Le FBI confirme l'intervention de la Russie

La Maison-Blanche affirme que c'est un «fait» que... (AFP)

Agrandir

La Maison-Blanche affirme que c'est un «fait» que le piratage des Russes a aidé le candidat républicain au détriment de la candidate démocrate, Hillary Clinton.

AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Josh Lederman, Bradley Klapper
Associated Press
Washington

La police fédérale américaine (FBI) appuie les conclusions de l'Agence centrale de renseignement (CIA) selon lesquelles la Russie se serait ingérée dans l'élection présidentielle américaine dans l'objectif de soutenir la candidature du républicain Donald Trump.

Dans un message transmis à ses employés, le directeur de la CIA, John Brennan, a raconté qu'il s'était entretenu avec le directeur du FBI James Comey et avec le directeur du renseignement national des États-Unis, James Clapper.

M. Brennan a indiqué qu'il y avait un «fort consensus entre [eux] sur la portée, la nature et l'intention de l'implication russe dans l'élection présidentielle [américaine]».

Un responsable américain qui avait lu le message non confidentiel de M. Brennan l'a confirmé à l'Associated Press, vendredi.

En conférence de presse, vendredi après-midi, le président Barack Obama a promis que les États-Unis riposteraient à l'attaque des Russes quant à leur présumée implication dans l'élection du 8 novembre dernier.

Les remarques du président laissent entendre que les États-Unis n'ont pas encore répondu à l'attaque pour l'instant. La Maison-Blanche répète depuis des mois que la riposte des États-Unis pourrait ne pas être rendue publique, ce qui a installé de l'incertitude quant à l'ampleur et le moment de ladite réponse.

La Maison-Blanche affirme que c'est un «fait» que le piratage des Russes a aidé le candidat républicain au détriment de la candidate démocrate, Hillary Clinton.

Le porte-parole Josh Earnest a même harangué M.Trump lui-même, qui a refusé de reconnaître l'attaque informatique.

Ces accusations sont tombées à plat en Russie, où le porte-parole de M. Poutine, Dmitri Peskov, a demandé aux Américains de fournir des preuves, sans quoi «ils devraient arrêter d'en parler».

La Maison-Blanche se réfère à un rapport des services de renseignements américains, qui ont conclu que «seulement les plus hauts représentants de la Russie pouvaient avoir autorisé de telles activités».

Puis, le conseiller adjoint à la sécurité nationale de M. Obama, Ben Rhodes, est allé plus loin jeudi en disant que M. Poutine était responsable des actions de l'administration russe.

«Je ne crois pas que des choses de cette ampleur arrivent dans le gouvernement russe sans que Vladimir Poutine ne soit au courant», a-t-il affirmé en entrevue à MSNBC.

Donald Trump a rejeté les conclusions de la CIA sur l'implication de la Russie, écrivant sur Twitter que «[ces représentants] étaient les mêmes gens qui avaient dit que Saddam Hussein avait des armes de destruction massive».

Clinton juge Poutine responsable de sa défaite

Pour sa part, Hillary Clinton a accusé Moscou et Vladimir Poutine d'être partiellement responsables de sa défaite, lors d'un dîner avec des donateurs de sa campagne, affirmait le New York Times vendredi.

Pour la démocrate, sa défaite surprise face au magnat de l'immobilier aura résulté de la convergence de deux événements «sans précédent» : «l'attaque de notre pays» par la Russie et la publication d'une lettre du directeur du FBI rouvrant l'enquête sur ses courriels 11 jours avant l'élection.

Le piratage aura été, selon elle, le résultat de la «dent» qu'avait gardée contre elle le président russe, qui l'avait accusée d'être à l'origine des vastes manifestations de contestation qui ont suivi les législatives russes de 2011.

C'était la première fois que l'ex-secrétaire d'État commentait les récentes informations sur le vaste piratage subi par le Parti démocrate à l'approche de l'élection.

L'impact réel de ce piratage reste impossible à mesurer. Beaucoup de démocrates ont aussi estimé que la campagne Clinton avait commis de nombreuses erreurs, en négligeant notamment les électeurs blancs des classes moyennes.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer