Burkini: la France tranche vendredi

Vêtues de bikini ou de burkinis, une cinquantaine... (AP, Frank Augstein)

Agrandir

Vêtues de bikini ou de burkinis, une cinquantaine de femmes ont installé une fausse plage devant l'ambassade de France à Londres pour protester contre l'interdiction du burkini sur les plages de l'Hexagone.

AP, Frank Augstein

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Monde
Monde

soleil monde TOC »

Aurélia END
Agence France-Presse
Paris

Le burkini peut-il être interdit sur les plages françaises au nom du respect de «l'ordre public»? La plus haute juridiction administrative du pays tranche vendredi le débat qui enflamme la France, divise le gouvernement et suscite l'indignation à l'étranger.

La plus haute juridiction administrative française se prononcera vendredi sur l'interdiction du burkini sur plusieurs plages, décision qui suscite émoi et controverse dans le pays comme à l'étranger, et divise jusqu'au sein du gouvernement.

Saisi du dossier jeudi, le Conseil d'État doit se prononcer à 15h locales (11h au Québec) sur la légalité de l'interdiction de cette tenue de bain couvrante décrétée par une station balnéaire de la Côte d'Azur.

La décision fera date pour la trentaine de communes françaises ayant pris des arrêtés similaires, mais aussi pour le gouvernement, soucieux de clore un débat qui s'envenime.

S'exprimant jeudi pour la première fois sur le sujet, le président François Hollande s'est bien gardé de s'avancer: il a appelé à ne céder ni à la «provocation» ni à la «stigmatisation», mettant en avant le «grand enjeu» de «la vie en commun» dans le pays qui compte la plus importante communauté musulmane d'Europe.

La décision de la haute juridiction administrative sera aussi regardée avec intérêt au niveau international, où la polémique française sur ces tenues de bain couvrant le corps des cheveux aux chevilles, est suivie avec une certaine consternation.

La justice française a «l'occasion d'annuler une interdiction discriminatoire qui se fonde sur, et qui nourrit, les préjugés et l'intolérance», a estimé dans un communiqué John Dalhuisen, directeur du programme Europe d'Amnesty International.

Des photos du contrôle mardi par quatre policiers municipaux d'une femme voilée, mais pas en burkini, sur une plage de Nice, publiées en une du New York Times, avaient suscité un immense émoi. La presse allemande avait évoqué une «guerre de religion» et le maire de Londres Sadiq Khan estimé que «personne ne devrait dicter aux femmes ce qu'elles doivent porter».

Débat récurrent

Le burkini s'inscrit dans un débat récurrent en France sur la place de l'islam, émaillé de polémiques et de lois. Le pays a été le premier en Europe à interdire, en 2010, le voile intégral dans tout l'espace public. Le foulard islamique avait auparavant, en 2004, été banni dans les écoles, collèges et lycées publics.

Les arrêtés municicipaux vont encore plus loin. Sans mentionner le terme de «burkini», ils exigent le port sur les plages de tenues respectueuses «des bonnes moeurs et de la laïcité», mais ce sont bien les tenues de bain islamiques qui sont visées.

Plusieurs maires ont fondé leur décision sur la nécessité de garantir «l'ordre public», menacé selon eux par des tenues  «manifestant de manière ostentatoire une appartenance religieuse». Et ils ont fait valoir le contexte particulièrement tendu sur le littoral méditerranéen, depuis le sanglant attentat jihadiste qui a fait 86 morts à Nice le 14 juillet.

Inacceptable pour la Ligue des droits de l'homme (LDH), dont l'avocat Me Patrice Spinosi a dénoncé jeudi une «atteinte à la liberté de conscience et de religion». Mercredi, le Conseil français du culte musulman (CFCM) avait lui fait part au gouvernement de la «forte émotion et forte inquiétude» des musulmans de France.

À 10 mois de l'élection présidentielle et dans un pays qui s'enflamme régulièrement sur la place de l'islam, la classe politique s'est engouffrée dans le débat.

L'ex-président français Nicolas Sarkozy, candidat aux primaires de la droite, a réaffirmé jeudi son rejet du burkini, qu'il a qualifié de «provocation», et proposé de prohiber aussi les signes religieux dans les entreprises, les administrations, les universités.

Le parti d'extrême droite Front national a dans la foulée demandé d'étendre à l'ensemble de l'espace public l'interdiction du port du voile.

Au sein du gouvernement, la question divise. Deux ministres ont condamné les décisions des maires, à contre-courant de la position du chef du gouvernement Manuel Valls qui les soutient au nom de l'ordre public.

Féministe et opposée au burkini, la ministre de l'Éducation Najat Vallaud-Belkacem a estimé que «la prolifération» des arrêtés n'était «pas la bienvenue», tandis que sa collègue de la Santé, Marisol Touraine, y voyait une «stigmatisation dangereuse pour la cohésion de notre pays».

Ces arrêtés «ne sont pas une dérive» a rétorqué M. Valls, pour qui il n'est toutefois pas question de légiférer.

Fausse plage et vraie protestation

Arrivées avec des seaux, des pelles, des matelas gonflables et du sable, une cinquantaine de femmes ont installé une fausse plage jeudi devant l'ambassade de France à Londres pour protester contre l'interdiction du burkini sur les plages de l'Hexagone.

Une mère en burkini s'est posée devant les marches de l'ambassade et a commencé à construire un château de sable avec ses deux enfants. Autour de la famille, des jeunes femmes en maillot de bain dansaient au son de l'accordéon en brandissant des pancartes «l'interdiction du burkini est raciste» ou encore «l'islamophobie n'est pas la liberté».

Beaucoup des manifestantes ont été choquées par les photos, abondamment relayées dans la presse britannique, du contrôle par quatre policiers municipaux d'une femme voilée, mais pas porteuse d'un burkini, sur une plage de Nice dans le sud de la France.

Cette photo «montre bien que l'islamophobie se répand dangereusement», estime Alex Ousten, étudiante de 23 ans en sciences politiques. «J'ai eu la nausée en voyant ces photos», abonde Esmat Jeraj, une des organisatrices de cette manifestation réservée aux femmes.

«L'objectif de ce rassemblement est de témoigner notre solidarité aux femmes musulmanes de France, mais aussi partout dans le monde, dont les choix vestimentaires sont forcés ou dictés par les hommes», souligne-t-elle. «Cette interdiction du burkini n'est pas seulement islamophobe, mais également misogyne», a-t-elle insisté.  AFP

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer