Trump et les femmes en quelques citations

Candidate aux primaires républicaines, Carly Fiorina est aux... (Archives AFP, Frederic J. Brown)

Agrandir

Candidate aux primaires républicaines, Carly Fiorina est aux nombre des femmes qui ont fait l'objet d'insultes de la part de Donald Trump.

Archives AFP, Frederic J. Brown

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Sébastien Blanc
Agence France-Presse
Washington

«Personne ne respecte les femmes autant que moi.» Cette affirmation, le candidat républicain à la présidentielle américaine Donald Trump l'a assénée à de multiples reprises dans ses meetings, mais cette perfection revendiquée est mise en doute par ses dérapages répétés, sexistes ou graveleux. En voici quelques exemples.

«J'ai tenté de la baiser, elle était mariée [...] Je suis automatiquement attiré par les beautés. J'embrasse, j'attends même pas. Et quand t'es une star, elles te laissent faire. Tu peux tout faire. Les choper par la chatte.» 

Cette dernière sortie de route du candidat républicain, révélée vendredi, est peut-être la plus choquante et sans doute la plus vulgaire. Les propos datent de 2005, mais ils ont fait l'effet d'une bombe avant le débat crucial qui opposera dimanche soir Donald Trump et Hillary Clinton. Pour tenter de limiter les dommages, le trublion républicain a diffusé une vidéo tournée en urgence, dans laquelle il se dit «rempli d'humilité» et s'engage à devenir «un homme meilleur».

***

«Regardez-moi cette tête. Qui voterait pour ça?»

Donald Trump avait ainsi qualifié son ex-rivale aux primaires républicaines, Carly Fiorina. Celle-ci avait ensuite épinglé le magnat de l'immobilier pour sa misogynie, lors d'un débat télévisé.

***

«On pouvait voir du sang gicler de ses yeux, du sang gicler de son... d'où que ce soit.»

Donald Trump avait décrit sous cette forme imagée la prétendue animosité que lui vouait une journaliste de FOX News, Megyn Kelly, lors du premier débat des primaires républicaines en août 2015.

Il avait ensuite démenti avoir voulu faire une allusion aux règles de la jeune femme, qu'il avait aussi qualifiée de «bimbo».

***

«Elle avait pris énormément de poids, ce qui posait un vrai problème.»

Ce récent commentaire de Donald Trump visait Alicia Machado, une Vénézuélienne couronnée Miss Univers 1996, du temps où l'homme d'affaires organisait ces concours de beauté.

La femme, passée dans le camp de Mme Clinton, a par ailleurs souligné que Trump l'avait appelée «Miss Piggy» (Peggy la cochonne).

***

Bill Clinton «a été le pire agresseur de femmes de l'histoire de la politique [...]. Et Hillary a été complice en traitant ces femmes de façon effroyable.»

Pour regagner un électorat féminin rendu méfiant, Donald Trump a depuis plusieurs mois adopté cet angle d'attaque, accusant son adversaire démocrate de cautionner les liaisons extra-maritales de son mari.

***

«C'est une truie. Elle parle comme un chauffeur routier.»

En 2006, Donald Trump avait proféré ces insultes sexistes visant la comédienne Rosie O'Donnell, qui l'avait elle-même qualifié de «charlatan des affaires».

*****

«Arianna Huffington est peu séduisante, à la fois intérieurement et extérieurement. Je comprends parfaitement pourquoi son mari l'a quittée pour un homme. Il a fait le bon choix.»

Donald Trump s'était ainsi moqué dans un tweet en août 2012 de l'éditorialiste américaine, dont l'ancien mari avait révélé être homosexuel un an après leur divorce.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer