Le pape trébuche avant de célébrer une messe

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Monde
Monde

soleil monde TOC »

Associated Press
CZESTOCHOWA, Pologne

Visitant jeudi un sanctuaire chéri par les Polonais, le pape François a louangé saint Jean Paul II comme ayant été un messager de miséricorde «humble et puissant» et salué tous ces Polonais «ordinaires, mais remarquables» qui n'ont pas abandonné leur foi catholique sous le régime communiste.

Le pontife argentin, qui se trouve en Europe de l'Est pour la toute première fois, a admiré pendant de longues minutes l'image de la Vierge noire au monastère de Jasna Gora à Czestochowa, dans le sud de la Pologne. Le visage de la Vierge et celui de l'enfant qu'elle tient ont été noircis par des centaines d'années de vernis et de suie depuis que l'oeuvre a commencé à être vénérée au 14e siècle.

Un écran protecteur a été retiré lentement et de manière dramatique pour dévoiler l'image, pendant que le pape l'admirait en silence avant de prier.

Puis, à l'occasion d'une messe en plein air à laquelle assistaient quelque 100 000 personnes, le pape a salué l'histoire catholique solide de la Pologne, tout en demandant aux Polonais de s'accrocher à leur foi.

Le pape a raté une marche et trébuché en se préparant à célébrer cette messe à Czestochowa. C'est en gravissant l'escalier de l'autel que le souverain pontife âgé de 79 ans est tombé. Il semble qu'en raison du port de l'aube, sa longue robe liturgique, il n'ait pas vu la marche.

Des prêtres qui l'entouraient se sont précipités pour l'aider à se relever et à replacer l'aube. Un porte-parole du Vatican, Greg Burke, a ensuite assuré que le pape n'a pas été blessé.

«Il va bien. Il ne s'est même pas plaint. Il n'a pas dit un mot», a dit l'archevêque de Cracovie, Waclaw Depo.

La messe soulignait le 1050e anniversaire, cette année, de l'arrivée du catholicisme en Pologne. Le baptême d'un roi médiéval en 966 a amené le pays dans le giron du monde occidental d'expression latine, le séparant du fait même des autres pays orthodoxes de la région.

«Nos coeurs se tournent vers tous ces fils et toutes ces filles de votre peuple, comme les martyrs qui ont défendu l'Évangile, comme ces gens ordinaires, mais remarquables, qui ont fait fi de l'adversité pour témoigner de l'amour du Seigneur», a déclaré le pape en italien, en faisant des pauses pour permettre à un prêtre de traduire ses propos en polonais.

Il a ensuite louangé deux saints polonais, saint Jean Paul Il et sainte Faustine Kowalska, comme ayant été des messagers de miséricorde «humbles et puissants».

«Votre propre histoire, façonnée par l'Évangile, la croix et la fidélité envers l'Église, a témoigné de la puissance contagieuse de la foi véritable, transmise de famille en famille, de père en fils, et surtout des mères et des grands-mères, à qui nous devons tant de remerciements», a déclaré le pape François.

Le souverain pontife a ensuite lancé un appel à l'unité des Polonais, au moment où la nation est divisée par des questions comme l'accueil qui doit être réservé aux réfugiés et aux migrants, surtout s'ils ne sont pas chrétiens. Il a prié les Polonais d'avoir le «désir de laisser derrière les anciens torts et les anciennes blessures, pour construire une fraternité pour tous, sans jamais céder à la tentation de se replier ou de dominer».

Le gouvernement de droite qui a pris le pouvoir l'an dernier en Pologne est scruté par la communauté internationale pour avoir affaibli certains gains démocratiques, et plusieurs observateurs dénoncent une hausse de la xénophobie au pays.

Un important dispositif de sécurité encadre la visite du pape. Un porte-parole de la police a prévenu jeudi que quinconque franchit les barrières de sécurité pour s'approcher du pape risque d'être abattu. Mercredi, un prêtre argentin a cédé à l'émotion et s'est élancé vers la papamobile dans l'espoir de faire bénir un chapelet par le pape. Les policiers se sont rapidement emparés de l'homme de 36 ans et l'ont emmené pour l'interroger.

En route vers Czestochowa, à environ 100 kilomètres de Cracovie, le pape a effectué un arrêt imprévu pour prier au chevet du cardinal Franciszek Marcharski, qui est plongé dans le coma. L'homme de 89 ans, l'ancien archevêque de Cracovie, a remplacé le cardinal Karol Wojtyla à ce poste quand ce dernier a été élu pape en 1978.

François séjourne depuis mercredi en Pologne dans le cadre des Journées mondiales de la jeunesse (JMJ). Il rencontrera les jeunes fidèles pour la première fois au cours des prochaines heures.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer