Un raid de l'OTAN tue 30 civils afghans et deux soldats américains

Des manifestations ont éclaté à Kunduz après le... (AFP)

Agrandir

Des manifestations ont éclaté à Kunduz après le raid. Des dizaines de proches des victimes se sont rassemblés devant les bureaux du gouverneur, transportant des corps d'enfants tués.

AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Gul Rahim
Agence France-Presse
Kunduz

Au moins 30 civils ont péri jeudi selon des responsables afghans dans une frappe aérienne menée par l'OTAN dans la province volatile de Kunduz, où une attaque talibane avait coûté la vie à deux soldats américains.

Des manifestations ont éclaté à Kunduz après le raid. Des dizaines de proches des victimes se sont rassemblés devant les bureaux du gouverneur, transportant des corps d'enfants tués.

«J'ai le coeur brisé. J'ai perdu sept membres de ma famille. Je veux savoir, pourquoi ces enfants innocents ont été tués. Étaient-ils des talibans?», a lancé Taza Gul, un travailleur manuel de 55 ans.

Les forces afghanes, appuyées par des troupes de la coalition, conduisaient une opération conjointe contre les insurgés talibans en périphérie de la ville de Kunduz lorsqu'ils ont été pris sous le feu des insurgés, ce qui les a poussés à réclamer un soutien aérien.

«Dans le bombardement, 30 civils afghans ont péri, et 25 ont été blessés», a indiqué à l'AFP Mahmood Danish, porte-parole de l'exécutif de cette province du nord afghan.

Bébé de trois mois

Un porte-parole de la police, Mahmoodullah Akbari, a confirmé le bilan, ajoutant qu'il y avait plusieurs enfants, dont un nourrisson de trois mois, parmi les morts.

Dans un bref communiqué sur Twitter, l'opération de l'OTAN en Afghanistan, Resolute support (RS), a confirmé avoir mené des frappes aériennes à Kunduz «pour défendre des forces alliées sous le feu», précisant que les allégations sur des victimes civiles feraient l'objet d'une enquête.

La question des victimes civiles, après quinze ans de campagne de l'OTAN contre les insurgés afghans, vaut aux troupes occidentales de fortes critiques du gouvernement et de l'opinion publique.

Le président Ashraf Ghani s'est dit «très attristé» par les morts à Kunduz, appelant les troupes à tout faire pour éviter les victimes civiles et accusant les insurgés de s'abriter dans des maisons habitées.

Le raid fait suite à des combats dans lesquels deux soldats américains et trois membres des forces spéciales afghanes ont été tués au cours d'une opération anti-talibans.

Insécurité grandissante

Ces événements mettent en évidence l'insécurité grandissante après que les talibans ont tenté de conquérir la capitale provinciale le mois dernier, pour la deuxième fois en un an.

«Cette perte nous brise le coeur», a écrit le général John Nicholson, qui commande les forces américaines et l'ensemble de l'opération de l'OTAN en Afghanistan, adressant ses condoléances aux familles et amis des victimes.

Ces pertes interviennent à quelques jours de l'élection présidentielle américaine.

Hillary Clinton ou Donald Trump vont avoir à gérer le plus long conflit jamais mené par les États-Unis, sans issue en vue, une question cependant très peu évoquée lors de la campagne.

Avec le retrait de la majorité des forces occidentales fin 2014, l'opération Resolute Support compte 12000 hommes, dont près de 10000 Américains, chargés de former, conseiller et assister leurs pairs afghans.

Depuis l'extension de leur mandat en juin par le président Barack Obama, les troupes américaines mènent notamment des frappes aériennes pour protéger leurs alliés afghans ou barrer l'avancée des insurgés islamistes.

Si l'OTAN publie régulièrement des communiqués enthousiastes sur les progrès des troupes afghanes, au premier rang face aux insurgés depuis la fin de la mission de combat de l'OTAN il y a quasiment deux ans, celles-ci enregistrent des pertes colossales.

En 2015, leur première année aux commandes face aux rebelles islamistes, les forces afghanes ont perdu environ 5000 hommes. En 2016, alors que la saison des combats n'est pas encore terminée, les pertes sont encore plus inquiétantes: 5523 tués entre le 1er janvier et le 19 août, selon l'inspecteur général pour la reconstruction de l'Afghanistan, un organisme américain.

En comparaison, depuis l'invasion menée par les États-Unis en Afghanistan en 2001, 2000 soldats américains ont péri au combat.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer