Une commission sur les femmes diacres créée

Le pape François a plusieurs fois évoqué sa... (AFP, Wojtek Radwanski)

Agrandir

Le pape François a plusieurs fois évoqué sa volonté de remédier à l'inégalité entre hommes et femmes dans l'exercice des responsabilités au sein de l'Église, tout en réaffirmant l'opposition de l'institution à l'ordination de femmes prêtres.

AFP, Wojtek Radwanski

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Monde
Monde

soleil monde TOC »

Mathilde Auvillain
Agence France-Presse
Vatican

Le pape François a nommé mardi une commission d'étude sur le rôle des femmes diacres au début du christianisme, dans une démarche d'ouverture potentiellement historique sur la place des femmes dans l'Église catholique.

Les diacres catholiques sont des hommes ordonnés pour prononcer le sermon à la messe, célébrer baptêmes, mariages et funérailles, mais qui ne peuvent pas dire la messe : il faut un prêtre pour l'eucharistie, de même que pour la confession.

La commission, composée de 13 membres, dont six femmes, est chargée selon le Vatican d'examiner le rôle des femmes qui ont occupé ces fonctions aux «premiers temps de l'Église», même si certains en attendent aussi des recommandations sur la manière de donner plus de responsabilités aux femmes aujourd'hui.

Interrogé le 12 mai sur le diaconat des femmes lors d'une rencontre avec des supérieures générales de congrégations de religieuses, le pontife argentin s'était déclaré favorable à l'institution d'une commission d'étude.

La petite phrase avait fait vivement réagir dans l'Église, où l'accès des femmes aux responsabilités reste un sujet explosif.

«Je pense qu'il va y avoir maintenant un débat féroce. Sur ce sujet, l'Église est divisée en deux», avait prévenu le cardinal Walter Kasper, un théologien allemand, proche du pape.

Mais dans l'avion qui le ramenait d'Arménie fin juin, le pape avait cherché à apaiser les esprits en assurant que les médias avaient déformé sa pensée en évoquant un possible accès des femmes au diaconat sous sa forme actuelle.

Ce n'est «pas la vérité», avait-il insisté.

«Après une prière intense et une mûre réflexion, sa Sainteté a décidé d'instituer la commission d'étude sur le diaconat des femmes», a annoncé mardi le Vatican dans un communiqué avant de publier la liste des membres.

«Un premier pas»

Présidée par Mgr Luis Francisco Ladaria Ferrer, jésuite espagnol secrétaire de la Congrégation pour la doctrine de la foi, elle réunit des prêtres, des religieuses et des expertes universitaires. La plupart sont européens ou américains, mais la commission compte aussi un prêtre rwandais.

«C'est une très bonne commission, très équilibrée, avec des profils divers, des femmes très préparées et d'inclinations différentes, autant progressistes que conservatrices», a déclaré à l'AFP l'historienne Lucetta Scaraffia.

«Le diaconat des femmes dans l'Église des origines est établi, c'est incontestable d'un point de vue historique, je crois qu'il s'agit avec cette commission d'explorer dans quelle mesure il peut ressusciter aujourd'hui», a déclaré à l'AFP Emanuela Prinzivalli, professeur à l'Université La Sapienza de Rome.

Selon cette spécialiste de l'histoire du christianisme, qui reconnaît que «la marge de manoeuvre est étroite», cette commission est «un premier pas vers l'étude d'une forme d'ordination mineure des femmes».

Le diaconat est longtemps resté une étape vers la prêtrise, mais le concile Vatican II (1962-1965) a rétabli le diaconat permanent, accessible à des hommes mariés, qui pallient souvent le manque de prêtres ou les assistent.

En 2014, selon les dernières statistiques disponibles, l'Église comptait 44 500 diacres permanents (pour 415 000 prêtres), 33 % de plus qu'en 2005, essentiellement en Amérique du Nord et en Europe.

Si des femmes ont pu être diacres dans les premiers siècles du christianisme, il semble cependant que leur rôle s'apparentait alors à celui que tiennent actuellement les religieuses dans les paroisses.

Le pape François a plusieurs fois évoqué sa volonté de remédier à l'inégalité entre hommes et femmes dans l'exercice des responsabilités au sein de l'Église, tout en réaffirmant l'opposition de l'institution à l'ordination de femmes prêtres.

«Fraises dans un gâteau»

Il a cherché à encourager l'influence théologique des femmes et a répété qu'une femme pourrait un jour prochain diriger un dicastère (ministère) de la Curie.

«Les femmes sont comme les fraises dans un gâteau, il en faut toujours plus», plaisantait-il ainsi devant des théologiens en décembre 2014.

Entre les 700 000 religieuses et l'armée des laïques, les femmes sont largement majoritaires parmi les personnes oeuvrant au quotidien de la vie des paroisses, mais restent subordonnées à un membre masculin du clergé.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer