ne voulez pas vous retrouver à la télévision. Il y a des caméras partout."»

Il a ajouté, à propos de l'existence supposée d'une vidéo compromettante le montrant avec des prostituées : «J'ai vraiment la phobie des microbes. Croyez-moi.»

L'amitié de Poutine, un «atout»

Le milliardaire a salué le fait que Moscou ait nié avoir des dossiers compromettants sur lui. «Ils ont dit que ça n'était jamais arrivé [...] je respecte le fait qu'il [Poutine] ait dit ça.»

Si le président Poutine m'apprécie, «c'est un atout», a fait valoir Donald Trump, laissant toutefois filtrer une critique du président russe pour son rôle supposé dans le piratage du Parti démocrate.

Poutine «ne devrait pas faire cela. Il ne le fera pas. La Russie aura beaucoup plus de respect pour notre pays quand je le dirigerai que lorsque d'autres gens le dirigeaient», a promis le républicain.

Renseignement et presse dans le viseur

CNN a été le premier média à rapporter que les chefs du renseignement américain avaient présenté vendredi au président sortant Barack Obama, à Donald Trump et à des membres du Congrès un résumé de deux pages du document faisant état d'informations compromettantes.

Le site Internet Buzzfeed a ensuite publié la version complète.

«Je pense que c'est scandaleux, scandaleux, que les agences de renseignements aient permis [la publication] d'une information qui s'est révélée erronée et fausse, s'est emporté Donald Trump. C'est quelque chose que l'Allemagne nazie aurait fait, et a fait», a-t-il ajouté, avant de qualifier Buzzfeed de «tas d'ordures sur le déclin».

Il s'en est aussi pris longuement au correspondant de CNN, assis au premier rang, qui tentait de poser une question.

«Non, pas vous! Votre organisation est horrible. Taisez-vous! Non, je ne vous donnerai pas de question.»

Contre l'industrie pharmaceutique

Le président désigné s'en est pris à l'industrie pharmaceutique américaine, accusée d'être un «désastre», en vendant aux États-Unis des médicaments fabriqués à l'étranger et en s'en sortant «indemne».

«Ils s'en vont de tous les côtés. Ils nous fournissent des médicaments mais ils ne les produisent pas ici, en grande partie», a-t-il dit, notant que ce secteur avait «beaucoup de lobbyistes et de pouvoir» et provoquant une chute des actions de ces groupes en Bourse.

Un ministre du gouvernement Obama

M. Trump a annoncé la nomination d'un actuel responsable de l'administration Obama au poste de ministre des Anciens Combattants. Il s'agit de David Shulkin, actuel sous-secrétaire aux Anciens Combattants chargé de la santé.

Le plus grand créateur d'emplois

«Nous allons créer des emplois. J'ai dit que j'allais être le plus grand créateur d'emplois que Dieu ait jamais créé. Je le crois vraiment», a relevé M. Trump.

Le Mexique remboursera le mur

Le Mexique paiera le mur promis par Trump entre les deux pays. Les États-Unis financeront d'abord sa construction puis le Mexique remboursera Washington «d'une façon ou d'une autre», a assuré M. Trump, en indiquant que le mur serait lancé «immédiatement après» sa prise de fonction le 20 janvier.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer