La «Raspoutine» sud-coréenne rentre au pays pour faire face aux accusations

Des gens portant des masques de la présidente sud-coréenne, Park... (AFP, Jung Yeon-Je)

Agrandir

Des gens portant des masques de la présidente sud-coréenne, Park Geun-Hye, demandaient sa démission, samedi.

AFP, Jung Yeon-Je

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Séoul

Une proche confidente de la présidente sud-coréenne surnommée «Raspoutine» par les médias locaux est rentrée dimanche en Corée du Sud pour faire face à des accusations de corruption et trafic d'influence, a annoncé son avocat.

À un an de la fin de son mandat, Park Geun-Hye a été ébranlée par ce scandale quand il est apparu que la présidente se faisait conseiller sur la conduite des affaires de l'État par Choi Soon-Sil, une amie qui n'occupe aucune position officielle dans l'administration locale, et n'a aucune habilitation en matière de sécurité.

Mme Choi, qui s'était réfugiée début septembre en Allemagne, est arrivée dimanche matin à Séoul à bord d'un vol en provenance de Londres, a annoncé à la presse son avocat, Lee Kyung-Jae.

«Mme Choi m'a dit qu'elle allait coopérer avec l'enquête et exprime ses excuses sincères à la population pour l'avoir déçue et contrariée», a déclaré M. Lee.

Âgée de 60 ans, Mme Choi ne devra pas seulement rendre des comptes aux Sud-Coréens pour la vague d'indignation qu'elle a suscitée, et qui s'est encore traduite par d'importantes manifestations samedi demandant la démission de la présidente.

Extorsion

Elle devra aussi répondre d'accusations selon lesquelles elle aurait profité de ses liens avec la présidente pour extorquer de l'argent aux principaux conglomérats du pays comme Samsung, qu'elle aurait poussés à verser d'importantes sommes à des fondations qu'elle avait créées.

Pas un jour ne s'est écoulé cette semaine sans que la presse ne vienne alimenter les accusations contre Mme Choi, qui est la fille d'une mystérieuse figure religieuse, Choi-Tae-Min, chef autoproclamé d'un culte religieux, l'Église de la vie éternelle, qui s'est marié six fois.

Les médias ont dressé d'elle le portrait d'une «Raspoutine» qui allait jusqu'à corriger les discours présidentiels ou prodiguer des conseils sur les nominations et les questions de politique.

«L'enquête doit permettre de faire émerger la vérité afin de mettre un terme au torrent de spéculations qui alimente tous les fantasmes», a déclaré M. Lee.

Apparition en rêve 

Park Geun-Hye a publiquement présenté vendredi ses excuses.

Et dimanche, elle a procédé à un remaniement au sein du bureau présidentiel, acceptant notamment la démission de son chef de cabinet, selon un communiqué de la présidence.

Choi-Tae-Min était devenu le mentor de Park Geun-Hye après l'assassinat en 1974 de sa mère, affirmant qu'il avait vu cette dernière en rêve lui demandant d'aider sa fille.

Selon les médias sud-coréens, Choi Soon-Sil aurait hérité de son père, décédé en 1994, une influence inappropriée et malsaine sur la présidente. L'ex-époux de Choi Soon-Sil a été un des principaux adjoints de Mme Park jusqu'à son élection en 2012.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer