Évacuation à Alep: des autobus incendiés

L'Observatoire syrien des droits de l'homme, établi au... (AP)

Agrandir

L'Observatoire syrien des droits de l'homme, établi au Royaume-Uni, a affirmé, dimanche, que le Front Al-Nusra, affilié à Al-Qaïda, avait mis le feu à des autobus mobilisés pour des évacuations dans les villages de Foua and Kfarya, assiégés par les rebelles.

AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
Beyrouth

Des combattants ont mis le feu à au moins cinq autobus devant transporter des personnes malades et blessées dans deux villages du nord de la Syrie, dimanche.

Ces gestes risquaient de compromettre une nouvelle entente d'évacuation d'Alep-Est pour des milliers de combattants rebelles piégés et de civils.

L'Observatoire syrien des droits de l'homme, établi au Royaume-Uni, a affirmé, dimanche, que le Front Al-Nusra, affilié à Al-Qaïda, avait mis le feu à des autobus mobilisés pour des évacuations dans les villages de Foua and Kfarya, assiégés par les rebelles.

Le Hezbollah, groupe libanais combattant aux côtés du gouvernement syrien, a affirmé que les flammes s'étaient emparées des autobus durant des combats entre le Front Al-Nusra et un groupe rebelle ayant appuyé les procédures d'évacuation.

L'Observatoire syrien des droits de l'homme a soutenu que six autobus avaient été incendiés, tandis que le média d'information du Hezbollah parlait de cinq véhicules.

Des dizaines d'autobus et d'ambulances devaient entrer, dimanche, dans Alep-Est, pour reprendre les évacuations de combattants rebelles et de civils des districts encore contrôlés par l'opposition dans la ville, selon ce qu'indiquaient les médias près du gouvernement syrien.

Dans le cadre d'une entente plus large, des convois devaient escorter plus de 2000 résidants malades et blessés des villages de Foua et Kfarya.

Également dimanche, le Conseil de sécurité des Nations unies devait se prononcer sur une résolution demandant l'accès immédiat et inconditionnel de la ville syrienne d'Alep, pour permettre la livraison d'aide humanitaire et l'encadrement des évacuations.

Un vote devait être tenu sur cette résolution de la France qui exige un déploiement d'observateurs de l'ONU dans Alep pour surveiller l'évacuation de civils dans les secteurs assiégés de la ville.

Les évacuations de milliers de personnes ont été suspendues vendredi en raison de tirs en direction des convois humanitaires.

La Russie, alliée du régime de Bachar al-Assad, s'oppose à la résolution. Elle dispose d'un droit de veto.

Évacuations reportées

Les évacuations qui devaient avoir lieu dimanche à Alep et dans deux villages chiites de Syrie ont été reportées jusqu'à nouvel ordre, ont indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) et une source rebelle.

«L'opération a été reportée en raison de l'absence de garanties concernant la sécurité des évacués des deux villages de Foua et Kafraya», a annoncé le directeur de l'OSDH Rami Abdel Rahmane, précisant que la suspension était dûe à l'attaque par des hommes armés d'une vingtaine de bus envoyés pour les évacuations.

«Les évacuations sont momentanément interrompues», a confirmé à l'AFP Yasser al-Youssef, du groupe rebelle Nourredine al-Zinki, soulignant toutefois que l'incident en question «n'allait pas avoir d'impact sur la reprise de l'opération à une date ultérieure».




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer