Pokémon Go suscite la colère des survivants des Khmers rouges

Deux jeunes Cambodgiens jouent à Pokémon Go devant... (AFP, Tang Chhin Sothy)

Agrandir

Deux jeunes Cambodgiens jouent à Pokémon Go devant une ancienne prison des Khmers rouges, aujourd'hui musée du génocide.

AFP, Tang Chhin Sothy

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Monde
Monde

soleil monde TOC »

Agence France-Presse
Phnom Penh, Cambodge

Chasser des Pokémons dans une ancienne prison des Khmers rouges au Cambodge, où sont morts des milliers de prisonniers dans les années 70... Le choix de ce lieu dans le jeu Pokémon Go suscite la colère dans le pays.

L'application mobile, qui permet de capturer et d'entraîner ces petits personnages et de combattre des créatures virtuelles en se déplaçant dans le monde réel, est disponible depuis samedi au Cambodge.

Mais le fait que la prison Tuol Sleng de Phnom Penh, plus connue sous le nom de S-21 et aujourd'hui musée du génocide soit un terrain de jeu fait polémique. Quelque 15 000 prisonniers y sont morts sous les Khmers rouges.

«C'est une insulte pour les âmes des victimes qui sont mortes ici», a réagi mercredi Bou Meng, 76 ans, un des rares survivants de Tuol Sleng, lieu symbolique de la folie meurtrière du régime.

«C'est un lieu de souffrances. Ce n'est pas approprié de jouer à ce jeu ici», a-t-il ajouté, appelant le musée de demander à sortir du répertoire du jeu.

Youk Chhang, directeur du Centre de documentation du Cambodge (DC-Cam), qui mène un travail d'archivage sur cette période de 1975-79 où deux millions de Cambodgiens, soit un quart de la population, sont morts d'épuisement, de famine, ou à la suite de tortures et d'exécutions, est lui aussi en colère.

Le musée «n'est pas un centre commercial ou une aire de jeux où attraper des Pokémons. C'est un cimetière», s'est-il insurgé.

Mercredi après-midi, de nombreux joueurs arpentaient les rues voisines du musée-prison, à la recherche de Pokémons.

«J'ai trouvé quatre monstres Pokémons. Je n'ai même pas besoin d'aller dans Tuol Sleng», a expliqué à l'AFP un joueur, refusant d'être identifié.

Expulsions

Des gardiens du musée du génocide Tuol Sleng ont confirmé avoir expulsé plusieurs joueurs de Pokémon Go pris en train de jouer dans l'enceinte du musée.

Chhay Visoth, directeur du musée, a déploré ces parties, dans «ce lieu de tristesse». Il n'a cependant pas précisé s'il demanderait au développeur de Pokémon Go, Niantic, de supprimer le lieu de son application.

En France, le célèbre ossuaire des soldats de Verdun, lieu de souvenir d'une des principales batailles de la Première guerre mondiale, vient d'être supprimé du jeu, à la demande des autorités.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer