Clinton et Trump à l'opposé jusqu'au bout

C'est notamment à Philadelphie que la candidate démocrate... (AP, Pablo Martinez Monsivais)

Agrandir

C'est notamment à Philadelphie que la candidate démocrate Hillary Clinton a passé sa dernière soirée de campagne électorale, en compagnie du président Barack Obama.

AP, Pablo Martinez Monsivais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Ivan Couronne avec Brigitte Dusseau
Agence France-Presse
Philadelphie

Hillary Clinton et Donald Trump ont offert lundi deux visions opposées de l'avenir, lors de la dernière journée de leur campagne présidentielle dont les excès et la violence ont stupéfié bien au delà des frontières américaines.

Les sondages sont serrés, même s'ils donnent l'avantage à la candidate démocrate qui espère devenir mardi la première femme présidente des États-Unis. Une victoire du républicain populiste, qui serait un séisme politique dans la première puissance mondiale, ne pouvait pas complètement être exclue. Mais la carte électorale est nettement plus favorable aux démocrates.

Un concert en plein air de Bruce Springsteen a réuni quelque 40 000 personnes en soirée dans la ville historique de Philadelphie, pour Mme Clinton.

Le président Barack Obama, Michelle Obama, l'ancien président Bill Clinton et sa fille Chelsea étaient là pour chanter ses louanges.

«Je parie que vous allez rejeter la peur et choisir l'espoir», a déclaré le président Obama, saluant en Hillary Clinton la candidate la plus expérimentée à s'être jamais présentée à la présidence, et dénonçant l'incompétence de son adversaire.

Mme Clinton a insisté sur la nécessité de rassembler. «Nous devons combler les divisions», a-t-elle déclaré. «Je regrette profondément le ton violent qu'a pris la campagne», a-t-elle aussi ajouté.

Elle s'est dite persuadée que le meilleur restait à venir pour les États-Unis, «si nous choisissons une Amérique au grand coeur, qui inclut tout le monde».

Lady Gaga était aussi attendue dans son tout dernier rassemblement à minuit, en Caroline du Nord.

«Je veux être la présidente de tous les Américains, démocrates, républicains, indépendants», avait insisté plus tôt dans la journée Mme Clinton dans un rassemblement sur un campus du Michigan.

«Nous devons placer le pays devant le parti quand il s'agit de cette élection», a-t-elle ajouté, semblant montrer qu'elle serait prête à travailler avec les républicains si elle est élue.

«Le choix ne pourrait pas être plus clair», a insisté Mme Clinton, 69 ans, qui a traité son adversaire républicain de «danger public», incapable selon elle de diriger le pays. «C'est le choix entre la division et l'unité de notre pays.»

Jamais dans cette campagne Hillary Clinton ne s'était... (AP, Pablo Martinez Monsivais) - image 2.0

Agrandir

Jamais dans cette campagne Hillary Clinton ne s'était exprimée devant une foule aussi nombreuse, plus de 40 000 personnes qui ont rempli l'Independence Mall, jusqu'au pied du bâtiment où en 1776 un groupe d'Américains déclara l'indépendance des colonies.

AP, Pablo Martinez Monsivais

Côté républicain

Donald Trump, 70 ans, avait cinq assemblées prévues dans autant d'États. Il a commencé en Floride, s'est ensuite rendu en Caroline du Nord, en Pennsylvanie, New Hampshire et devait finir dans le Michigan, pour un dernier rassemblement vers 23h, dans son cas sans célébrités ni paillettes.

«Mon contrat avec l'électeur américain commence par un plan pour mettre fin à la corruption du gouvernement et reprendre notre pays aux groupes de pression», a-t-il déclaré à Raleigh, en Caroline du Nord. «Je ne suis pas un politicien, je peux le dire fièrement», a ajouté le milliardaire, ancien animateur star de l'émission de téléréalité à succès The Apprentice.

«Mon seul groupe de pression, c'est vous.»

«Il est temps de rejeter les médias et l'élite politique qui a saigné à blanc notre pays [...] Les années de trahison vont se terminer», a-t-il promis, anticipant mardi une journée «historique. Ce sera un Brexit puissance trois.»

Pour son rassemblement dans le New Hampshire, il était entouré de ses quatre enfants adultes et de leurs trois conjoints, et de son colistier Mike Pence.

Après des semaines d'attaques féroces des deux côtés, les deux candidats ont multiplié les appels à aller voter, soucieux de grappiller la moindre voix qui pourrait faire basculer à leur profit les États-clés où se jouera mardi l'élection.

Ils sont au coude-à-coude dans plusieurs de ces États, dont le New Hampshire, la Caroline du Nord et la Floride, ce qui laisse augurer une longue nuit électorale. La Floride peut à elle seule décider de la présidentielle si Donald Trump la perd.

Hillary Clinton a rassemblé, lundi, une kyrielle de... (AFP) - image 3.0

Agrandir

Hillary Clinton a rassemblé, lundi, une kyrielle de vedettes plus populaires les unes que les autres dont Bruce Springsteen.

AFP

À l'échelle nationale, Mme Clinton a 3,2 points d'avance, à 45,4 % contre 42,2 %, selon la moyenne des derniers sondages établis par RealClearPolitics.

L'ancienne secrétaire d'État, ancienne sénatrice de New York et ancienne première dame, a pour elle une longue expérience. Elle a les relations, l'argent, le soutien de son parti. Mais beaucoup d'Américains ne l'aiment pas, doutant de son honnêteté.

Et la bataille a été plus difficile que prévu face au magnat de l'immobilier populiste, sans expérience politique, grand pourfendeur de l'establishment et d'un système selon lui truqué. Il a su capitaliser sur le malaise d'une partie de l'électorat se sentant laissée pour compte.

M. Trump, forte personnalité que personne n'avait au départ pris au sérieux, a vogué de crise en crise mais s'en est toujours sorti. Il a fait voler durant la campagne toute décence politique. Il a menti, insulté les femmes, les Mexicains, les Noirs, les musulmans, et attaqué son adversaire sans relâche.

Bonne nouvelle pour Mme Clinton, la participation des Hispaniques, qui n'ont jamais pardonné à M. Trump ses propos sur les Mexicains violeurs.

La gazette de la campagne 

Rideaux baissés à Broadway

La plupart des théâtres de Broadway font relâche mardi soir et ils ont une bonne raison de le faire : pourquoi essayer de faire concurrence à l'un des plus importants spectacles sur Terre?

Pas de performance prévue pour la journée électorale pour les comédies musicales Wicked, Kinky boots, Le Fantôme de l'opéra, Beautiful, Cats ou Chicago, ni pour Paramour du Cirque du Soleil ou encore pour La couleur pourpre.

Les prestigieux Metropolitan Opera et Carnegie Hall vont également laisser leurs projecteurs éteints.

Il faut dire que l'édition 2016 de la course à la Maison-Blanche pourrait difficilement avoir fait davantage en terme de rebondissements et de suspens. Au point que des centaines de millions de personnes vont retenir leur souffle dans le monde entier pour découvrir le vainqueur de cette campagne qui pourrait se jouer au photo-finish.

Privé de Twitter 

Plus d'une fois, le président Barack Obama a été pris pour cible par les salves de tweets de Donald Trump.

Mais c'est fini : selon le New York Times, l'équipe du milliardaire aurait en quelque sorte confisqué son compte Twitter, pour éviter qu'il ne provoque un incident malencontreux dans la dernière ligne droite.

«Tenez-vous bien : ce week-end, son équipe de campagne lui a retiré son compte Twitter», a raillé M. Obama, dans un discours de soutien à Hillary Clinton dans le Michigan. «Donc, si vos plus proches conseillers ne vous font pas confiance pour tweeter - alors comment pouvons-nous lui faire confiance avec les codes nucléaires?».

Bien que cette cyberintervention n'ait pas été confirmée, le changement de ton est indéniable. Plus de messages du milliardaire irrévérencieux envers sa rivale démocrate, ni envers Miss America, ou d'affirmations selon lesquelles le système est «truqué» à son détriment.

Au contraire, depuis la fin de la semaine dernière, le compte @RealDonaldTrump est alimenté de tweets portant sur le fond, en liaison avec les messages postés sur la page Facebook de sa campagne.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer