Bob Dylan présent «en pensées» aux Nobel

Les lauréats reçoivent leur Nobel.... (AFP)

Agrandir

Les lauréats reçoivent leur Nobel.

AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pierre-Henry Deshayes, Gaël Branchereau
Agence France-Presse
Oslo

Bob Dylan, grand absent des festivités Nobel, a remercié dans un discours l'Académie suédoise pour lui avoir décerner le «si prestigieux» prix de littérature, assurant être présent «en pensées».

L'ambassadrice des États-Unis en Suède a lu les... (AFP) - image 1.0

Agrandir

L'ambassadrice des États-Unis en Suède a lu les remerciements de Bob Dylan.

AFP

«Si jamais quelqu'un m'avait dit que j'avais la moindre chance de gagner le prix Nobel, j'aurais pensé que mes chances étaient aussi grandes que d'être sur la lune», a-t-il écrit dans cette contribution, lue par l'ambassadrice des États-Unis en Suède à l'issue du fastueux banquet Nobel.

L'Américain, lauréat du prix de littérature, avait snobé la cérémonie à Stockholm, prétextant «d'autres engagements». Ce discours est le premier dans lequel il remercie formellement l'Académie suédoise de lui avoir attribué le Nobel, un choix audacieux qui avait surpris les milieux culturels. L'annonce avait été faite en octobre.

Émotion lors de la remise des prix

Tout comme Shakespeare, qui selon Dylan ne pensait pas «écrire de la littérature» quand il composait ses pièces, «pas une fois je n'ai eu le temps de me demander : est-ce que mes chansons sont de la littérature?», a affirmé le légendaire musicien, soulignant sa joie de voir son nom rejoindre ceux des lauréats précédents tels Rudyard Kipling, Albert Camus ou Hemingway.

Lors de la cérémonie, la chanteuse américaine Patti Smith, grande admiratrice de Dylan, a interprété l'une de ses chansons phare, A Hard Rain's A-Gonna Fall. Une performance qu'elle a interrompue, semblant chercher ses mots, avant de s'excuser de son émotion et de reprendre, encouragée par les applaudissements chaleureux de l'assemblée.

Lors de la cérémonie, la chanteuse américaine Patti... (AP) - image 2.0

Agrandir

Lors de la cérémonie, la chanteuse américaine Patti Smith, grande admiratrice de Dylan, a interprété l'une de ses chansons phare, A Hard Rain's A-Gonna Fall.

AP

Les lauréats scientifiques et d'économie ont reçu des mains du roi Carl XVI Gustaf de Suède une médaille en or et un diplôme.

«Un modèle» de paix

Le président colombien Juan Manuel Santos, a souligné... (AFP) - image 3.0

Agrandir

Le président colombien Juan Manuel Santos, a souligné que le texte signé avec la rébellion marxiste des Farc après plus d'un demi-siècle de violences était «un accord qui peut faire office de modèle pour la résolution des conflits armés restant à résoudre à travers le monde».

AFP

Un peu plus tôt samedi, lors de la cérémonie de remise du prix de la Paix à Oslo, le président colombien Juan Manuel Santos, a souligné que le texte signé avec la rébellion marxiste des Farc après plus d'un demi-siècle de violences était «un accord qui peut faire office de modèle pour la résolution des conflits armés restant à résoudre à travers le monde».

«Il prouve que ce qui, au premier abord, semble impossible peut, avec de la persévérance, devenir possible même en Syrie, au Yémen ou au Soudan du Sud», a-t-il ajouté.

Après un faux départ dû au rejet par référendum d'un premier texte début octobre, le gouvernement de M. Santos et les Forces armées révolutionnaires de Colombie ont signé le 24 novembre un accord visant à refermer un conflit qui a fait au moins 260 000 morts et plus de 60 000 disparus.

Modifié pour y intégrer des propositions de l'opposition, le nouveau document prévoit - comme le précédent - le désarmement des Farc et leur transformation en mouvement politique.

«Avec cet accord, nous pouvons dire que le continent américain, de l'Alaska à la Patagonie, est une terre en paix», a affirmé le président colombien à l'Hôtel de Ville d'Oslo, décoré de roses et d'oeillets colombiens.

Dans un discours très applaudi, M. Santos a rendu hommage aux victimes du conflit à qui il a déjà promis de reverser les 8 millions de couronnes suédoises (environ 1,15 millions $ CAN) du Nobel.

Parmi les invités de marque à la cérémonie figuraient deux célèbres ex-otages des Farc, la Franco-Colombienne Ingrid Betancourt et la Colombienne Clara Rojas, et l'ancien secrétaire d'État américain Henry Kissinger, lui-même lauréat - très controversé - du prix de la paix.

Lors d'un entretien accordé quelques heures plus tôt à l'AFP, M. Santos a souligné que le plus dur était à venir.

La période qui s'ouvre «est une étape plus difficile que le processus (de négociations) lui-même, qui nécessite beaucoup d'efforts, de persévérance et d'humilité», a-t-il dit.

Avant que la Colombie ne connaisse une paix totale, il faudra aussi qu'une autre guérilla, l'Armée de libération nationale (ELN, guévariste), dise elle aussi adieu aux armes.

M. Santos, 65 ans, a confié à l'AFP ne pouvoir s'engager sur les chances de conclure la paix avec l'ELN avant de quitter le pouvoir en 2018: «Je ferai mon possible mais établir un calendrier contraignant est toujours contre-productif dans des négociations de ce genre».

L'ELN et le gouvernement ont entamé des discussions secrètes en janvier 2014 afin de préparer l'ouverture de pourparlers officiels mais le processus bute sur la détention d'otages et de prisonniers dans les deux camps.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer