Le premier ministre du Cambodge soutenu par de faux fans?

Le premier ministre du Cambodge Hun Sen se maintient... (AFP)

Agrandir

Le premier ministre du Cambodge Hun Sen se maintient au pouvoir depuis plus de trente ans.

AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Monde
Monde

soleil monde TOC »

Agence France-Presse

Entre ses interventions en direct sur Facebook et ses étranges photos de vacances le montrant en chandail mouillé sur la plage, le premier ministre du Cambodge, Hun Sen, est devenu un phénomène des réseaux sociaux. Mais des doutes sont émis sur l'origine de ses cinq millions d'admirateurs.

Un soudain afflux de «j'aime» sur sa page Facebook officielle par des internautes basés aux Philippines et en Inde a suscité les sarcasmes de l'opposition.

La belle histoire échafaudée par les communications de l'homme fort du Cambodge, qui se maintient au pouvoir depuis plus de trente ans, se révèle plus compliquée que ce que dit la page d'accueil de sa page Facebook officielle.

En quelques mois de présence sur les réseaux sociaux, sa conquête de cinq millions d'abonnés était censée montrer l'intérêt de la jeune génération pour cet ancien «dinosaure» autoproclamé, récemment converti aux réseaux sociaux, avant des élections prévues en 2018.

Or, grâce au logiciel de détermination des origines des «j'aime» SocialBakers.com, il apparaît que nombre de ces clics viennent d'Inde, d'Indonésie ou des Philippines, pays où il est peu probable que la page du premier ministre cambodgien déchaîne les passions.

Inde et Philippines sont en revanche connues pour abriter des «fermes à clics» de sites illégaux qui proposent de faire acheter des «j'aime» par des internautes rémunérés pour cela.

Il apparaît que le soudain afflux de «j'aime» sur... (AFP) - image 2.0

Agrandir

Il apparaît que le soudain afflux de «j'aime» sur la page Facebook officielle du premier ministre du Cambodge vient d'Inde, d'Indonésie ou des Philippines, pays où il est peu probable que la page de Hun Sen déchaîne les passions.

AFP

«Gonfler sa popularité»

Selon une projection réalisée par l'AFP sur SocialBakers.com, le site de Hun Sen a connu deux périodes de pics de «j'aime» originaires d'Inde et des Philippines, récemment. Elle montre aussi que seuls 55 % des cinq millions d'«admirateurs» de Hun Sen vivent au Cambodge. Par contraste, 82 % des près de trois millions d'internautes qui suivent Sam Rainsy, le chef de file de l'opposition, sont au Cambodge.

Actif de longue date sur les réseaux sociaux, il est celui qui a sonné la charge contre Hun Sen dans cette affaire.

«Dans sa logique trompeuse et puérile, Hun Sen veut gonfler sa popularité sur Facebook, de façon à justifier sa politique répressive», accuse Sam Rainsy, dans un courriel envoyé à l'AFP depuis son exil en France, pour échapper dans son pays à des poursuites judiciaires, politiques selon lui.

Loin de son image bonhomme sur Internet, inquiet de ne plus pouvoir jouer au golf à cause de son gros ventre, Hun Sen multiplie les pressions sur l'opposition. Et plusieurs internautes ayant eu l'audace de le dénigrer ont été arrêtés.

Plus de 11 % des «admirateurs» de Hun Sen se situent en Inde, pays peu réputé pour abriter une diaspora cambodgienne. Mais les équipes de Sen démentent tout achat de clics, dans des fermes indiennes ou autres.

«Si nous avions de l'argent, nous construisons des routes, des ponts et des hôpitaux. Nous ne dépenserions pas de l'argent pour l'achat de j'aime sur Facebook», a démenti Sok Eysan, porte-parole du parti de Hun Sen, le Parti du peuple cambodgien - dans un pays connu pour sa forte corruption. Les accusations de recours à des fermes à clics sont le fait de politiciens «jaloux», a-t-il ajouté.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer