L'EI défait dans une ville symbole

Les rebelles ont donné les derniers assauts, dimanche,... (AFP, Nazeer al-Khatib)

Agrandir

Les rebelles ont donné les derniers assauts, dimanche, pour reprendre la ville de Dabiq des mains de l'État islamique. Sur le front diplomatique, les puissances tentent toujours de trouver un terrain d'entente pour arrêter la guerre qui a fait plus de 300 000 morts en Syrie depuis 2013.

AFP, Nazeer al-Khatib

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Beyrouth

Des rebelles soutenus par la Turquie ont infligé une défaite dimanche au groupe État Islamique (EI) en prenant Dabiq, une ville syrienne symbolique pour les djihadistes, alors que les Occidentaux ont menacé le régime et son allié russe de nouvelles sanctions.

À Londres, où étaient réunis dimanche des pays soutenant l'opposition syrienne, le secrétaire d'État américain John Kerry a affirmé que des «crimes contre l'humanité» étaient perpétrés dans les quartiers rebelles d'Alep et prévenu que des «mesures supplémentaires» étaient envisagées contre «le régime et ses supporteurs».

À Alep, un front stratégique dans cette guerre qui a fait plus de 300 000 morts depuis 2011, le régime du président Bachar Al-Assad et son allié russe ont lancé fin septembre une offensive pour s'emparer des quartiers tenus par les rebelles et poursuivent sans relâche leurs bombardements.

Dans la province du même nom, mais sur un autre front de ce conflit complexe, des rebelles soutenus par la Turquie «ont pris la ville de Dabiq après le retrait des djihadistes de l'EI», selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), qui a précisé qu'une localité voisine avait aussi été conquise.

Un de ces groupes rebelles, l'Union Fastaqim, a confirmé sur Twitter que Dabiq était tombée «après de violents combats avec Daech», acronyme en arabe de l'EI.

Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu a affirmé dimanche que les rebelles soutenus par la Turquie allaient désormais avancer vers Al-Bab, ville tenue par les djihadistes à une trentaine de kilomètres au sud-est de Dabiq.

Prophétie

Dabiq a une forte portée symbolique pour les djihadistes car selon une prophétie de l'islam, cette localité sera le site d'une bataille entre les armées chrétiennes et musulmanes, où ces dernières, après avoir frôlé une humiliante défaite, finiront par triompher.

Les djihadistes faisaient le rapprochement avec leur guerre contre la coalition «croisée», comme ils désignent la coalition internationale menée par les États-Unis.

Dans la deuxième ville de Syrie, Alep, les quartiers rebelles ont de nouveau été visés dimanche par d'importants raids aériens du régime du président Bachar Al-Assad et de son allié russe, selon un correspondant de l'AFP.

Depuis son lancement, l'offensive russo-syrienne contre la partie d'Alep tenue par les rebelles a tué plus de 370 personnes, essentiellement des civils, selon l'OSDH. Le régime et son allié déclarent viser les «terroristes», principalement les djihadistes du Front Fateh Al-Cham, l'ex-branche syrienne d'Al-Qaida.

M. Kerry a qualifié dimanche les bombardements contre des civils à Alep de «crimes contre l'humanité».

À Londres, le chef de la diplomatie américaine a averti que les alliés occidentaux envisageaient d'imposer de nouvelles sanctions économiques ciblées contre Damas et Moscou.

Samedi à Lausanne, en Suisse, une rencontre entre M. Kerry et son homologue russe Sergueï Lavrov - leur première depuis le début de l'offensive russo-syrienne sur Alep - n'a donné aucun résultat concret.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer