Pékin va rendre le drone sous-marin américain

Cette photo non datée montre les membres de... (AFP)

Agrandir

Cette photo non datée montre les membres de l'équipage du VOS Raasay récupérer des planeurs américains et britanniques de la Royal Navy au large de la côte nord-ouest de l'Écosse, le 8 octobre 2016. Un objet similaire a été repêché par la marine chinoise dans les eaux internationales au large des côtes des Philippines le 15 décembre 2016.

AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Pékin

La Chine va rendre aux États-Unis le drone sous-marin de l'US Navy saisi en mer de Chine méridionale, Pékin dénonçant samedi le «battage médiatique» américain et restant «fermement opposée» aux opérations de reconnaissance des États-Unis.

Le Pentagone a confirmé que l'appareil allait lui être rendu.

La Chine «a décidé de rendre» aux États-Unis ce drone saisi «d'une manière appropriée», a indiqué le ministère chinois de la Défense dans un communiqué. «Le battage médiatique opéré unilatéralement par la partie américaine n'est ni opportun ni propice au règlement rapide du problème».

«Nous avons fait connaître nos objections à la saisie illégale par la Chine d'un véhicule sous-marin non habité opérant dans les eaux internationales en mer de Chine méridionale», a indiqué de son côté Peter Cook, porte-parole du Pentagone. «Par le biais de communications directes avec les autorités chinoises nous nous sommes assurés que les Chinois vont rendre cet appareil aux États-Unis».

Un navire chinois s'est emparé jeudi de ce drone sous-marin appartenant à la marine américaine, qui évoluait à quelque 50 milles marins au large des Philippines, a affirmé vendredi le Pentagone.

Cette sonde était utilisée pour mesurer la salinité et la température de l'eau, des informations cruciales pour la flotte des sous-marins américains, selon la même source.

L'incident est survenu au moment où l'équipage civil du USNS Bowditch, un navire océanographique, retirait de l'eau deux sondes. Un bateau chinois spécialisé dans le soutien et le secours aux sous-marins a attrapé l'un des deux engins, a indiqué le Pentagone.

Le ministère chinois de la Défense affirme que le drone a été saisi, car il s'agissait d'un «engin non identifié». Afin d'éviter tout risque pour la navigation et le personnel, une identification «professionnelle et responsable» a été menée, a-t-il expliqué dans son communiqué.

L'affaire devrait tendre un peu plus la situation en mer de Chine méridionale entre Pékin et Washington. La Chine revendique la majeure partie de cette zone stratégique, au grand dam de pays riverains aux prétentions rivales. Washington a plusieurs fois envoyé ses navires de guerre et ses avions à proximité d'îlots contrôlés par la Chine, au nom de la «liberté de navigation».

L'armée américaine procède à «des reconnaissances à basse altitude et des relevés militaires», a dénoncé samedi le ministère chinois de la Défense.

«La Chine y est fermement opposée, et a demandé à la partie américaine de stopper ces activités. La partie chinoise (...) prendra les mesures nécessaires pour y répondre», a-t-il martelé.

Cet incident survient dans un contexte tendu entre la Chine et le futur président américain Donald Trump.

Celui-ci a multiplié les déclarations contre Pékin, menaçant de mettre un terme à la reconnaissance de la «Chine unique» en se rapprochant de Taïwan, ou encore en accusant la Chine de manipuler son taux de change.

Trump tweete sur la Chine, mais une coquille retient l'attention

Donald Trump voulait souligner son mécontentement vis-à-vis de... (AP) - image 3.0

Agrandir

Donald Trump voulait souligner son mécontentement vis-à-vis de la Chine.

AP

Le président élu Donald Trump a fait savoir son mécontentement après la saisie par Pékin d'une sonde de la marine américaine en mer de Chine méridionale, twittant un message avec une grosse faute qui a fait les délices des réseaux sociaux samedi.

«La Chine vole un drone de recherche de la marine américaine dans les eaux internationales - le sort de l'eau et le ramène en Chine dans un acte sans président» (sic), a-t-il écrit de bon matin sur le réseau social, en voulant clairement évoquer un acte «sans précédent».

Dans la version anglaise le mot utilisé, «unpresidented» (au lieu de «unprecedented») est très vite devenu le mot clé le plus en vogue sur Twitter aux États-Unis.

Le milliardaire populiste a corrigé son erreur en effaçant le tweet erroné et en le renvoyant, cette fois sans coquille, une heure après son message initial.

L'auteure britannique J.K. Rowling, auteure de la série des Harry Potter s'amusait de ce message, pointant «l'efficacité non présidentielle» de M. Trump.

Le magnat de l'immobilier avait déjà fait une petite faute d'orthographe dans un précédent tweet jeudi, un message qu'il avait déjà corrigé peu après.

Ses supporteurs le défendaient, estimant qu'au lieu de se moquer de ces petites erreurs les gens feraient mieux de s'intéresser aux vrais problèmes soulevés par les messages du président élu.

Au-delà de cette erreur, Donald Trump voulait en effet surtout souligner son mécontentement vis-à-vis de la Chine, dont un navire s'est emparé jeudi soir d'un drone sous-marin appartenant à la marine américaine, qui évoluait à quelque 50 milles marins au large des Philippines, selon le Pentagone.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer