«C'est la guerre, il ne faut pas avoir peur de le dire»

Le monde est en guerre, mais ce n'est pas une guerre de religion, a déclaré... (AFP)

Agrandir

AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Monde
Monde

soleil monde TOC »

Associated Press
Cracovie

Le monde est en guerre, mais ce n'est pas une guerre de religion, a déclaré mercredi le pape François au moment de se rendre en Pologne dans le cadre des Journées mondiales de la jeunesse (JMJ).

Il s'agit de la première visite du pontife en Europe centrale et de l'Est.

Son déplacement survient au lendemain du meurtre brutal d'un prêtre français qui a été égorgé par deux individus qui auraient juré allégeance au groupe armé État islamique.

Questionné à ce sujet par les journalistes à bord de son avion pendant le vol vers la Pologne, le pape a déclaré que: «C'est la guerre, il ne faut pas avoir peur de le dire».

Après avoir salué les journalistes à bord de l'avion papal, le souverain pontife est revenu sur le sujet pour clarifier qu'il évoquait «une guerre d'intérêts, pour l'argent, les ressources, le pouvoir des peuples».

«Il ne s'agit pas d'une guerre de religion. Les religions ne souhaitent pas la guerre. Les autres souhaitent la guerre», a-t-il ajouté.

Le pape a été accueilli, lors de son arrivée à Cracovie, par le président polonais Andrzej Duda, la première dame Agata Kornhauser-Duda et d'autres dirigeants, en plus de centaines de fidèles qui patientaient depuis des heures pour l'apercevoir.

L'orchestre de l'armée polonaise a interprété les hymnes du Vatican et de la Pologne. Le pape a ensuite circulé dans les rues de la ville à bord d'une voiture découverte et salué les foules pendant qu'il se rendait au château Wawel pour la cérémonie d'accueil principale.

Craintes soulevées

Le meurtre du prêtre rehausse encore davantage des craintes qui étaient déjà vives dans la foulée des attentats perpétrés en France et en Allemagne, mais la Pologne assure que des dizaines de milliers de membres des forces de l'ordre ont été mobilisés pour encadrer l'événement, qui s'étirera jusqu'à dimanche.

Le ministre polonais de l'Intérieur, Mariusz Blaszcak, a précisé que près de 40 000 policiers et autres membres des forces de l'ordre veilleront à la sécurité du pape et des participants.

Il s'agira de la première visite du pape François en Pologne, un pays qui tire toujours une grande fierté d'avoir été la terre natale du défunt pape saint Jean Paul II, qui avait été prêtre et évêque de Cracovie avant de devenir pape.

Le pape François doit profiter de sa présence en Pologne pour visiter le camp de la mort d'Auschwitz et le plus important sanctuaire polonais, celui de Jasna Gora.

Quelque 200 000 pèlerins ont assisté à la messe inaugurale mardi après-midi.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer