L'Italie choquée, le gouvernement promet un plan de prévention

Les secouristes tentent de se frayer un chemin... (AP, Gregorio Borgia)

Agrandir

Les secouristes tentent de se frayer un chemin à travers les décombres à Pescara Del Tronto, alors que les Italiens s'interrogent sur les raisons d'un bilan de morts aussi élevé dans une zone aussi peu peuplée.

AP, Gregorio Borgia

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Monde
Monde

soleil monde TOC »

Agence France-Presse
AMATRICE

Le gouvernement italien a promis jeudi la mise en oeuvre d'un plan de prévention des séismes dans la péninsule et débloqué une première aide de quelque 73 millions $, au lendemain du tremblement de terre qui a fait 250 morts dans le centre du pays.

Plus de 24 heures après le drame, les Italiens s'interrogeaient sur les raisons d'un bilan humain aussi lourd dans cette zone montagneuse, relativement peu peuplée, où au moins trois villages ont en partie été détruits.

En 2009, le tremblement de terre à L'Aquila, non loin de la zone du séisme de mercredi, avait fait plus de 300 morts. Mais il s'agissait alors d'une ville de plusieurs dizaines de milliers d'habitants.

Les Italiens ont été particulièrement choqués par le cas de l'école d'Amatrice, rénovée en 2012 pour s'adapter aux normes antisismiques et réduite à l'état de décombres mercredi. Une enquête a été ouverte par le procureur de Rieti, ville proche du lieu du séisme, pour évaluer d'éventuelles malversations à Amatrice et dans les villages concernés.

Se disant conscient de ces interrogations, le président du Conseil italien Matteo Renzi a annoncé jeudi soir le lancement du plan «Casa Italia» (la maison Italie), destiné à faire de la prévention le point central de l'action de son gouvernement en la matière.

«L'Italie doit avoir une vision qui ne se limite pas à la gestion des situations d'urgence», a-t-il expliqué devant la presse à l'issue d'un conseil des ministres.

M. Renzi a souligné qu'en matière de protection antisismique, l'Italie, qui possède le plus de monuments inscrits au patrimoine mondial, n'avait pas tâche facile.

On ne peut pas «raser» tous les centres historiques dans la péninsule, a-t-il dit, reconnaissant toutefois que les technologies modernes pouvaient en améliorer la protection.

Le séisme de mercredi a endommagé ou détruit 293 bâtiments ayant une valeur culturelle, selon le ministre de la Culture Dario Franceschini.

Le gouvernement a également proclamé jeudi soir l'état d'urgence dans les régions touchées, et débloqué une première enveloppe de quelque 75 millions $.

Il a également réaffirmé la priorité donnée à la mise à disposition d'un «endroit pour dormir» à ceux qui ont tout perdu dans cette catastrophe, l'une des plus graves de ces dernières années en Italie.

Rescapés en attente

Des centaines de rescapés attendaient toujours de pouvoir rentrer chez eux. Beaucoup ont passé la nuit dehors, dans une tente de la protection civile, ou dans leur voiture.

«Nous sommes encore sous le choc. Nous avons dormi dans la voiture cette nuit, bien qu'avec toutes les secousses, c'était difficile de dormir», a raconté à l'AFP Mario, père de deux garçons.

Des dizaines de répliques ont été ressenties dans la nuit et jeudi matin, dont une forte secousse vers 12h30, réveillant la peur pour les survivants et l'angoisse des secouristes, contraints de s'interrompre à Amatrice lorsqu'un pan de mur s'est écroulé à côté d'eux.

Des milliers de bénévoles et professionnels ont continué jeudi à chercher dans les décombres une trace de vie. «Nous espérons toujours trouver des survivants, nous travaillons jusqu'au bout pour ça», a expliqué à l'AFP Luigi D'Angelo, responsable local de la protection civile. Le dernier survivant du tremblement de terre de L'Aquila avait été sauvé 72 heures après la catastrophe, a rappelé un responsable des pompiers.

La protection civile a précisé jeudi qu'un total de 215 personnes avaient été sauvées depuis mercredi 1h36, heure de la secousse meurtrière, mais sans toutefois donner de détails sur les circonstances de ces opérations.

Les Italiens ont en revanche pu assister en direct au sauvetage émouvant mercredi après-midi d'une fillette d'une dizaine d'années. La petite Georgia, sans une égratignure, mais couverte de poussière, est restée impassible dans les bras de son sauveteur qui l'emportait au loin sous les vivats de la foule.

Le mystère reste en revanche presque total sur le nombre exact de disparus. La population de ces villages pittoresques et touristiques triple ou quadruple l'été, rendant difficile l'évaluation du nombre de personnes présentes sur les lieux au moment du drame.

Un Canadien parmi les victimes

Un Canadien est mort dans le séisme qui est survenu en Italie mercredi, a confirmé jeudi le ministre des Affaires étrangères, Stéphane Dion. Son identité n'est pas révélée pour le moment, ni à quel endroit il se trouvait au moment de son décès. On sait toutefois que l'individu avait une double nationalité. Sa famille a été avisée de son décès. Comme les Canadiens en visite en Italie ne s'enregistrent pas forcément auprès de l'ambassade ni auprès du ministère, ce dernier ne peut confirmer si d'autres citoyens ont perdu la vie ou ont été blessés dans le séisme. Il indique toutefois que 3876 Canadiens s'étaient inscrits, dont 72 dans les secteurs touchés. La Presse canadienne

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer