Ron Lewis, le général qui aimait trop les clubs de strip-tease

Le général Ron Lewis (ici en compagnie du... (AFP, Carolyn Kaster)

Agrandir

Le général Ron Lewis (ici en compagnie du secrétaire à la Défense Aston Carter) est l'un des officiers américains à la carrière brillante qui ont dû brutalement quitter ces derniers mois leurs fonctions, pour des affaires de femme ou des soupçons d'indélicatesse.

AFP, Carolyn Kaster

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

Le général Ron Lewis, conseiller militaire du secrétaire à la Défense américain, a été congédié en novembre dernier pour avoir réglé des factures de clubs de strip-tease avec sa carte de paiement professionnelle en marge de voyages officiels, selon le Pentagone.

Le général avait aussi un comportement «inapproprié» avec des femmes de son entourage, selon le rapport de l'inspection générale du ministère de la Défense américain, publié jeudi.

Le général Lewis est l'un des officiers américains à la carrière brillante qui ont dû brutalement quitter ces derniers mois leurs fonctions, pour des affaires de femme ou des soupçons d'indélicatesse.

Le général Michael Bobeck, ancien pilote d'hélicoptère dans une prestigieuse unité des forces spéciales américaine, a ainsi été lui aussi forcé de quitter son poste à l'état-major inter-armées américain en septembre.

Le Pentagone lui reproche une liaison extra-conjugale et son installation après son divorce dans un appartement payé par un lobbyiste pour un groupe de défense américain, selon la presse.

Un autre officier prometteur, le général David Haight, a dû quitter son commandement au printemps après la mise au jour d'une liaison torride et échangiste, selon la presse.

Les raisons du limogeage en septembre du commandant de la première division d'infanterie américaine, le général Wayne Grigsby, restent en revanche mystérieuses.

En ce qui concerne le général Lewis, les limiers du Pentagone ont établi notamment qu'il s'était rendu dans un bar du quartier chaud de Séoul en avril 2015, en marge d'un voyage officiel du secrétaire américain à la Défense.

Selon l'inspection générale, le général, qui nie les faits, avait réglé la note du Candy Bar, 1125,25$, avec sa carte professionnelle.

Scénario semblable en octobre 2015 au Cica Cica Boom à Rome, qui propose des «spectacles sexy», où le général, également en voyage officiel, a payé 1755,98$ avec sa carte professionnelle.

Le Pentagone prend acte

Le chef du Pentagone, Ashton Carter, a publié un bref communiqué pour prendre acte des conclusions du rapport.

«J'attends un comportement aussi irréprochable que possible du personnel du ministère de la Défense, particulièrement pour ceux qui servent aux postes les plus élevés», a-t-il souligné.

La Marine américaine peine toujours à se remettre d'une affaire de corruption tentaculaire dans la flotte du Pacifique, orchestrée par Fat Leonard, un Malaisien qui dirigeait une société de services portuaires et qui est en prison aux États-Unis depuis 2013.

L'enquête a mis en cause plusieurs amiraux dont l'avancement a été gelé, créant des casse-tête administratifs pour pourvoir les grands postes de commandement.

Onze officiers ou anciens officiers de la Navy ont été inculpés dans cette affaire.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer