Obama appelle Trump à «tendre la main» aux Américains inquiets

Barack Obama a prononcé lundi sa première conférence... (AP)

Agrandir

Barack Obama a prononcé lundi sa première conférence de presse depuis la victoire du républicain le 8 novembre.

AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

Le président américain sortant Barack Obama a dit lundi avoir appelé son successeur Donald Trump à «tendre la main» aux Américains qui se sentent déçus et inquiets après sa victoire surprise, au terme d'une campagne présidentielle à la virulence inédite.

«Je lui ai dit, comme je l'ai dit publiquement, que compte tenu de la nature de cette campagne et de l'amertume et de la férocité de cette campagne, il était vraiment important de tenter d'envoyer certains signaux d'unité. Et de tendre la main aux minorités, aux femmes et aux autres qui sont inquiets face au ton de la campagne», a dit Barack Obama lors de sa première conférence de presse depuis la victoire du républicain le 8 novembre.

«Et je crois que c'est quelque chose qu'il va vouloir faire, mais tout va tellement vite», a-t-il ajouté.

Barack Obama et Donald Trump se sont rencontrés à la Maison Blanche jeudi, à l'invitation du président sortant qui avait qualifié d'«excellente» leur conversation mais s'était ensuite dit, selon plusieurs médias, surpris par le manque de préparation de son successeur.

«J'ai insisté auprès de lui sur le fait que dans une élection comme celle-ci, qui a été si durement disputée, qui a tellement divisé, les gestes comptent», a dit Barack Obama lundi.

«Et la façon dont il tendra la main aux groupes qui ne l'ont peut-être pas soutenu, la façon dont il exprimera son intérêt pour leurs problèmes et inquiétudes, je pense que c'est le genre de choses qui pourra donner le ton et aider à avancer une fois qu'il prendra ses fonctions.»

Après la défaite surprise de Hillary Clinton, Barack Obama a également appelé lundi les démocrates à «se battre, à se montrer partout» à travers les Etats-Unis, dans une critique à peine voilée envers la candidate qui a perdu des bastions traditionnels de la gauche le 8 novembre.

«L'une des questions qui doit être claire aux yeux des démocrates, c'est que compte tenu de la distribution de la population à travers le pays, nous devons nous battre partout, nous devons nous montrer partout, nous devons travailler au niveau de la base», a-t-il dit.

Le président sortant a rappelé la campagne malheureuse du démocrate John Kerry en 2004 face à George W. Bush, qui avait aussi profondément déçu son camp.

«Et deux ans après, les démocrates gagnaient le Congrès et quatre ans plus tard, j'étais président des Etats-Unis. Les choses peuvent changer assez rapidement, mais le changement n'est pas automatique. Elles changent parce qu'on y travaille», a-t-il martelé.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer