«Pourquoi ici ?»

Des gens se retrouvent devant la place de... (AFP)

Agrandir

Des gens se retrouvent devant la place de la République après l'attaque contre un prêtre.

AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Monde
Monde

soleil monde TOC »

Gina Doggett, Hervé Lionnet
Agence France-Presse
Saint-Étienne-du-Rouvray

«Impensable.» «Pourquoi ici, une petite ville en Normandie?» À Saint-Étienne-du-Rouvray, l'incrédulité se mêlait à l'émotion et la colère après l'assassinat mardi d'un prêtre égorgé devant son autel, un attentat revendiqué par le groupe État islamique.

Personne parmi les habitants n'aurait imaginé l'horreur djihadiste frapper en plein coeur de cette cité ouvrière jusqu'alors tranquille de la banlieue de Rouen.

«Qui a fait ça et pourquoi? Je pensais que c'était seulement dans les grandes villes, pas que ça arriverait chez nous», déclare à l'AFP Joanna Torrent, 22 ans, résumant un sentiment général.

«On n'avait jamais pensé que ça puisse arriver dans un endroit comme ici, un serviteur de Dieu tué dans sa propre maison», opine Pascal Quilan.

De son entreprise de pompes funèbres située à proximité de l'église, cet homme de 53 ans a entendu les coups de feu des policiers d'élite venus mettre fin à la prise d'otages fatale au père Jacques Hamel.

«C'est impensable», soupire-t-il en s'inquiétant d'un risque d'effet «boule de neige» des attentats, l'attaque de mardi étant survenue moins de deux semaines après le carnage du 14 juillet à Nice.

«C'est lamentable, décevant de voir des attentats partout dans le monde. Au niveau de la ville, c'est un choc», confie Frédéric Humbert, 31 ans, qui a cru à un exercice d'entraînement lorsqu'il a lui aussi entendu les tirs et vu foncer les voitures de police.

Le père Hamel, un octogénaire que ses assaillants ont forcé à s'agenouiller au pied de son autel avant de le mettre à mort, était très apprécié dans la paroisse.

Le prêtre supplicié exerçait son sacerdoce depuis une soixantaine d'années dans la région. À Saint-Étienne-du-Rouvray, cela faisait dix ans qu'il secondait le curé.

«Il a célébré les baptêmes de mes trois enfants et les obsèques de ma femme. On était à peu près du même âge», explique Claude Godfroy, un veuf de 86 ans.

Debout contre la barbarie

«C'était un homme passionné par ce qu'il faisait, il étonnait tout le monde par son dynamisme», déclare à des journalistes le vicaire Philippe Maheut.

«Je le voyais souvent de ma fenêtre, tout rabougri avec son petit porte-documents. Il ne méritait pas cela. Faut vraiment être lâche pour s'en prendre à lui», fulmine «M. J.», un septuagénaire qui souhaite rester anonyme, mais peine à contenir sa colère.

Quelques heures après l'attentat, Hubert Wulfranc, le maire communiste de la ville, apparaît en larmes, submergé par l'émotion, devant la mairie. Peinant à s'exprimer, il évoque une attaque «insoutenable» et appelle ses concitoyens à «être debout contre la barbarie et dans le respect de tous».

«Ici, c'est l'incompréhension. [...] Comment peut-on choisir de tuer quelqu'un sans raison? La communauté chrétienne est très touchée», souligne le père Alexandre Joly, curé venu de la paroisse voisine de Grand-Quevilly, autre ville industrielle proche de Rouen.

«C'est quelqu'un qui a donné sa vie aux autres. On est abasourdis à la mosquée», déclare l'imam de Saint-Étienne-du-Rouvray, Mohammed Karabila.

«S'en prendre à un religieux, c'est s'en prendre à un homme de paix. Peut-être que cela va provoquer un électrochoc parmi nos frères musulmans avec lesquels les relations sont bonnes», estime Philippe Maheut.

À Saint-Étienne-du-Rouvray, une salle de prière pour les musulmans a été installée sur les hauts plateaux de la ville, sur une parcelle de terrain offerte par la paroisse catholique. «Il y a plutôt une bonne entente entre les deux communautés», estime le père Joly. Mais d'autres voient dans ce lieu de culte un point de rendez-vous pour les salafistes. «Il y a beaucoup de barbus avec djellaba», affirme «M. J.».

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer