Raid contre un convoi humanitaire en Syrie

Douze bénévoles du Croissant rouge et des conducteurs... (AFP, MAHMOUD TAHA)

Agrandir

Douze bénévoles du Croissant rouge et des conducteurs de camion d'aide humanitaire ont été tués lundi dans la province d'Alep. Sur cette photo, on aperçoit deux véhicules du Croissant rouge, transportant des vivres et des médicaments à Talbiseh, dans la province de Homs.

AFP, MAHMOUD TAHA

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Monde
Monde

soleil monde TOC »

Agence France-Presse
Alep, Syrie

Un raid aérien a touché un convoi humanitaire et tué 12 bénévoles du Croissant rouge et conducteurs de camion qui devaient acheminer de l'aide dans la province d'Alep lundi, quelques heures après que l'armée syrienne a déclaré la «fin» de la trêve des combats.

L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), qui a avancé ce bilan, n'était pas en mesure de préciser de quelle nationalité étaient les avions qui ont mené les frappes, mais aucun groupe rebelle syrien ne dispose de force aérienne.

Au total, au moins 36 civils ont péri à Alep et dans sa province dans des raids, selon la même source. Dans la métropole du Nord syrien, six civils ont été tués, tandis que quatre autres sont morts dans l'est de la province du même nom. Dans l'ouest de la province, 26 civils sont morts. Parmi eux figurent 12 bénévoles du Croissant rouge et des conducteurs de camion d'aide humanitaire.

Ces camions faisaient partie d'un convoi de 31 véhicules de l'ONU et du Croissant rouge syrien qui livrait de l'aide à 78 000 personnes à Orum Al-Koubra, a précisé le porte-parole de l'ONU Stéphane Dujarric.

Le patron des opérations humanitaires de l'ONU Stephen O'Brien s'est déclaré «très inquiet», tandis que le secrétaire d'État américain John Kerry a «réaffirmé le principe selon lequel il faut garantir aux travailleurs humanitaires impartiaux un accès sans entrave aux civils pris au piège dans les zones de conflit».

«Plus de 40 frappes aériennes» ont été menées depuis que Damas a déclaré la «fin» du cessez-le-feu, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

«Agression flagrante»

Devant la gravité de la situation, le Groupe international de soutien à la Syrie (GISS), qui rassemble depuis novembre 2015 une vingtaine de pays et d'organisations internationales - dont les États-Unis, la Russie, l'Arabie Saoudite, la Turquie et l'Iran - se réunira mardi à New York, en marge de l'Assemblée générale de l'ONU, a annoncé lundi la diplomatie américaine.

La réunion «évaluera [...] l'état de l'accord conclu entre les États-Unis et la Russie il y a une semaine, où nous sommes et quelles sont les prochaines mesures à prendre», a précisé le porte-parole du département d'État Mark Toner.

La fin de la trêve survient alors que les timides espoirs suscités initialement par l'accord russo-américain s'étaient nettement refroidis ces derniers jours avec la reprise des combats et des échanges virulents entre les deux grandes puissances. John Kerry avait pourtant assuré lundi vouloir encore croire au maintien de la trêve. Elle «tient mais reste fragile», a-t-il déclaré en marge de l'Assemblée générale de l'ONU où le dossier syrien tiendra une grande place.

Mais la Russie s'était montrée nettement moins optimiste, multipliant ses critiques vis-à-vis de Washington et de ses alliés.

En annonçant la fin de la trêve, l'armée syrienne en a fait porter la responsabilité aux groupes rebelles qui n'ont «pas respecté une seule disposition» de l'accord. Damas a répertorié plus de 300 violations de la trêve par ces groupes.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer