Syrie: calme relatif après le début de la trêve

Des enfants jouaient dans les ruines de la... (AFP, Mohamad Abazeed)

Agrandir

Des enfants jouaient dans les ruines de la ville de Daraa, dans le sud-ouest de la Syrie lundi.

AFP, Mohamad Abazeed

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Monde
Monde

soleil monde TOC »

Agence France-Presse
Alep, Syrie

Le calme régnait en Syrie mardi matin, quelques heures après l'entrée en vigueur d'une trêve initiée par Moscou et Washington, ont rapporté des correspondants de l'AFP et des militants sur place.

Ce fragile répit a débuté lundi à 19H00 locales et la nuit a été calme, selon ces sources.

«Généralement nous ne dormons pas toute la nuit en raison du bruit des avions, mais Dieu merci la nuit dernière nous avons pu dormir sur nos deux oreilles» a témoigné Hassan Abou Nouh, un militant de Talbisseh, près de Homs (centre).

Les raids ont également cessé à Alep, coupée en deux depuis juillet 2012, avec à l'est les quartiers rebelles et à l'ouest les quartiers tenus par le régime, selon des correspondants de l'AFP dans Alep,.

Des habitants du secteur rebelle de la deuxième ville du pays et principal front de la guerre en Syrie ont pu veiller jusqu'à minuit pour célébrer l'Aïd al-Adha, la fête musulmane du sacrifice qui a commencé lundi.

Selon le correspondant de l'AFP dans la partie prorégime d'Alep, le dernier tir provenant du secteur rebelle avait été entendu à 18h55 (15h55 GMT), cinq minutes avant l'entrée en vigueur de la trêve.

«Les gens aimeraient bien voir ce calme se poursuivre pour les vacances» d'Al Adha, a par ailleurs déclaré Nayef Moustafa, un militant de la cité rebelle de Salquin dans la province de Idleb (nord-ouest). «J'ai pu dormir cette nuit», s'est-il félicité.

Le régime de Bachar al-Assad a donné son approbation à l'accord conclu vendredi par les États-Unis et la Russie, et a annoncé le gel de ses opérations militaires «sur le territoire pendant sept jours».

L'opposition et la rébellion, affaiblies sur le terrain, n'ont pas encore donné leur accord formel à la trêve et ont demandé des «garanties» à leur allié américain, alors que prévaut le scepticisme sur le succès de ce nouveau cessez-le-feu.

Des exclus

Comme lors de la précédente trêve fin février qui avait duré quelques semaines, les groupes jihadistes État islamique (EI) et Front Fateh al-Cham (ex-Front Al-Nosra, branche syrienne d'Al-Qaïda), qui contrôlent de vastes régions du pays, en sont exclus.

L'accord américano-russe pourrait «être la dernière chance de sauver» la Syrie, a déclaré le secrétaire d'État John Kerry, quelques heures après l'entrée en vigueur de la trêve.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer