G.-B.: le favori à la tête de l'Ukip victime d'un malaise

Une télévision britannique a montré une image du... (AFP)

Agrandir

Une télévision britannique a montré une image du député Steven Woolfe inanimé, étendu au sol, sur une passerelle du parlement européen.

AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
STRASBOURG

Steven Woolfe, favori pour prendre la tête du parti europhobe britannique Ukip, a été hospitalisé jeudi à Strasbourg après un malaise consécutif à une «altercation» avec un ou des collègues de sa formation, selon l'ex-chef du parti Nigel Farage.

D'après M. Farage, Steven Woolfe a «perdu connaissance» et a été transporté à l'hôpital dans un état «grave», «après une altercation qui a eu lieu lors d'une réunion des eurodéputés Ukip» dans les locaux du parlement européen.

Cet épisode survient alors que l'Ukip est plongé dans une profonde crise de gouvernance, trois mois et demi après la victoire du Brexit lors du référendum de 23 juin, pour laquelle le parti europhobe oeuvrait ardemment depuis sa fondation en 1993.

L'intéressé, 48 ans, a cependant donné par la suite des nouvelles rassurantes, sans évoquer une quelconque dispute.

Dans un communiqué diffusé par son parti, il a dit avoir subi un scanner cérébral dont les résultats étaient rassurants. «Je me sens bien», a-t-il affirmé, précisant qu'il souffrait seulement d'un «engourdissement» dans la partie gauche du visage et qu'à titre de «précaution» il resterait hospitalisé au moins jusqu'à vendredi.

Selon des médias britanniques, M. Woolfe aurait été pris en charge en urgence pour une hémorragie cérébrale, consécutive à des coups donnés par un de ses camarades de parti. Une télévision britannique a montré une image du député inanimé, étendu au sol, sur une passerelle du grand bâtiment de verre et d'acier du Parlement européen.

Favori mais pas de tous

Orphelin de sa figure charismatique Nigel Farage, qui a décidé de démissionner au lendemain du vote pour le Brexit tout en gardant un pied ferme dans le parti et son poste de député européen, l'Ukip a appris mardi que sa nouvelle présidente Diane James jetait l'éponge, 18 jours seulement après sa désignation.

Une décision liée à des raisons personnelles mais aussi à l'absence de soutien des députés européens et des cadres du parti, a-t-elle expliqué.

M. Woolfe, porte-parole du parti sur les questions d'immigration, a immédiatement annoncé qu'il briguerait le poste.

Or, bien que donné grand favori de la compétition qui s'annonce, sa candidature n'en déplaît pas moins à plusieurs députés européens qui lui reprochent d'avoir ouvertement déclaré qu'il avait hésité à rejoindre le Parti conservateur de la première ministre Theresa May, après son engagement à mettre en place le Brexit.

Soutenu par Nigel Farage et le principal financeur de l'Ukip, il avait été exclu du scrutin organisé cet été parce qu'il avait remis son dossier de candidature avec 17 minutes de retard.

Une exclusion qui avait entraîné la démission de trois membres du parti qui considéraient qu'elle avait été dictée par les membres les plus centristes de l'Ukip.

Avocat de profession, M. Woolfe a évoqué dans la presse britannique ses origines mêlées, notamment son grand-père paternel noir américain. «Mes cheveux étaient différents, ma couleur était différente, j'étais souvent battu, insulté et ça a duré toute mon adolescence», a-t-il dit dans une entrevue au magazine New Statesman.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer