Au moins 24 morts dans un double attentat taliban à Kaboul

Des pompiers et des secouristes évacuent le corps... (AFP, Wakil Kohsar)

Agrandir

Des pompiers et des secouristes évacuent le corps d'un homme qui a péri dans le double attentat à la bombe perpétré près du ministère de la Défense à Kaboul, lundi.

AFP, Wakil Kohsar

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Monde
Monde

soleil monde TOC »

Usman Sharifi
Agence France-Presse
Kaboul

Au moins 24 personnes ont péri lundi dans un double attentat à la bombe, revendiqué par les talibans, en pleine heure de pointe près du ministère de la Défense à Kaboul.

L'attentat, qui a également fait 91 blessés, est le dernier d'une série et intervient alors que les talibans renforcent leur offensive contre le gouvernement pro-occidental.

«L'attentat a tué 24 personnes et en a blessé 91 autres, certaines grièvement», a déclaré un porte-parole du ministère de la Santé, Waheed Majroh.

Tard dans la soirée, une troisième explosion a secoué le centre de Kaboul, ont rapporté des journalistes de l'AFP, mais les autorités cherchaient encore à localiser son lieu précis.

Parmi les morts figurent un général et plusieurs hauts responsables. L'hôpital de l'ONG italienne Emergency Hospital a indiqué avoir reçu des dizaines de blessés, dont quatre sont décédés dès leur arrivée.

Un porte-parole taliban Zabihullah Mujahid, a indiqué sur Twitter que le premier attentat visait le ministère de la Défense et le second la police.

Le président afghan, Ashraf Ghani, a accusé les insurgés de s'en prendre aveuglément aux «gens ordinaires».

«Les ennemis de l'Afghanistan sont en train de perdre la bataille de terrain contre les forces de sécurité», a-t-il assuré dans un communiqué. «C'est pour cela qu'ils attaquent des autoroutes, des villes, des mosquées, des écoles et des gens ordinaires.»

Le double attentat «montre le mépris que les talibans ont pour la vie humaine», a renchéri John Nicholson, le général américain à la tête de l'opération de l'Otan «Resolute support» en Afghanistan (quelque 12 000 militaires d'une quarantaine de pays).

«Viser des civils et ceux qui les protègent contredit frontalement la promesse antérieure des talibans de protéger la population civile et ne fait rien pour faire avancer la paix», a-t-il ajouté.

Sur les lieux de l'attentat, des mares de sang et des débris calcinés couvraient le sol, tandis que des blessés étaient hissés en urgence dans des véhicules en partance pour les hôpitaux, a constaté l'AFP.

Certains corps ont été propulsés dans la rivière Kaboul et ont dû être récupérés par les pompiers.

Flambée de violence 

Les autorités, après avoir dans un premier temps évoqué deux kamikazes, ont indiqué que la première bombe avait été actionnée à distance et la deuxième par un insurgé.

Les deux déflagrations ont eu lieu à quelques minutes d'intervalle, visant vraisemblablement à faire un maximum de victimes parmi les fonctionnaires qui quittaient alors le ministère pour rentrer chez eux.

«La première explosion s'est produite sur un pont près du ministère de la Défense. Lorsque des soldats, des policiers et des civils sont accourus sur les lieux pour aider les victimes, une seconde s'est produite», a précisé un porte-parole du ministère de la Défense, Mohammad Radmanish.

La dernière attaque d'ampleur à Kaboul est récente puisque le 25 août un assaut de plus de 10 heures avait visé l'Université américaine d'Afghanistan, faisant 16 morts.

Deux professeurs de cette même université, un Australien et un Américain, avaient été kidnappés près de l'école quelques semaines plus tôt. Aucun groupe n'a revendiqué leur enlèvement.

Cette flambée de violence dans la capitale fait écho à l'intensification de l'offensive talibane dans le pays, où la situation sécuritaire s'est nettement détériorée depuis la fin des opérations de combat de l'Otan, fin 2014.

L'armée afghane, soutenue par des forces américaines, est actuellement aux prises avec les talibans dans la province méridionale du Helmand, où elle essaie de protéger la capitale Lashkar Gah.

Les insurgés ont également resserré leur emprise sur la ville septentrionale de Kunduz, qu'ils avaient brièvement occupée à la fin de l'année dernière, soit leur principal fait d'arme depuis l'invasion américaine de 2001.

Le commandement de l'Otan affirme que ni Kunduz ni Lashkar Gah ne courent le risque de tomber aux mains des rebelles.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer