Clinton invitée à demander des recomptages

Recompter les voix dans le Wisconsin pourrait relancer... (AP)

Agrandir

Recompter les voix dans le Wisconsin pourrait relancer la controverse sur la légitimité du scrutin présidentiel américain, dont les résultats ont divisé la population.

AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Washington

Une ancienne candidate indépendante à la Maison-Blanche, l'écologiste Jill Stein, ainsi que de nombreux experts, ont demandé jeudi un nouveau décompte des voix de l'élection présidentielle américaine dans le Wisconsin, un État démocrate qui a échappé à Hillary Clinton et a voté pour le républicain Donald Trump.

L'équipe de campagne de Jill Stein, qui a... (AFP) - image 1.0

Agrandir

L'équipe de campagne de Jill Stein, qui a levé 1,1 million de dollars pour demander un nouveau décompte, évoque des «anomalies» dans le Wisconsin.

AFP

Situé dans le nord des États-Unis, le Wisconsin figure parmi les États très disputés de la présidentielle, remportée le 8 novembre à la surprise générale par le milliardaire populiste face à l'ancienne secrétaire d'État du président Barack Obama.

L'équipe de campagne de Jill Stein, qui a levé 1,1 million de dollars pour demander un nouveau décompte, évoque des «anomalies» dans le Wisconsin ainsi que dans deux autres États clés, la Pennsylvanie et le Michigan, remportés eux aussi de justesse par Donald Trump.

«Il faut enquêter sur les résultats inattendus de cette élection et les anomalies recensées avant que l'élection 2016 ne soit validée», fait valoir l'ancienne candidate du Green Party sur son site.

Son ancien directeur de campagne a expliqué sur la page Facebook de Mme Stein que «ces dernières 48-72 heures, des experts en cybersécurité (...) nous ont donné des informations très troublantes sur la possibilité de failles en matière de sécurité dans les résultats électoraux à travers le pays».

Ces experts ont invité le camp Clinton à recompter les voix après avoir constaté qu'il manquait 7% de voix aux démocrates dans des comtés du Wisconsin ayant utilisé des machines électroniques, selon le New York Magazine.

Un de ces experts, Alex Halderman, professeur d'informatique à l'université du Michigan, a rappelé sur le site Medium que le vote manuel était certes plus sûr que le vote électronique. Mais lui ne croit pas au piratage et pense que «l'explication la plus probable, c'est que les sondeurs se sont trompés».

Pour le statisticien électoral Nate Silver, le vote Trump «s'explique très bien par la démographie, pas par du piratage».

Piratage russe ?

Cette hypothèse d'un piratage refait surface après une campagne lors de laquelle les États-Unis ont accusé la Russie d'avoir orchestré des piratages informatiques (du parti démocrate ou de systèmes de vote dans plusieurs États) afin d'influencer la course.

Recompter les voix dans le Wisconsin pourrait relancer la controverse sur la légitimité du scrutin présidentiel américain, indirect à un tour, même si Hillary Clinton a concédé sa défaite au terme d'une campagne particulièrement acrimonieuse.

Hillary Clinton a recueilli deux millions de voix... (AP) - image 2.0

Agrandir

Hillary Clinton a recueilli deux millions de voix de plus que son rival républicain, selon les calculs de sources officielles du Cook Political Report.

AP

Le Wisconsin a basculé le 8 novembre dans l'escarcelle des républicains pour la première fois depuis la réélection de Ronald Reagan en 1984.

Pour recompter les voix en Pennsylvanie, il faut lever 500 000 dollars avant le 28 novembre, et dans le Michigan il faut réunir 600 000 dollars d'ici le 30 novembre.

L'équipe de campagne de Mme Stein a levé jusqu'à présent 2,7 millions de dollars et en veut 4,5 millions.

Hillary Clinton a recueilli deux millions de voix de plus que son rival républicain, selon les calculs de sources officielles du Cook Political Report.

Mais cette avance de 1,5 point de pourcentage de la démocrate ne change rien au résultat de l'élection, Donald Trump ayant remporté la majorité des grands électeurs (290 contre 232), porte d'entrée pour la Maison-Blanche. Ce collège électoral doit formellement élire M. Trump le 19 décembre, un mois avant son investiture le 20 janvier.

Donald Trump fait citoyen d'honneur d'une ville albanaise

Président élu des États-Unis, Donald Trump est aussi... (AP) - image 4.0

Agrandir

Président élu des États-Unis, Donald Trump est aussi depuis mercredi citoyen d'honneur de Kamza, une ville albanaise de la banlieue de Tirana, a appris jeudi l'AFP.

AP

Président élu des États-Unis, Donald Trump est aussi depuis mercredi citoyen d'honneur de Kamza, une ville albanaise de la banlieue de Tirana, a appris jeudi l'AFP.

«Donald Trump est un modèle révolutionnaire du nouvel ordre démocratique, (...) un grand dirigeant des temps modernes», a expliqué à l'AFP Xhemal Mziu, maire de cette ville de 100 000 habitants située à quelques kilomètres du nord de Tirana.

Au lendemain d'une décision prise à l'unanimité de son conseil municipal, l'élu relève aussi que Donald Trump «a gagné sa bataille malgré les attaques des médias». Xhemal Mziu appartient à l'opposition de droite au premier ministre Edi Rama.

Durant la campagne américaine, celui-ci n'a pas dissimulé que sa préférence allait à la candidate démocrate battue, Hillary Clinton.

Kamza est une de ces villes albanaises à l'urbanisme récent, anarchique, où viennent s'entasser des habitants des zones montagneuses, chassés par la misère.

Rues rebaptisées

Depuis quelques années, Xhemal Mziu rebaptise les artères de sa ville rue Paris, rue New York ou encore rue Tokyo.

L'élu a longtemps souhaité la visite, avec son épouse Carla Bruni, du Français Nicolas Sarkozy qui a une rue à son nom, à l'instar de l'Italien Silvio Berlusconi, des Américains George Bush ou encore du Britannique Tony Blair. C'est aussi le cas de l'ultra-conservatrice américaine Sarah Palin

«On peut toujours fermer les yeux et rêver que l'on est à Paris ou à New York. Mais quand on les ouvre, la réalité est dure», grince Jeta, 57 ans, une mère de quatre enfants qui ne souhaite pas donner son nom.

Sur sa page Facebook, le maire de Kamza a publié une photo de lui faisant un signe de victoire, à côté de celle de Donald Trump.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer