La police refuse de publier la vidéo du Noir abattu à Charlotte

Les militaires de la Garde nationale ont été... (AP, Chuck Burton)

Agrandir

Les militaires de la Garde nationale ont été déployés pour contenir les manifestations de Charlotte, jeudi, où un couvre-feu a finalement été déployé.

AP, Chuck Burton

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Monde
Monde

soleil monde TOC »

Michael Mathes
Associated Press
Charlotte

La ville de Charlotte, en Caroline du Nord, avait des airs de camp retranché jeudi soir, les militaires de la Garde nationale étant déployés en renfort pour contenir les manifestants qui défilaient pour la troisième nuit consécutive afin de dénoncer l'homicide d'un Noir par un policier, tandis que la police refuse toujours de rendre publique la vidéo du drame.

Un avocat de la famille, qui a vu la vidéo jeudi soir, a réclamé qu'elle soit rendue publique immédiatement.

Le chef de la police, Kerr Putney, avait déclaré plus tôt jeudi que la diffusion de cette vidéo pourrait nuire à l'enquête en cours. Il a dit aux journalistes qu'elle serait rendue publique lorsqu'il y aura une «raison impérieuse» de le faire.

«Ne vous attendez pas à ce qu'elle soit diffusée, a-t-il prévenu. Je ne vais pas compromettre cette enquête.»

M. Putney a aussi affirmé que la vidéo ne montrait pas clairement la victime âgée de 43 ans, Keith Lamont Scott, pointer une arme à feu vers qui que ce soit.

La vidéo pourrait pourtant faire la lumière sur des témoignages contradictoires au sujet de l'incident. La police affirme en effet que Keith Lamont Scott a refusé de laisser tomber son arme à feu après en avoir reçu l'ordre plusieurs fois. Des résidants du secteur ont cependant assuré que l'homme n'était pas armé, qu'il n'avait dans ses mains qu'un simple livre.

L'avocat de la famille Scott, Justin Bamberg, a déclaré que les proches avaient regardé la vidéo au cours de la soirée de jeudi. Il a indiqué qu'il était impossible de déterminer, dans la vidéo, si M. Scott avait quelque chose dans les mains lorsqu'il a été atteint par les tirs de la police.

Dans un communiqué, Me Bamberg a affirmé que la famille voulait que la vidéo soit rendue publique immédiatement.

Selon Me Bamberg, on peut voir M. Scott sortir calmement de son véhicule, mardi, et alors que des policiers lui donnent plusieurs ordres, il ne s'approche pas d'eux. L'avocat a affirmé que M. Scott avait les deux mains le long du corps et qu'il reculait lentement lorsqu'il a été atteint par des tirs.

Plus tôt jeudi, l'avocat avait révélé que la femme de M. Scott avait été témoin de la scène. «C'est quelque chose qu'elle n'oubliera jamais, jamais», a-t-il souligné.

Gaz lacrymogènes

Après avoir hésité toute la journée, la mairie de Charlotte a finalement décrété un couvre-feu qui entrait en vigueur à partir de minuit.

Un homme s'est fait asperger de gaz lacrymogènes... (AP, Gerry Broome) - image 2.0

Agrandir

Un homme s'est fait asperger de gaz lacrymogènes pendant le blocage de l'autoroute I-277, à Charlotte.

AP, Gerry Broome

Malgré tout, quelques dizaines de manifestants étaient de nouveau rassemblés jeudi soir dans un parc de Charlotte. En fin de soirée, la police a tiré des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants qui bloquaient une importante autoroute.

Mais dans le centre de la ville, l'atmosphère était plus calme. Des centaines de manifestants ont marché vers le commissariat de police en brandissant des panneaux proclamant «Stop killing us» («Arrêtez de nous tuer») et «Resistance is beautiful» («La résistance est belle»).

À cause de la drogue, avance Trump

Le candidat républicain à la Maison-Blanche Donald Trump a semblé jeudi mettre en avant le problème de la consommation de drogues pour expliquer les violentes manifestations qui ont secoué la ville de Charlotte ces derniers soirs.

«Si vous n'êtes pas au courant, les drogues jouent un très très grand rôle dans ce que vous voyez le soir à la télévision», a déclaré le magnat de l'immobilier à l'occasion d'un discours lors d'un rassemblement de producteurs de gaz de schiste.

Donald Trump faisait campagne en Pennsylvanie et dans l'Ohio jeudi. Il a fait ses commentaires sur la situation à Charlotte au début de son allocution à Pittsburgh et appelé à «l'unité et à l'esprit de camaraderie» pour mettre fin aux violences à l'encontre des policiers.

Reconnaissant le droit à manifester pacifiquement, le candidat républicain a cependant souligné qu'il «n'y a pas le droit de s'engager dans des perturbations violentes ou de menacer la paix et la sécurité des autres». AFP

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer