Lutte à l'EI: percée des forces irakiennes à Mossoul, attentat à Bagdad

Les soldats irakiens se trouvaient à proximité de... (AFP, Dimitar Dilkoff)

Agrandir

Les soldats irakiens se trouvaient à proximité de Mossoul, dimanche, et s'avançaient pour la première fois dans la région du fleuve Tigre, longtemps sous contrôle des djihadistes.

AFP, Dimitar Dilkoff

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Bagdad

Les forces d'élite irakiennes combattant les djihadistes du groupe État islamique (EI) dans l'est de Mossoul ont atteint dimanche pour la première fois le fleuve Tigre qui divise la deuxième ville d'Irak, a annoncé un porte-parole.

Les forces du Service du contre-terrorisme (CTS) «ont atteint le fleuve Tigre depuis l'Est du quatrième pont», a déclaré à l'AFP Sabah al-Nomane, en faisant référence au pont le plus au sud de Mossoul.

Un général de l'armée, Abdelamir Yarallah, a également confirmé que ces troupes contrôlaient la zone à l'est de ce pont.

Cette étape est atteinte près de trois mois après le lancement, le 17 octobre, d'une vaste offensive pour reprendre Mossoul, la dernière grande ville encore aux mains de l'EI en Irak. Les forces irakiennes ont depuis pris le contrôle de plusieurs secteurs dans la partie Est de la ville.

Mais la partie Ouest de Mossoul - plus petite mais plus densément peuplée - reste entièrement sous le contrôle des djihadistes.

L'EI s'était emparé en 2014 de larges pans du territoire irakien au nord et à l'ouest de Bagdad, mais les forces irakiennes ont depuis reconquis la plupart de ces zones.

Avec l'appui d'une coalition internationale conduite par les États-Unis, les forces irakiennes ont également lancé une opération pour reprendre à l'EI des localités proches de la frontière syrienne qui, avec Mossoul et la localité septentrionale de Tal Afar, sont les dernières zones peuplées que contrôlent les djihadistes en Irak.

Des citoyens se rassemblent autour du lieu de... (AP, Karim Kadim) - image 3.0

Agrandir

Des citoyens se rassemblent autour du lieu de l'attaque-suicide survenue dans un marché bondé.

AP, Karim Kadim

L'EI frappe encore Bagdad

Au moins 18 personnes ont été tuées dimanche dans deux attaques suicides distinctes sur des marchés de la capitale irakienne Bagdad, alors que le groupe djihadiste EI est sur la défensive à Mossoul, dans le nord du pays.

La première attaque, revendiquée par l'EI, a visé le marché de Jamila, situé à Sadr City, un vaste quartier habité essentiellement par des musulmans chiites que le groupe ultraradical sunnite prend fréquemment pour cible.

«Un soldat en garde à l'entrée du marché a ouvert le feu sur une voiture suspecte après en avoir été alerté mais le kamikaze a fait exploser le véhicule», a expliqué à l'AFP le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Saad Maan.

Douze personnes ont été tuées et 39 blessées dans l'attentat, selon un bilan fourni à l'AFP par des sources hospitalières.

Il a été revendiqué par l'EI, qui a précisé dans un communiqué que le kamikaze était un Irakien ayant pris pour cible des chiites, jugés hérétiques par le groupe.

Un hôpital de Sadr City a indiqué dans un communiqué que le corps du kamikaze avait été conduit à la morgue et qu'une charge explosive qui se trouvait sur lui avait explosé lorsqu'un employé cherchait des papiers d'identité sur la dépouille.

Selon le communiqué, la déflagration n'a pas fait de victime mais une photo envoyée par un responsable de l'hôpital montre qu'elle a soufflé la porte de la morgue.

Un colonel de la police a confirmé que le corps d'une personne pris sur les lieux de l'attaque avait explosé plus tard à la morgue.

Dans la même journée, un autre kamikaze s'est fait exploser sur un marché dans le quartier Baladiyat dans l'est de la capitale, faisant au moins six mort et 16 blessés, ont indiqué des responsables.

Mais cette dernière attaque n'a pour l'heure pas été revendiquée.

Après une période de calme relatif, la capitale irakienne fait face à une recrudescence d'attentats de l'EI depuis le lancement, le 17 octobre, de l'offensive pour reconquérir Mossoul, la deuxième ville du pays et plus grand bastion du groupe extrémiste.

Le dernier attentat d'envergure a été commis le 2 janvier, également à Sadr City, le jour où le président français François Hollande effectuait une visite à Bagdad.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer