Le plus grand hôpital d'Alep bombardé

Un employé inspecte les dégâts à l'hôpital d'Alep,... (AFP, Thaer Mohammed)

Agrandir

Un employé inspecte les dégâts à l'hôpital d'Alep, bombardé vraisemblablement par une bombe à fragmentation.

AFP, Thaer Mohammed

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Beyrouth

Le plus grand hôpital des quartiers rebelles d'Alep, déjà bombardé mercredi, a été samedi la cible d'au moins deux barils d'explosifs, a rapporté la Syrian American Medical Society (SAMS).

«Deux barils d'explosifs ont frappé l'hôpital M10 et il y a des informations sur l'utilisation d'une bombe à fragmentation», d'après Adham Sahloul, de SAMS, l'ONG basée aux États-Unis qui gère cet hôpital.

Cet établissement hospitalier ainsi qu'un autre avaient déjà été visé mercredi par des bombardements. Au moins deux patients avaient été tués et deux membres du personnel soignant blessés dans ces attaques, selon Médecins sans frontières (MSF).

Les deux hôpitaux avaient été contraint de suspendre leurs activités et seuls six établissements sont encore en activité dans les quartiers est d'Alep, contrôlés par les rebelles, selon SAMS.

«Crimes de guerre»

Après ces bombardements, le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon avait dénoncé des «crimes de guerre».

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a également fait état samedi d'une frappe aérienne contre un hôpital de campagne dans le quartier rebelle de Sakhour.

«Une personne a été tuée et l'hôpital est hors service», a indiqué Rami Abdel Rahmane, directeur de l'OSDH, sans pouvoir préciser dans l'immédiat si la victime faisait partie des patients ou du personnel médical.

Ces bombardements interviennent en pleine offensive des troupes loyales au régime de Bachar al-Assad qui cherche à reprendre la totalité d'Alep, deuxième ville du pays divisée depuis 2012 et devenue le principal front de la guerre en Syrie.

Selon l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), la Syrie est le pays le plus dangereux pour les personnels soignants avec 135 attaques contre des centres médicaux en 2015.

Le conflit syrien a fait plus de 300 000 morts en cinq ans et engendré la plus grande crise humanitaire depuis la Seconde guerre mondiale.

Moscou déconseille à Washington d'attaquer les forces du gouvernement syrien

La Russie a prévenu les États-Unis, samedi, de ne pas s'en prendre aux forces du gouvernement syrien, soutenant que de telles attaques auraient des répercussions à travers tout le Moyen-Orient.

Dans une déclaration rapportée par les agences de presse russes, la porte-parole du ministère des Affaires étrangères Maria Zakharova a affirmé qu'une intervention américaine contre l'armée du président Bachar el-Assad aurait de terribles conséquences non seulement sur le territoire de la Syrie, mais aussi dans l'ensemble de la région.

Elle a ajouté qu'un changement de régime dans le pays créerait un vide qui serait aussitôt comblé par des «terroristes de tout acabit».

Les tensions entre Moscou et Washington concernant la Syrie se sont aggravées depuis l'effondrement d'un cessez-le-feu le mois dernier, chaque champ reprochant à l'autre d'être responsable de cet échec.

Les forces syriennes appuyées par les avions de guerre russes ont lancé une offensive majeure contre les quartiers d'Alep détenus par les rebelles. AP

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer