Attaque à Londres: la piste terroriste écartée

Le commissaire adjoint de Scotland Yard, Mark Rowley,... (PA via AP, Jonathan Brady)

Agrandir

Le commissaire adjoint de Scotland Yard, Mark Rowley, a rencontré les médias pour faire le point jeudi.

PA via AP, Jonathan Brady

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Monde
Monde

soleil monde TOC »

Agence France-Presse
Londres

La piste terroriste semblait écartée jeudi par la police, au lendemain du meurtre d'une Américaine lors d'une attaque au couteau en plein centre de Londres, dans un contexte de craintes d'attentats en Europe.

«Jusqu'ici, nous n'avons pas trouvé de preuve de radicalisation suggérant que l'homme en garde à vue a agi pour un motif terroriste», a déclaré le chef adjoint de la police Mark Rowley.

L'homme de 19 ans, un Norvégien d'origine somalienne arrêté peu après l'attaque perpétrée à Russell Square et qui a également fait cinq blessés, a agi de manière «spontanée» et «au hasard», a-t-il ajouté.

«Tout le travail que nous avons réalisé jusqu'ici montre que ce tragique incident a été déclenché par des troubles mentaux», a souligné le responsable.

Ce constat ressort de l'audition du suspect et de sa famille ainsi que de perquisitions, a-t-il ajouté.

Dans la nuit, l'éventuel caractère terroriste de l'attaque avait été évoqué, alors que plusieurs attentats ont endeuillé la France et l'Allemagne depuis trois semaines.

«Cette attaque va instiller de l'inquiétude», a reconnu M. Rowley, soulignant qu'à titre de précaution les patrouilles policières dans les rues londoniennes ont été accrues jeudi.

D'abord conduit à l'hôpital, le suspect, neutralisé à l'aide d'un taser, un pistolet à impulsion électrique, aux alentours de 22h40 (17h40, heure du Québec), a été placé en garde à vue jeudi matin.

Une porte-parole de la police norvégienne a déclaré à l'AFP que l'auteur présumé de l'attaque était enregistré «comme ayant quitté la Norvège depuis 2002».

Inquiétude

Le chef de Scotland Yard, Bernard Hogan-Howe, avait mis en garde dimanche contre le fait que le Royaume-Uni n'était pas immunisé contre les attentats.

La police londonienne avait annoncé mercredi, avant l'attaque au couteau, le déploiement de 600 policiers armés supplémentaires à Londres.

En décembre, à la suite des attentats de Paris et de Saint-Denis du mois précédent, ces renforts avaient été décidés, portant le chiffre de policiers armés à 2800 dans la capitale britannique.

Certains d'entre eux ont d'ailleurs commencé à être déployés mercredi.

Jeudi, le maire de Londres Sadiq Khan a appelé «les Londoniens à rester calmes et vigilants», leur demandant de signaler «tout acte suspect à la police».

L'attaque mortelle à l'arme blanche contre un soldat de 25 ans, Lee Rigby, le 22 mai 2013 dans le sud-est de Londres, est la dernière attaque terroriste meurtrière au Royaume-Uni.

Le 7 juillet 2005, quatre attentats suicides coordonnés à l'heure de pointe dans trois rames de métro et un bus londoniens avaient fait 56 morts et 700 blessés. Un groupe se réclamant d'Al-Qaida avait revendiqué ces attaques.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer