Paris: les campements de migrants se multiplient

  • Alors que vient d'être démantelée la «Jungle» de Calais, dans le nord de la France, des campements de fortune des exilés se multiplient de façon inquiétante dans le XIXe arrondissement de Paris. (AP)

    Plein écran

    Alors que vient d'être démantelée la «Jungle» de Calais, dans le nord de la France, des campements de fortune des exilés se multiplient de façon inquiétante dans le XIXe arrondissement de Paris.

    AP

  • 1 / 13
  • Alors que vient d'être démantelée la «Jungle» de Calais, dans le nord de la France, des campements de fortune des exilés se multiplient de façon inquiétante dans le XIXe arrondissement de Paris. (AFP, JOEL SAGET)

    Plein écran

    Alors que vient d'être démantelée la «Jungle» de Calais, dans le nord de la France, des campements de fortune des exilés se multiplient de façon inquiétante dans le XIXe arrondissement de Paris.

    AFP, JOEL SAGET

  • 2 / 13
  • Alors que vient d'être démantelée la «Jungle» de Calais, dans le nord de la France, des campements de fortune des exilés se multiplient de façon inquiétante dans le XIXe arrondissement de Paris. (AFP, JOEL SAGET)

    Plein écran

    Alors que vient d'être démantelée la «Jungle» de Calais, dans le nord de la France, des campements de fortune des exilés se multiplient de façon inquiétante dans le XIXe arrondissement de Paris.

    AFP, JOEL SAGET

  • 3 / 13
  • Alors que vient d'être démantelée la «Jungle» de Calais, dans le nord de la France, des campements de fortune des exilés se multiplient de façon inquiétante dans le XIXe arrondissement de Paris. (AP, Christophe Ena)

    Plein écran

    Alors que vient d'être démantelée la «Jungle» de Calais, dans le nord de la France, des campements de fortune des exilés se multiplient de façon inquiétante dans le XIXe arrondissement de Paris.

    AP, Christophe Ena

  • 4 / 13
  • Alors que vient d'être démantelée la «Jungle» de Calais, dans le nord de la France, des campements de fortune des exilés se multiplient de façon inquiétante dans le XIXe arrondissement de Paris. (AP, Christophe Ena)

    Plein écran

    Alors que vient d'être démantelée la «Jungle» de Calais, dans le nord de la France, des campements de fortune des exilés se multiplient de façon inquiétante dans le XIXe arrondissement de Paris.

    AP, Christophe Ena

  • 5 / 13
  • Alors que vient d'être démantelée la «Jungle» de Calais, dans le nord de la France, des campements de fortune des exilés se multiplient de façon inquiétante dans le XIXe arrondissement de Paris. (AFP, JOEL SAGET)

    Plein écran

    Alors que vient d'être démantelée la «Jungle» de Calais, dans le nord de la France, des campements de fortune des exilés se multiplient de façon inquiétante dans le XIXe arrondissement de Paris.

    AFP, JOEL SAGET

  • 6 / 13
  • Alors que vient d'être démantelée la «Jungle» de Calais, dans le nord de la France, des campements de fortune des exilés se multiplient de façon inquiétante dans le XIXe arrondissement de Paris. (AP, Christophe Ena)

    Plein écran

    Alors que vient d'être démantelée la «Jungle» de Calais, dans le nord de la France, des campements de fortune des exilés se multiplient de façon inquiétante dans le XIXe arrondissement de Paris.

    AP, Christophe Ena

  • 7 / 13
  • Alors que vient d'être démantelée la «Jungle» de Calais, dans le nord de la France, des campements de fortune des exilés se multiplient de façon inquiétante dans le XIXe arrondissement de Paris. (AFP, JOEL SAGET)

    Plein écran

    Alors que vient d'être démantelée la «Jungle» de Calais, dans le nord de la France, des campements de fortune des exilés se multiplient de façon inquiétante dans le XIXe arrondissement de Paris.

    AFP, JOEL SAGET

  • 8 / 13
  • Alors que vient d'être démantelée la «Jungle» de Calais, dans le nord de la France, des campements de fortune des exilés se multiplient de façon inquiétante dans le XIXe arrondissement de Paris. (AFP, JOEL SAGET)

    Plein écran

    Alors que vient d'être démantelée la «Jungle» de Calais, dans le nord de la France, des campements de fortune des exilés se multiplient de façon inquiétante dans le XIXe arrondissement de Paris.

    AFP, JOEL SAGET

  • 9 / 13
  • Alors que vient d'être démantelée la «Jungle» de Calais, dans le nord de la France, des campements de fortune des exilés se multiplient de façon inquiétante dans le XIXe arrondissement de Paris. (AP, Christophe Ena)

    Plein écran

    Alors que vient d'être démantelée la «Jungle» de Calais, dans le nord de la France, des campements de fortune des exilés se multiplient de façon inquiétante dans le XIXe arrondissement de Paris.

    AP, Christophe Ena

  • 10 / 13
  • Alors que vient d'être démantelée la «Jungle» de Calais, dans le nord de la France, des campements de fortune des exilés se multiplient de façon inquiétante dans le XIXe arrondissement de Paris. (AFP, JOEL SAGET)

    Plein écran

    Alors que vient d'être démantelée la «Jungle» de Calais, dans le nord de la France, des campements de fortune des exilés se multiplient de façon inquiétante dans le XIXe arrondissement de Paris.

    AFP, JOEL SAGET

  • 11 / 13
  • Alors que vient d'être démantelée la «Jungle» de Calais, dans le nord de la France, des campements de fortune des exilés se multiplient de façon inquiétante dans le XIXe arrondissement de Paris. (AFP, JOEL SAGET)

    Plein écran

    Alors que vient d'être démantelée la «Jungle» de Calais, dans le nord de la France, des campements de fortune des exilés se multiplient de façon inquiétante dans le XIXe arrondissement de Paris.

    AFP, JOEL SAGET

  • 12 / 13
  • Alors que vient d'être démantelée la «Jungle» de Calais, dans le nord de la France, des campements de fortune des exilés se multiplient de façon inquiétante dans le XIXe arrondissement de Paris. (AFP, JOEL SAGET)

    Plein écran

    Alors que vient d'être démantelée la «Jungle» de Calais, dans le nord de la France, des campements de fortune des exilés se multiplient de façon inquiétante dans le XIXe arrondissement de Paris.

    AFP, JOEL SAGET

  • 13 / 13

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Simon VALMARY
Agence France-Presse
Paris

Dans les quartiers du nord de Paris, les campements de migrants ont déjà été évacués à maintes reprises. Mais depuis plusieurs jours, les tentes se multiplient, au moment où, à 300 kilomètres de là, les autorités françaises démantèlent l'immense bidonville de Calais.

«Il y a trois jours, on distribuait 700 à 800 repas. Aujourd'hui, on est à plus de mille. Je ne sais pas comment on va faire», confie Charles Drane de l'ONG Adventist Development and Relief Agency (Adra), qui fournit de la nourriture aux migrants dans le XIXe arrondissement.

Ce quartier populaire de la capitale concentre les campements de fortune des exilés, qui comptent aujourd'hui près de 2000 personnes, selon les autorités.

Dommage collatéral de l'évacuation de la «Jungle» de Calais, dans le nord du pays, qui abritait encore la semaine dernière entre 6000 et 8000 migrants ?

La ministre française du Logement, Emmanuelle Cosse, assure que non : «Il n'y a pas d'arrivée massive de Calais sur Paris», dit-elle, alors que près de 6000 des occupants de Calais ont été répartis dans des centres d'accueil dans toute la France.

«Des contrôles ont été mis en place, sur les routes, sur les voies ferrées, et rien n'indique à ce stade qu'il y ait un afflux de migrants venus de Calais», a également assuré le représentant de l'État dans la région parisienne, le préfet Jean-François Carenco.

«Beaucoup de migrants vont à Paris» en bus, par train ou en voiture, affirme au contraire une source policière travaillant dans le nord de la France : «Certains sont récupérés directement par des voitures venues de Paris.»

«Difficile de dire d'où ils viennent, mais une chose est sûre : ça grandit de manière inquiétante, souligne Violette Baranda, une élue parisienne. Et il y a désormais des familles avec des enfants, parfois de quelques mois.»

Les tentes, isolées à la hâte avec des bâches ou des couvertures de survie, s'entassent sur plus de 700 mètres sur l'avenue de Flandres, grande artère du nord-est parisien. Du linge sèche sur des fils tendus entre deux arbres, on discute sur une chaise de bureau à roulettes ou un fauteuil défoncé.

Sous le métro aérien tout proche, le moindre bout de trottoir accessible est recouvert de dizaines de tentes ou de matelas en mousse posés à même le sol.

Tous les malheurs du monde

Soudanais, Somaliens, Éthiopiens, Érythréens, Syriens, Libyens, Afghans... «Il y a tous les malheurs du monde ici», sourit Ibrahim Zakaria, originaire du Darfour soudanais.

À Paris depuis un mois, l'Afghan Wahidullah Karimi, 26 ans, ancien ingénieur dans l'énergie, attend impatiemment avec ses camarades une évacuation «pour pouvoir dormir au chaud, qu'on nous sauve de cette situation».

Comme les autres, un ex-soldat de l'armée libyenne, rêve d'un lit et d'un toit, «même dans une petite chambre avec trois ou quatre autres personnes». «La vie est difficile ici. Il fait froid, on mange et on s'habille avec ce qu'on nous donne, on se lave dans des douches publiques quand on peut... On ne veut pas passer notre vie comme ça, dans la rue», explique ce jeune homme de 25 ans, qui veut rester anonyme et s'exprime dans un français correct.

Une évacuation aura lieu «dans les jours qui viennent», promet la Mairie de Paris, qui prévoit d'ouvrir prochainement le premier centre d'accueil provisoire de la capitale pour accueillir les migrants, avec une capacité initiale de 400 lits.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer