Trump a déjà perdu l'élection, selon un expert

Donald Trump s'est excusé deux fois pour ses... (AP, Evan Vucci)

Agrandir

Donald Trump s'est excusé deux fois pour ses propos misogynes et vulgaires divulgués vendredi par le Washington Post.

AP, Evan Vucci

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Vicky Fragasso-Marquis
La Presse Canadienne
Montréal

Donald Trump a beau se présenter au débat présidentiel dimanche soir, son sort est déjà scellé: il a perdu l'élection, selon un expert de la politique américaine.

L'enregistrement audio diffusé vendredi par le Washington Post dans lequel le candidat tient des propos misogynes et vulgaires a sonné le glas de son élection, selon Rafael Jacob, chercheur à la Chaire Raoul-Dandurand de l'UQAM.

M. Jacob était l'un des rares experts à signaler il y a un an qu'il ne fallait pas sous-estimer le milliardaire devenu politicien dans la course à la Maison-Blanche. Mais cette énième controverse aura eu raison de M. Trump, a-t-il prédit.

Donald Trump s'est excusé deux fois pour ses commentaires. Sa femme, Melania, et son colistier, Mike Pence, ont également critiqué ses propos. Or, selon M. Jacob, il est déjà trop tard puisque déjà plusieurs éminents républicains ont retiré leur appui et plusieurs d'entre eux demandent à M. Trump de tirer sa révérence.

Des républicains de toutes les allégeances et de tous les États ont annoncé qu'ils ne voteraient pas pour leur candidat, et que ce dernier devrait partir pour le bien du parti.

M.Trump a déjà laissé savoir qu'il ne quitterait pas son poste et qu'il serait au rendez-vous dimanche soir. Comme un candidat ne peut se faire retirer sa nomination par le parti, M. Trump risque d'être présent au débat, et de se présenter comme prévu en novembre - mais cela ne sera pas sans conséquence.

Rafael Jacob prévoit que la démocrate Hillary Clinton remportera l'élection, mais il envisage aussi plusieurs victoires pour son parti au Congrès. «Ce qui est en train de devenir potentiellement gigantesque comme problème, c'est tous les candidats républicains qui tentent de se faire réélire et qui ont maintenant peur pour leur peau», a-t-il expliqué.

Silence radio

D'ailleurs, le silence radio de la campagne Clinton depuis le début de la controverse n'est pas insignifiant, selon le chercheur. «Ils jouent très bien leur carte. C'est la bonne chose à faire [...] Elle n'a pas besoin d'en parler pour que tout le monde soit au courant de ce qui se passe. C'est tellement gros comme histoire», a-t-il soutenu.

À quoi peut-on s'attendre au débat de dimanche soir? Selon M. Jacob, Donald Trump ne peut rien faire pour améliorer sa situation considérablement. Il peut, à tout le moins, s'excuser sincèrement et essayer de prévenir les autres controverses qui pourraient surgir prochainement.

«Mais le meilleur chemin pour lui, ce serait de se retirer tout de suite», a-t-il ajouté.

Quant à Hillary Clinton, elle doit se poser au-dessus de la mêlée et se présenter comme la meilleure candidate par rapport à son adversaire. «J'essaierais de tendre la perche aux électeurs républicains et républicaines qui pourraient l'appuyer elle et le candidat de son parti», a indiqué M. Jacob.

Gestion de crise

À 20h dimanche, à l'université Washington de St. Louis, au Missouri, le milliardaire et l'ancienne secrétaire d'État se retrouveront face à deux modérateurs et un panel d'électeurs indécis, en direct sur les grandes chaînes des États-Unis.

Mais là où Mme Clinton tentera de convaincre davantage de sa stature présidentielle, M. Trump pourrait en être réduit à faire de la gestion de crise. 

Dans une vidéo filmée par NBC il y a 11 ans, Donald Trump se vante de sa façon de conquérir les femmes qui l'attirent, avec des techniques proches du harcèlement sexuel.

«Quand t'es une star, elles te laissent faire. Tu peux tout faire», affirme-t-il, en utilisant un mot très cru pour le sexe féminin.

Les médias ont aussi ressorti une entrevue de 2002 où il affirme quitter les femmes quand elles ne sont plus de la première jeunesse. «Que faut-il faire quand elles ont 35 ans? Il est temps de prendre la porte!» plaisante le milliardaire.

Des déclarations embarrassantes au moment même où le trublion républicain, familier des outrances, a un besoin criant de rallier une partie de l'électorat féminin et modéré.

Il risque désormais au contraire de s'aliéner ces voix cruciales, à moins d'un mois du scrutin du 8 novembre.

Le débat s'annonce donc houleux, d'autant que le milliardaire avait été donné perdant après sa première confrontation avec la candidate démocrate.  Avec AFP

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer