Corruption: un autre politicien brésilien de premier plan tombe

Un ballon gonflable représentant l'ancien président de la... (AP, Eraldo Peres)

Agrandir

Un ballon gonflable représentant l'ancien président de la chambre basse du Congrès brésilien Eduardo Cunha flottait, mardi, dans la Chambre des députés.

AP, Eraldo Peres

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Monde
Monde

soleil monde TOC »

Rio
Associated Press

L'ancien président de la chambre basse du Congrès brésilien est devenu lundi le plus récent politicien à être pris dans les filets d'un gigantesque scandale de corruption.

Lors d'un vote à 450 contre 10, la Chambre des députés a décidé de retirer son siège parlementaire à Eduardo Cunha, qui est accusé de corruption et d'entrave à la justice. Neuf députés se sont abstenus.

Les procureurs accusent M. Cunha d'avoir empoché des millions de dollars en pots-de-vin dans le cadre d'un scandale associé au géant pétrolier Petrobras, mais les parlementaires se sont uniquement intéressés aux comptes bancaires que détiendrait M. Cunha en Suisse.

M. Cunha, qui prétend que ces comptes appartiennent à une fiducie, avait été contraint de quitter son poste de président en juillet quand leur existence a été révélée, mais il avait refusé de renoncer à son siège. Il en était alors à son quatrième mandat et comptait parmi les politiciens les plus puissants du pays.

En tant que président, M. Cunha avait joué un rôle de premier plan dans le processus de destitution qui a éventuellement chassé la présidente Dilma Rousseff du pouvoir le mois dernier. Cette dernière aurait contourné les règles fiscales afin de camoufler un imposant déficit budgétaire.

M. Cunha comptait parmi les principaux alliés du nouveau président Michel Temer, l'ancien vice-président de Mme Rousseff, mais il a critiqué M. Temer après le vote en dénonçant son manque apparent de solidarité.

Il a attribué son expulsion du Congrès à la destitution de Mme Rousseff, en évoquant une chasse aux sorcières politique de la part des alliés de l'ancienne présidente.

La perte de son siège parlementaire prive aussi M. Cunha de l'immunité partielle dont jouissent les élus brésiliens. Son dossier sera maintenant examiné par la justice.

Les procureurs suisses affirment que M. Cunha détenait un compte secret à la banque Julius Baer. Des médias prétendent que ce compte contenait en décembre l'équivalent de 2,5 millions $ US. Les procureurs brésiliens affirment quant à eux que M. Cunha possède aussi aux États-Unis des comptes secrets d'une valeur de plus de 20 millions $ US.

Le politicien nie avoir quoi que ce soit à se reprocher.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer