Mort du roi de Thaïlande: le prince héritier demande un délai

Des Thaïlandaises prient à l'extérieur de l'hôpital Siriraj,... (AFP, Munir Uz Zaman)

Agrandir

Des Thaïlandaises prient à l'extérieur de l'hôpital Siriraj, où le roi Bhumibol Adulyadej était hospitalisé jusqu'à sa mort, jeudi.

AFP, Munir Uz Zaman

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marion Thibaut, Ju Apilaporn
Agence France-Presse
Bangkok

Le roi de Thaïlande Bhumibol Adulyadej est décédé jeudi, après 70 ans d'un règne ayant fait de lui le plus vieux monarque en exercice, et son fils a demandé «un délai» avant de lui succéder, plongeant la Thaïlande dans une ère de grande incertitude.

Âgé de 88 ans, le roi était considéré comme le seul ciment d'une nation très divisée politiquement.

Il était monté sur le trône en 1946, après la mort inexpliquée de son frère et beaucoup de Thaïlandais n'ont jamais connu d'autre souverain.

Après la mort jeudi du roi de Thaïlande, c'est la reine Élisabeth II d'Angleterre qui devient, avec 64 ans de règne, le plus ancien monarque en exercice dans le monde.

Et contre toute attente, le prince héritier Maha Vajiralongkorn, 64 ans, a dit avoir besoin de «temps» avant de prendre sa suite, ajoutant à la confusion dans un pays déjà sous le choc. 

Bien moins connu et vénéré par les Thaïlandais que son père, le prince héritier vivait jusqu'ici la plupart du temps en Allemagne.

Passé par une formation militaire, notamment à l'Académie de Duntroon, en Australie, il a un grade honorifique de général au sein de l'armée thaïlandaise.

Ces dernières années, il a souvent remplacé son père au cours de cérémonies officielles mais ses prises de parole sont restées rarissimes.

Le roi Bhumibol Adulyadej en décembre 2013... (AFP,  Thai Royal Bureau) - image 2.0

Agrandir

Le roi Bhumibol Adulyadej en décembre 2013

AFP, Thai Royal Bureau

La mort de Bhumibol était redoutée par des millions de Thaïlandais et des centaines de ses admirateurs s'étaient rassemblés ces deux derniers jours. Bhumibol Adulyadej, hospitalisé depuis deux années, quasiment en continu, notamment pour des infections pulmonaires et de l'hydrocéphalie, n'était pas apparu en public depuis près d'un an.

Toutes les télés en noir et blanc pour 30 jours

Le chef de la junte a annoncé une période de deuil d'un an et une réduction de toutes les activités de «divertissement» pendant une période de 30 jours. Toutes les chaînes de télévision en Thaïlande sont passées à un programme unique en noir et blanc, en signe de deuil après la mort du roi, des chaînes internationales comme la BBC ou CNN étant aussi touchées.

Bhumibol Adulyadej avait un statut de demi-dieu en Thaïlande, héritage de décennies de culte de la personnalité. Chez les particuliers, dans les administrations, dans les écoles, ses portraits sont omniprésents à travers le pays et le culte de la personnalité a encore été renforcé depuis le coup d'État militaire du 22 mai 2014.

Le roi, la reine, l'héritier et le régent sont protégés par une loi réprimant les crimes de lèse-majesté parmi les plus sévères au monde. Depuis l'arrivée au pouvoir de la junte, les poursuites se sont multipliées et les sentences alourdies.

En août 2015, un homme a été condamné à 30 ans de prison et une femme à 28 ans après avoir publié sur Facebook plusieurs messages jugés insultants pour la famille royale.

Les 10 dernières années de son règne ont été marquées par une très grande instabilité politique. Élites ultra-royalistes (identifiées comme les «jaunes», la couleur de la royauté) et partisans de l'ex-premier ministre Thaksin Shinawatra (qui ont pour symbole le rouges) s'affrontent.

Le dernier coup d'État d'une longue série a été réalisé au nom de la sauvegarde de la monarchie par une armée soucieuse de verrouiller la scène politique à l'approche de la succession.

Un militaire peu habitué à la lumière

Le prince héritier de Thaïlande Maha Vajiralongkorn, militaire de formation, va devoir passer du statut d'héritier lointain à celui de nouvelle figure tutélaire du royaume.

Sa popularité est très éloignée de celle de son père, objet depuis des décennies d'un culte de la personnalité.

Les images distillées au fil des ans par le palais montrent cet homme maigre de 64 ans, sanglé dans un uniforme militaire blanc, présidant des cérémonies officielles, lors de ses brefs séjours en Thaïlande.

En décembre 2014, le divorce d'avec sa troisième femme, la princesse Srirasmi, épousée en secret en 2001, avait coïncidé avec un scandale sans précédent qui avait conduit de nombreux membres de la famille de cette roturière derrière les barreaux pour lèse-majesté.

Ils sont accusés d'avoir profité de leur statut de proches de «la plus haute institution» pour tirer des bénéfices financiers, ce qui a été largement interprété comme une opération de nettoyage de l'entourage du futur monarque.

La princesse Sirindhorn et le prince Vajiralongkorn avaient assité... (AP, Michel Kooren) - image 4.0

Agrandir

La princesse Sirindhorn et le prince Vajiralongkorn avaient assité à une cérémonie à Amsterdam, aux Pays-Bas, en avril 2013.

AP, Michel Kooren

Depuis son divorce, on l'a vu multiplier les séances photo, détendu, en pull rouge avec un jean troué ou déguisé en père Noël, jouant nonchalamment avec son fils cadet issu de son mariage avec Srirasmi, Dipangkorn Rasmijoti.

Le vélo comme plan médiatique

Sa mise en avant médiatique par les autorités a débuté en août 2015, à un moment où les inquiétudes s'étaient multipliées concernant la santé de son père. Une grande course cycliste a été organisée à travers Bangkok, avec le prince en avant du peloton.

Mais ses prises de parole restent rarissimes et limitées à des discours officiels comme en 2011, à l'ouverture de la première session du Parlement, où il représentait son père malade. «Il est de votre responsabilité directe, en tant que députés, de travailler pour diriger le pays de manière démocratique», avait-il déclaré.

Lors du coup d'État de mai 2014 contre le gouvernement élu de Yingluck Shinawatra, soeur du milliardaire en exil Thaksin, il n'est pas en Thaïlande. Pendant les manifestations de soutien aux Shinawatra, certains partisans ont brandi des portraits du prince suscitant des commentaires, toujours en coulisses, sur sa possible proximité avec Thaksin. Cet ancien premier ministre, renversé en 2006, est la bête noire de l'élite royaliste traditionnelle, qui le voit comme une menace à l'institution royale.

Les inquiétudes quant à la stature royale du prince ne s'expriment qu'à mots couverts dans le royaume en raison d'une loi de lèse-majesté draconienne.

Mais si son père a pu longtemps contrôler son image, à une époque où les réseaux sociaux et Internet n'existaient pas encore, la tâche sera plus rude pour son fils.

En juillet 2016, des photos peu flatteuses du prince avaient été publiées par le journal allemand Bild, dont l'accès à l'article avait été rapidement rendu inaccessible depuis la Thaïlande.

Nombreux enfants

Père d'une enfant née en 1978 d'un premier mariage avec une cousine, il a eu plusieurs fils de sa relation avec sa deuxième femme, Sucharinee, une descendance non reconnue par le palais.

Par le passé déjà, les conseillers du palais l'ont assigné à des missions officielles comme de représenter la Thaïlande aux funérailles de HiroHito en 1989.

Il a un grade honorifique de général au sein de l'armée, mais passe beaucoup de temps en Allemagne, où il vole aux manettes de son propre avion.

Après des études secondaires en Grande-Bretagne, il est inscrit en 1972 à l'Académie militaire de Duntroon, en Australie. Il rentre dans son pays peu avant la répression sanglante des manifestations étudiantes en 1976, avec des milices ultra royalistes au coeur des répressions.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer